ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Mes souvenirs asiatiques

Je n’ai pas eu beaucoup de souvenirs asiatiques dans ma vie. Ils sont tellement discrets qu’on ne parle pas souvent d’eux. Pourtant, j’ai vécu quelques délices dont leurs "chastetés" par rapport à ce que j’ai vécu avec d’autres ethnies, n’ont rien à leurs envier. Jugez plutôt.

C’est dans un sauna homo parisien, à côté du métro Etienne Marcel à Paris pour ceux qui connaissent, que j’ai eu un contact asiatique assez surprenant. Je me suis tapé cinq asiatiques, dans un après-midi, chacun leur tour.

Généralement, dans un lieu de drague, ou un sauna, on peut avoir un ou deux mecs, parfois trois, et rarement quatre. Je ne peux pas dire que c’était le meilleur plan sexuel que j’ai eu dans ma vie, mais c’est assez rare d’en avoir cinq en une journée. Et moi qui disais que les asiatique étaient si rares…

Il faut savoir que je suis blasé en matière de quantité, car ma pornothèque hétéro de l’époque contenait des VHS bukkake où on voyait une fille japonaise avaler le sperme d’une centaines de mecs. Je les ai bien compté pour vérifier à l’image, car ils étaient alignés par dix. Je pense que les mecs de la vidéo étaient probablement des étudiants japonais en troisième années après bac parce qu’ils étaient assez jeunes d’apparence. Ce genre de vidéo ressemble à peu près à ça.

Une dizaine de garçons font avaler leur sperme chacun leur tour, en giclant directement dans la bouche de la fille pendant qu’elle suce. De son côté, elle avale au fur et à mesure, les giclées que décharge chaque mec. Pour finir, 100 à 120 étudiants arrose le visage de la fille avec leur sperme, en guise d’éjaculation faciale. Pendant ce temps, le réalisateur recueil le sperme qui dégouline de son visage avec un crachoir à dentiste. Puis il verse le contenu du crachoir dans entonnoir fixé à l’embouchure d’une bouteille. Quand la bouteille est pleine de foutre bien gluant, tout frais sorti de la bite des éjaculateurs, il verse le contenu de la bouteille dans un verre. L’actrice boit tout le sperme, verre après verre, jusqu’à la dernière goutte. Sans aucun trucage.

Evidemment, le bukkake japonais est un fantasme que je n’ai jamais réalisé dans ma vie privée. Pourtant, j’aurai bien voulu boire une bonne grosse bouteille de sperme d’étudiants japonais, comme cette fille. Je suis assez vorace pour faire ça.

Pour en revenir à ma chaste expérience asiatique à cinq mecs seulement, j’ai eu, de mémoire, deux thaïlandais, deux chinois et un japonais. Je le sais parce qu’ils se sont présenté. Par contre, j’ai oublié le nom exotique qu’ils m’ont donné, sauf le japonais. Je pense que c’était l’un des thaïlandais qui, après avoir tiré son coup, m’a poigné la main en baissant sa tête avec respect, et me remerciant poliment pour ce qui s’est passé. Ca m’a fort surpris. Les asiatiques peuvent faire preuve de beaucoup de déférence et de respect ce dont je suis très sensible. J’aime la vulgarité sexuelle et le hard crade. Il n’empêche que j’adore aussi la classe, le charme et l’élégance. Ces populations en sont pourvu. Je l’ai souvent constaté.

Le japonais s’appelait Tanaka. J’ai retenu son nom. J’ai constaté d’ailleurs, plusieurs années après, que des beaux gymnastes japonais portaient ce nom. Ces gymnastes avaient de belles poiles bien fourni sous les bras que j’aurai bien voulu lécher et sucer, quitte à les chatouiller. Voracité oblige.

Pour en revenir à mon Tanaka, il était le dernier des cinq de la liste, et il avait un petit accent japonais, alors que mes autres asiatiques n’avaient pas d’accent. Il voulait se faire pénétrer. Hélas, je m’étais tapé quatre garçons avant lui, et j’avais jouis pour l’un d’eux. Dommage pour mon japonais, j’aurai voulu bander dans son cul, comme il me l’a demandé. Le problème est que je n’ai pas la faculté de jouir plusieurs fois de suite comme mon arabe dont j’ai raconté la péripétie dans "*sept fois de suite".

Un autre souvenir asiatique me vient en mémoire. Un beau spécimen que j’ai câliné, caressé, tripoté, et dont j’ai léché et sucé sa joue en caressant ses fesses avec ma bite. Ca s’est passé dans un autre sauna parisien, juste à côté de la gare du Nord.

En entrant dans le grand sauna du sous-sol, je me suis faufilé à travers le monde qu’il y avait, pour tomber sur un garçon, haut comme trois pomme, finement musclé comme un Mister international de Corée du sud, pour ceux qui connaissent. C’était un bel athlète au charme asiatique d’une beauté ahurissante. Je l’ai caressé pour voir si je lui plaisais, et c’était le cas. J’en ai profité pour l’enlacer tout en lui caressant le torse. Pendant ce temps, je l’embrassais en lui suçant sa joue et lui pourléchant son beau visage humide de transpiration salée. De mon autre main, je me masturbais contre ses fesses bien lisses à cause de la sueur et l’humidité qui régnait dans ce sauna. Mon gland récemment décalotté avait beaucoup plus de sensibilité car j’ai souffert d’un phimosis, quelques temps auparavant. Quand j’ai frotté mon gland sur ses fesses juteuses de transpiration, ça me chatouillait de plus en plus. Je n’ai pas cessé de le caresser, de l’enlacer, de l’embrasser, de lui lécher le visage, de lui sucer ses joues, de frotter mon gland sur la peau de ses fesses humides et chaudes… Toute cette surexcitation a déclenché une bonne giclée de sperme qui a poissée ses fesses. Ensuite, je me suis éloigné de mon éphèbe.

En me retournant, j’ai constaté qu’il avait une belle tâche de sperme blanchâtre qui dégoulinait de sa fesse en descendant sur sa cuisse. Je suppose que la chaleur qui régnait dans cette salle a fait qu’il n’a pas senti ma giclée de sperme. Il ne l’a donc pas effacé. J’aime le sperme sur mes cuisses et mes fesses, mais il est possible qu’il n’aime pas ça. Pris de remords, je suis retourné à sa rencontre avec difficulté car il était de nouveau entouré de beaucoup de mecs très excités. La chaleur du sauna ne l’a pas empêché de vouloir se faire inonder de mecs, alors qu’il était en nage. Pourtant aucun de ces mecs n’a réussi à effacer mon sperme en le caressant. J’ai pu le rejoindre en bousculant un peu les autres. Et quand je suis arrivé à son niveau, je me suis légèrement accroupi pour caresser sa fesse, à travers les cuisses des autres qui l’entouraient. J’ai constaté qu’il en restait encore un peu sur la cuisse. Je lui ai donc retiré les dernières traces que je j’ai donné à mon Mister Korean boy. En fait, je n’ai jamais su si il était Coréen, mais il était beau comme un de ces mecs. Après j’ai pu m’éclipser.

Quand on remet ses souvenirs en place, un souvenir chasse l’autre.

En effet, c’est en esquissant le souvenir de ce "proxénète" arabe pour un autre opuscule, que je me suis souvenu de cet asiatique très mince à cheveux très courts qui était présent dans ce cruising. En fait, cet asiatique allait souvent dans des lieux de drague homos et cruising que je fréquentais avant d’aller dans des milieux plus hétéros plus tard. Je l’ai même vu dans l’anecdote que j’ai raconté sur mon informaticien et mon danseur de ballet ("*sodomie souvenirs personnels"). Je n’en ai jamais parlé dans mes opuscules précédents car il ne s’est jamais tapé un seul mec. Il se met en attente ou fait les cents pas, sans résultat. Pour être précis, il m’a toujours snobé et toisé avec dédain à chaque fois qu’il m’a vu dans ces endroits. A mon avis, je ne lui plais pas. En tout cas, c’est ce que j’avais cru à cette époque. J’avais simplement oublié qu’il s’était passé quelque chose d’insolite entre lui et moi vingt ans plus tard. Mais, n’anticipons pas.

Revenons à mon julot rabatteur. Ce proxénète dont je voulais relater le souvenir, ressemblait physiquement un peu au modèle masculin Timothée Passy, paru dans "Têtu" (N°226 du mois d’avril, mai et juin 2021). Il avait à peu près le même visage, même chevelure crépue et aussi mince. Par contre, il était très caricatural dans sa tenue vestimentaire. Il portait des mocassins vernis en guêtre blanche avec une veste claire légère à col chatoyant, pochette à la boutonnière. Il trouvait que j’avais un visage égyptien. Je n’ai aucune origine arabe ni égyptienne. Après s’être assuré que je n’avais aucune attache familiale, il a voulu, à tout prix me présenter "le prince Aziz" ; une de ses connaissances je suppose. Je n’ai jamais su qui était ce personnage, et je n’ai jamais voulu le savoir. Ce que je voulais, c’était simplement me taper le julot, sans me farcir ses plans à la noix.

Nous nous sommes dirigé vers une cabine, en passant devant notre asiatique totalement indifférent à mes charmes comme d’habitude. Une fois dans la cabine, il m’a sodomisé. Je hais la douleur anal pendant la sodomie. Tout penché que j’étais, j’en ai quand même profité pour lui caresser ses jolies cuisses très légèrement velues, ainsi que ses fesses bien maigres que j’adore. Une façon d’échanger le supplice de la sodomie avec le plaisir du tripotage de ses cuisses et ses fesses. C’est également une des nombreuses raisons pour lesquelles je vais de préférence, dans des lieux de drague hétéros. Chez les hétéros, je peux m’offrir une branlette entre mes cuisses et mes fesses, tel que je le raconte dans mes opuscules précédents, alors qu’avec les homos, c’est la sodomie à sec. Et ils font mal.

En sortant de la cabine, le julot a voulu aller aux toilettes pour faire un petit pipi, et j’ai voulu aller avec lui. Il a accepté, car il a pensé que ce caprice allait me tenter d’aller voir son fameux prince Aziz. Une fois dans les toilettes turcs, il sort sa bite de son pantalon pour pisser. J’ai déboutonné son pantalon que j’ai baissé jusqu’à ses chevilles pour lui caresser ses cuisses et ses fesses pendant qu’il pisse. Le problème est qu’il avait du mal à se concentrer pour uriner pendant mes caresses. Quand je pense que je ne pouvais pas regarder ses jolies jambes pendant la sodomie, parce que j’étais de dos, à présent, il est à la merci de mes propres caprices sexuelles. Je peux embrasser, lécher, tripoter ses cuisses et ses fesses. Il est devenu la proie de mes désirs, cette fois. A mon avis, il a accepté cette situation pour son plan "prince Aziz". Tant mieux pour moi.

Au bout d’un moment, il commence à pisser pendant que je regarde sa bite. J’ai eu le temps de le sucer juste à temps, pendant que l’urine a jaillit. Il s’arrête surpris, et quand il voie que je bois ce que j’ai sucé à l’attrape, il essaie un second jet que je bois immédiatement après. J’attends le jet suivant, et il continu de pisser par à coup pendant que je bois tout au fur et à mesure.

Terriblement bonne son urine : très acide, très amer, très salée et bien épicée comme je l’aime. Ce genre de pisse ça marque. A chaque fois qu’un mec m’a laissé boire une pisse de cette saveur, ça me prend du temps à m’en remettre. Je parle souvent de ce genre de goût dans mes souvenirs.

A la fin il me demande avec surprise : "est-ce que c’est bon la pisse ?". Je lui ai dit que oui. Ca devait être la première fois qu’on lui faisait ce coup. Par contre, en nous quittant je n’ai rien ajouté de plus à notre conversation. Je ne voulais pas finir séquestré dans un harem avec son prince Aziz. Surtout que la démocratie électorale de ces pays n’a jamais été très au point. Un simple coup d’état contre son prince va s’abattre directement sur moi. Je ne veux surtout pas une fin aussi horrible que celle de l’empereur romain Héliogabale et son amant Hiéroklès. En sortant, mon asiatique ne s’était toujours tapé aucun mec. Comme d’habitude.

Une vingtaine d’année après cette histoire, je vais dans ma salle de cinéma porno hétéro "l’Atlas". C’était une journée sans mon beau noir éjaculateur paisible, et sans mon arabe pisseur en pantalon de jogging sans slip, dont j’ai parlé dans "*éjaculation buccale".

En entrant dans les toilettes, je tombe sur mon fameux asiatique qui ne m’aime pas. Il s’était laissé pousser ses cheveux jusqu’au bas de ses fesses. Sa longue chevelure était devenue avec le temps, un peu poivre et sel, et retenu par un catogan enrubanné au niveau de ses omoplates. Il avait mis du rouge à lèvre fluo d’un rouge très vif, et une robe à fleurs légère, fendu et ouverte jusqu’à la ceinture. Quand il marchait, ses cuisses sortaient à travers la fente de sa robe. Le bustier de sa robe était déboutonné jusqu’au nombril afin de laisser voir sa poitrine squelettique. Il est aussi mignon habillé en gonzesses, qu’en mec avec les cheveux courts. En vingt ans, il n’avait pas changé, sauf son aspect stylistique vestimentaire bien sûr. Il n’empêche qu’il était toujours en attente depuis mon arrivé dans ce lieu, et faisait les cents pas dans la salle.

Il faut savoir que dans ces endroits, les travestis sont très sollicités. Ce qu’on voie dans le film "la chatte à deux têtes" dont j’ai parlé dans "*le Méry "est assez véridique. Les hétéros sont sensible au charme masculin féminisé. J’ai souvent été témoin de baise à la chaine sur certains mecs accoutrés de la sorte. Et on y voie de tout : mini-jupe lambada, bas de soie jusqu’aux cuisses ou à mi cuisses, porte jarretelles etc… Pour ma part, je m’habille avec un string couvert par un short très court, c’est-à-dire un peu au-dessus du niveau de mes fesses. Ca les excite aussi et j’en ai souvent parlé dans mes souvenirs.

Quelques types dans le couloir des toilettes frottent leur bite contre mes cuisses et mes fesses en laissant un peu de perle de mouille dessus. C’est toujours ça de pris. Certains me caressent les fesses sous mon short. J’ai besoin de me faire frôler, toucher, tripoter par des mecs. J’adore ça aussi. Il n’y a pas que le sperme dans la vie.

En me dirigeant vers la sortie du couloir des toilettes, je passe devant mon asiatique qui ne s’est toujours pas tapé un seul mec, même traveloté comme il l’était. Vu que je sais que je ne lui plais pas, je l’ai ignoré. Mais, quand je suis arrivé à sa hauteur, il m’a saisi par la taille. Il a dégagé sa bite de la fente de sa robe pour me la mettre entre mes fesses et mes cuisses, sous mon short sexy. C’est à dire, sans pénétration anal. J’en ai profité pour caresser sous sa robe, ses cuisses et ses fesses aussi minces que celle du proxénète d’il y a vingt ans. La seule différence est que la peau de ses cuisses et ses fesses était totalement glabre. J’ai également caressé ses long cheveux raides, doux et soyeux sur son dos et le long de sa robe.

Tout le monde pouvait regarder la scène avec plaisir puisque nous étions proche de l’entrée des toilettes. L’éclairage était suffisant pour bien voir. C’est très excitant d’être le clou du spectacle. L’exhibitionnisme et voyeurisme ont un pouvoir érogène qu’on ne peut pas comprendre (voir"*Atlas"). Un autre de mes témoignages.

Malheureusement, un importun est passé nous perturber avec sa moral à deux balles.

"Un mec qui se fait prendre par un travelot… Alors ça ? " avec un air outré par-dessus le marché. Il poursuivait ses critiques, et moi qui suis allergique aux leçons de moral, je lui ai répondu : "on ne vient pas ici pour faire du catéchisme !" Et mon acolyte, plaqué contre moi a surenchérit : "c’est vrai, on n’est-pas à l’église, ici !" On a continué notre affaire, mais ce moralisateur a complètement refroidit l’ambiance. Mon bel asiatique a cessé de se faire plaisir sur moi, tellement il nous a déconcentré avec ses réflexions. Moi qui voulait tellement plaire à cet asiatique, et ce mauvais voyeur a tout gâché.

J’espère que ce fayot de moralisateur va afficher ses frasques auprès de sa famille et ses proches en voulant se vanter de ce qu’il a vu. J’ai observé que tous ceux qui ont fait ça, l’ont payé cruellement, car ça porte la poisse. J’imagine la scène familiale : "C’est vrai ce que tu dis papa ? Mais, qu’est-ce que tu faisais dans ces endroits ?" "Au fait chéri… Là-bas aussi tu y enseignes les saintes écritures ?" "C’est quoi ces histoires ?" C’est comme ça que des moralisateurs perdent le respect de leurs gosses et la confiance de leur femme.

Quoi qu’il en soit, j’ai pu constater que mon string avec short court et moulant jusqu’aux ras des fesses a fait son petit effet. Même sur un asiatique travestie, indifférent à mes charmes.

Boloc

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
5 janvier, + 78 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire de baise""recit gay arabe""premiere grosse bite""cyrillo blog""recits xstory""histoire érotique inceste""zone dial com""sex shop lille""site lieux de drague""histoires de cul""premiere pipe gay""domination gay""cyrillo blog""histoire gay soumis""partouze sur la plage""histoire erotique gay""gay mec""histoire gay soumission""sexe shop lille""histoire gay cousin""bizutage gay""histoire gay scato""cité beur""histoire rebeu gay""blog ttbm""enculé par un cheval""gay plage""histoire zoophile""blog de cyrillo""histoire gay mature""histoire sodomie""histoire gay gratuites""se faire branler""recit gay inceste""baisee a la chaine"xstory.com"histoire gay cirillo""histoire de sexe gay""histoire x gay""histoire soumis gay""histoire gay mature""histoire gay frere""cite gay"cyrillobiz"dépucelage gay""histoires gay cyrillo"cyrillo"histoire gay minet""histoire gay grosse bite""cyrillo xxl""histoire gay cirillo""gay 18 ans""histoires gay cyrillo""histoire gay routier""cyrillo gay""histoire gay soumis""première fellation""vieux gay dans les bois""zoophile gay""histoire x gay""sex shop dijon""gay esclave""cyrillo gay""histoires de sexe entre hommes""recit gay sex""cine porno""histoire gay cyrillo""gay slip""il suce dans les bois""cyrillo gay""histoire minet gay"cyrillo.biz"les histoires de cyrillo"cyrillobiz"hds histoire gay""histoire gay vestiaire""recit erotique gay"