ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Une nuit à Berlin

Ma banque venait de m'envoyer en mission pour quelques jours à Berlin. Une mission barbante d'inspection, celles où l'on peut vous considérer comme l'ennemi. Impossible dans ces conditions de se rapprocher ou de sympathiser avec les collègues. Je devrais rester seul.

Ce samedi soir, je voulais découvrir un Berlin secret, le Berlin de tous les excès ; et ce soir là je voulais en quelque sorte sortir de mon périmètre de confort.

J'avais déniché une adresse prometteuse sur un site allemand. Photos de mecs en cuir, piercings, ... Ce qui me décida fut qu'il fallait s'inscrire avant.. on ne pouvait y pénétrer que sur réservation payée d'avance...

Le club, appelons cet endroit comme cela, était situé dans une zone assez éloignée du centre; un quartier de migration récente et de vieux hangars. Glauque à souhait.

Le bâtiment ne portait aucune indication autre qu'un néon rouge en forme de flèche.

Une simple porte, une caméra et un lecteur de qr-code. A votre arrivée, un détecteur de mouvement allume un petit spot, on passe l'invitation imprimée sur le lecteur et la porte s'ouvre.

L'accueil est plutôt froid, un vigile tout vêtu de cuir recueille votre invitation, vos affaires personnelles comme téléphone, portefeuille et les pose dans un casier sécurisé. Il vous remet en échange un bracelet avec une petite clé magnétique qui permettra de payer les consommations et de récupérer les affaires à la sortie. Puis une porte s'ouvre sur une cabine de chiottes!... qui s'avère être un ascenseur qui vous transporte lentement vers le sous-sol.

Je débouchai dans une grande salle, une sorte de vestiaire équipée de bancs et de casiers ; il y avait aussi attenante, une salle de douches collectives.

Deux mecs étaient en train de se déshabiller. Je supposai que l'on pouvait ici revêtir la tenue de ses fantasmes ou simplement se mettre à poil. Ce fut le cas d'un des mecs présents, l'autre, nu également alla se doucher.

Dans la salle de douches, on entendait des halètements et je supposai que l'on devait aussi y baiser.

Je décidai, de rester habillé de mon tee-shirt et de mon jean, il serait toujours temps après avoir exploré l'endroit de changer d'avis.

Au moment de pénétrer dans le club proprement dit, je lus un panonceau indiquant en allemand et en anglais, que si tout était possible à l'intérieur, une hygiène corporelle était vivement recommandée et que des douches complètes étaient disponibles.

Je me décidai donc à suivre le conseil, me déshabillai et rejoignis la salle de douches.

Elle était sous une légère pénombre ce qui permettait à l'endroit de préserver une sorte d'intimité à la toilette et à la fois lui donnait une intensité hautement sexuelle. On devinait des corps se frotter sous les douches, des corps s'ébattrent à deux ou plusieurs, des corps gémir. Chaque poste de douche était équipé d'une douchette anale et là encore malgré la pénombre relative, cela devait se faisait à la vue de tous. J'étais resté un peu longtemps sous la douche; d'une part, pour regarder deux beaux mecs baiser sous une douche à quelques mètres de moi et d'autre part, je voulais faire ma toilette intime ... le plus intimement possible. Quand je me décidai à la faire, un gars, genre bear, s'approcha de moi et me proposa de m'aider à la faire.. J'étais abasourdi et restai bêtement sans répondre. Il mis à profit cette hésitation pour me prendre délicatement la douchette des mains.

- ça va aller, ne t'inquiète pas, c'est un de mes fantasmes. Il en bandait déjà.

Il s'accroupit devant mon cul qu'il bouffa longuement, savamment puis procéda à ma toilette intime...Quand il eût fini, il se lava sous la douche attenante à la mienne, me remercia et s'éloigna sans doute à la recherche d'un autre gars à laver.. Et ce fut ma première montée d'adrénaline...

Habillé, Je pénétrai dans le club.

Une musique techno comme assourdie, une lumière rouge agressive tamisée par un brouillard de fumigènes.

Une foule compacte, très cuir se mouvait là; la plupart avait sur le front un bandeau équipé d'une lampe ce qui provoquait parfois des flashs aveuglants.

En fait cette salle était une sorte d'antichambre donnant accès à toutes les différentes salles et activités du club. On me remit une lampe de front et je jouai des coudes pour commencer mon exploration. Cela sentait le cuir, la sueur, le sexe. Difficile d’avancer, dans cette masse compacte, beaucoup étaient torse nus, voire entièrement nus, beaucoup de jockstrap et de chaps aussi, culs nus. Des mains s’agrippaient aux corps et moi-même, pour avancer je poussais des culs, des bites enserrées dans des jockstrap ou libres. Plusieurs essayèrent de m’ôter le tee-shirt, on me tâta maintes fois la braguette. Devant moi, un couloir sombre, où mène t-il, on verra bien.

J'y accédai enfin, soudain moins de monde, on y circulait librement mais plus on avançait plus l'obscurité était dense je comprenais enfin pourquoi on nous donnait des lampes ! Seuls les faisceaux des lampes déchiraient les ténèbres et faisaient apparaître par flash des couples enlacés, des parcelles de corps dénudés. La musique parvenait comme assourdie, on entendait juste des froissements de tissus, le crissement du cuir, des halètements et des gémissements retenus, des corps qui s'entrechoquent.

D'orifices plus ou moins grands à différentes hauteurs s'offraient des bites, voire des culs.

Ainsi, Je frôlais des culs, des bites dressées, des torses velus, rasés,… odeur de sueur, de foutre de cul ; cuirs, jockstraps, sexes percés. Parfois une verge surgissant de la paroi m'attirait plus que d'autres, je la saisis, la gobai, la branlai un moment puis une autre m'appelait. Puis, un cul, fesses écartées, chatte rasée, ouverte m'arrêta ; j'y fourrai ma langue, et la léchai .

Je ne résistai pas à y mettre un doigt puis jusqu'à quatre, de l'autre côté de la paroi on gémit. Pendant ce temps quelqu'un avait déboutonné et baissé mon jean et mon slip, écarté mes globes et calé son visage mal rasé dans ma raie et une langue contre ma rondelle. Je laissai faire un moment.

Je continuai mon périple jusqu'à une petite porte sur la droite ; une petite cabine tout en longueur et coupée en deux par une vitre; seuls des gants de bras en caoutchouc très épais faisaient le lien avec l'autre côté. Genre laboratoire de manipulation atomique.

Un grand brun, sexe et têtons percés, uniquement vêtu de chaps de cuir entra de l'autre côté de la paroi vitrée. Il s'assit à terre et commença à branler sa lourde verge au gland percé tout en me regardant.

La seule façon de le toucher était d’enfiler les gants. Quand ce fût fait, Il se redressa et me présenta sa queue que je branlai maladroitement avec les gants de caoutchouc. C'était à la fois très excitant et très frustrant ; j'avais envie de sentir avec mes doigts la douceur de sa peau, parcourir les veinules gonflées de sang de sa verge, recueillir du bout des doigts, l'humidité de son entrejambe. Surtout quand il écarta les cuisses pour me laisser explorer sa raie ; je voyais derrière la vitre sa rosace dilatée, j'y glissai un doigt de caoutchouc et il gémit de plaisir.

Il colla ensuite tout son corps contre la vitre un corps superbe et bien dessiné que j'avais très envie de caresser. Je me déshabillai et frottai ma queue dressée contre la vitre et sa queue.

Il se retourna de nouveau cul tendu et cuisses écartées, je le pénétrai d'un doigt de caoutchouc tout en me branlant. Il me fit enfin face et envoya de copieuses giclées de foutre contre la vitre suivies bientôt par les miennes. Il recueillit du bout des doigts le foutre qui coulait le long de la vitre et le porta à ses lèvres, je fis de même. Il prit enfin sa verge poisseuse et encore dure en mains et pissa abondamment sur la vitre comme pour la nettoyer de tout ce sperme, comme pour me pisser dessus aussi.

Corps contre vitre on s’embrassa de nouveau; il me faisait trop envie, je le voulais en vrai, je lui fis signe de se retrouver dehors en vrai !

Je décidai de rester nu; je suivi les signes "issue de secours" qui me ramenèrent vers les vestiaires et laissai mes fringues dans un casier. En suivant le même chemin, je retrouvai le couloir sombre d'où je venais; pas de trace de mon compagnon précédent.

je me trouvais beau, à déambuler nu, la queue courbe dressée, parmi ces corps caressés, pénétrés; uniquement aperçus par flashs de lumière projetés par les lampes de front; je m'arrêtai devant chacun offrant ma queue ou mon cul quelques instants à une bouche avide, m'agenouillant pour me saisir d'une verge poisseuse. Parmi les nombreuses verges qui s'offraient à travers les ouvertures dans les murs, une longue et lourde pine m'attira plus que les autres je m'agenouillai et la pompai assidument jusqu'à ce qu'une main agrippa doucement ma chevelure pour me faire tourner la tête vers sa bite veineuse dressée et décalottée;

je la suçai tout en branlant celle du mur. Il était déjà proche de la jouissance et me gicla sur le visage et l'épaule une multitude de giclées de sperme ! Voulant jouir à nouveau, je me branlais frénétiquement en regardant ce déferlement de foutre. Alors que je me relevai pour continuer à déambuler, la pine du mur se contracta subitement et ses spasmes éjaculèrent sur ma cuisse de belles giclées de sperme. j’avais maintenant un goût de queue, de pisse de foutre dans la bouche; mille senteurs, mille saveurs subtilement différentes, j'étais bien. Quelques mètres plus loin, j'entendis des gémissements derrière le mur de droite, une fente plus large que les autres me permit de voir quatre mecs nus en pleine baise; voir ces queues ramoner ainsi me donna moi aussi l'envie de me faire baiser; je présentai mon cul contre la fente, écartai mes fesses pour bien montrer ma rondelle; personne ne vint.. ils avaient de quoi faire entre eux!

Tout d’un coup, quelqu'un me prit par les bras, me poussa de force dans une petite pièce et me jeta violemment au sol. Deux mecs l’un entièrement nu hormis des rangers l’autre, je le reconnu comme mon "partenaire de vitre", toujours uniquement vêtu de ses chaps, me dévisageaient et leurs braquemarts dressés ne cachaient rien de leurs intentions. C'était le moment, c'était pour cela que j'étais arrivé jusqu'ici. Il fallait se lâcher.

Je me relevai sur les genoux, sans un mot je m’emparai de la bite du mec nu et de ses couilles alourdies par un ballstrecher en acier et alternai avec l'autre, mon ex en quelque sorte, dont le gland était agrémenté d'un imposant anneau. Un autre convive vint se joindre au festin dont j'étais le mets unique.

Sa queue épaisse et brune se joignit aux deux autres. Puis, il m'intimèrent l'ordre de me mettre à quatre pattes, à la perspective d'être bientôt ramoné, je m'exécutai avec empressement, écartant bien les cuisses et cambrant mon dos au maximum. Ce fut mon partenaire de tout à l'heure qui se cala entre mes cuisses pour me bouffer le cul. Tout en continuant à pomper mes deux autres lascars, je me rappelais que ce gars avait une longue et épaisse verge avec un gland plutôt proéminent et percé avec un bel anneau... Une première pour moi...

J'avais fort à faire à pomper alternativement les deux queues qui se disputaient avides ma bouche et si j'y prenais plaisir, j'avais plutôt envie de me concentrer sur la main qui dilatait patiemment ma rosace.

Je lâchai prise un moment quand l'imposant gland couronné d'acier s'introduit en moi. Ce fut une sorte de soulagement quand ses couilles vinrent cogner contre les miennes. Après cela, la sensation provoquée par le travail de cette longue verge et de son anneau d'acier, était indescriptible mais je continuais tant bien que mal à honorer mes lascars tant le pilonnage était puissant. Celui-ci stoppa juste le temps pour qu'un autre prenne la place et ce fût la ronde; chacun à tour de rôle venait me ramoner avant de reprendre place dans ma gorge. Cela sembla durer une éternité. Chacun eût droit à au moins trois tours, la venue de l'anneau d'acier n'était plus un problème et plusieurs fois je fus au bord de l'orgasme. Ma queue avait du déverser des litres de mouille sur le sol de béton! La pièce résonnait des bruits de succion, de chair pénétrée, entrechoquées, de ahannements.

On me fit me retourner sur le dos, les pattes en l'air et l'anneau revint me labourer tandis que les autres se branlaient au dessus de moi. Le grand brun vint me soutenir la tête, on me fit sniffer une bonne rasade de poppers et la tête toujours soutenue, ils me baisèrent tour à tour la bouche ; toujours ramoné à fond. Enfin, mon partenaire extirpa sa longue tige:

- Nice open hole, Guy!

et commença à se branler au dessus de ma queue

- jerk off now !

m’ordonna t-il tandis que les deux autres se branlaient dans ma bouche pour l'un et au dessus de moi pour l'autre.

Je jouis le premier couvrant mon ventre et mon torse de foutre suivi de peu par celui qui me baisait .

Soudain le métis sortit sa queue de ma bouche, vint poser son cul ouvert contre mon visage et jouit sur moi tandis que je lui bouffais le cul. Ils finirent enfin par me couvrir de sperme le torse et partirent sans un mot. Après cela, je me retrouvai seul, les cuisses écartées, couvert de sperme sur le sol de la pièce nue. Comblé.

Je restai un petit moment ainsi sans même rapprocher mes cuisses toujours bien écartées ; je glissai mes doigts dans mon cul encore bien ouvert.. mais des mecs approchaient, curieux de savoir ce que je pouvais bien faire couché sur le sol comme écartelé ; l'un d'entre eux vint même glisser sa main contre ma rondelle et sourit malicieusement comprenant tout.

Je me relevai, quittai la pièce et refis le chemin vers les vestiaires, traversant la cohue, caressé, palpé par de multiples mains.

Je rejoignis enfin la salle des douches et alors que je m'apprêtai à me laver, je vis des mecs en pleine action.. de nouveau les picotements caractéristiques se firent dans mon bas-ventre , de nouveau ma bite se raidissait, je n'étais pas encore prêt à partir.

Garbxc

Certaines histoires sont inspirées de petits films de boules que j'ai bien aimé et que j'aime raconter avec des mots ; si elle vous plait et si vous voulez en voir l'illustration filmée, rendez-vous sur mon blog .

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Piscine | 3 Camozzzor
1 | 2 | 3
Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Bryan le super pompier | 3 Legaydu37
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
26 Déc, + 30 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Nov. 21 : 1  873 331 pages vues

À jour : vendredi 30 juillet 2021 à 07:21 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire gay frere""recit depucelage""photos de cul""histoire gay sport""gay ejac""premiere sodo gay""les histoires de cyrillo""histoires de sexes""histoire gay lycée""racaille gay""gay exhib tumblr""photo nu amateur""histoire gay soumission""gay zoophile""histoire gay pompier""recit gay sm""les histoires de cyrillo""histoire gay x""histoire gay frere""recit bdsm gay""blog histoire gay"cyrillo.com"histoire gay hard""grosse quequette""histoire soumis gay""recits pornographiques""première fois gay"xstory.com"histoire depucelage jeune gay""plan sm gay""sling gay""gay soumi""pisse gay""boomer banks""histoire zoophile gay"cyrilllo"plan sm gay""histoire gay arabe""histoire gay grosse bite""cyrillo histoire gay""piscine mantes la ville""photo amateur homme nu""histoire gay hetero""histoire gay gratuit""vide couille gay""histoire gay soumis""erotique gay""histoire gay salope""www cyrillo""plan uro"cyrillo.com"gay crade""histoire de baise""histoires cyrillo""ma premiere sodomie"cyrillo.biz"beurs gays""cyrillo free""gay jus"ciryllo"blog histoire de mecs""garcon gay""photo cul homme""bizutage gay""photo mec amateur""textes porno""histoires porno""porno gay pere et fils""histoire gay cyrillo""premiere branlette""nu entre potes""pipe gourmande""histoire cyrillo""recit porno gay""histoire porno gay""cyrillo dial""recits porno""histoire gay plage"jemontremoncul"chatroulette gay parle moi""colocation gay""récit érotique gay""gay salope""histoire gay internat""baise dans la grange""le site de cyrillo""histoires cyrillo"cyrillo"blog gay x"