ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Les yeux verts

Note de l’auteur :

Je lis depuis quelques temps maintenant vos histoires sur ce site et j’avoue quelques sont toute plus excitante les unes que les autres… j’ai donc décidé aujourd’hui de me lancer et d’en écrire une aussi ! j’espère qu’elle vous plaira ! Si c’est le cas n’hésitez pas à me le faire savoir ! de même si elle dérange je la retirerais !

J’ajoute que cette histoire et purement le fruit de mon imagination elle est donc complétement fictive, il en est de même pour les personnages et le déroulé.

Chapitre 1

Je me présente je m’appel Théo, j’ai 21 ans. J’habite un studio dans le sud de la France pour y passer mes études d’enseignement supérieur.

Physiquement, je passe partout… je ne suis ni maigre, ni enrobé, ni même musclé. Disons que je suis dans la moyenne. Je fais 1m70 pour 75 kg, brun aux yeux marrons.

J’ai une bite de 17cm, je suis sexuellement passif et j’adore être soumis à des mâles dominant avec une bonne grosse bite bien juteuse ! (Dont je me fais un grand plaisir de vider autant de fois que nécessaire !) je dois vous avouer que le bruit des boules qui calquent pendant la baise est mon petit péché mignon… je ne vous parle même pas du spectacle qu’offre les abdos à chaque coup de reins… j’ai chaud rien que d’y penser !

Depuis quelques temps, il y avait un mec de ma promotion (que je ne portais guère dans mon cœur) qui n’arrêtais pas de nous bassiner avec le retour de son frère (Lucas)… d’après ce que j’ai entendu il semblerait que ce dernier soit parti faire ses études à l’étranger et serait revenu au Pays. Je levais les yeux au ciel saouler par ses discours… tout le monde n’est pas obliger de savoir si tel ou tel membre de la famille de telle personne est revenue ou partie …

Enfin c’est ce que je pensais jusqu’au lendemain matin. Le premier jour où j’ai vu le fameux grand-frère… je n’en croyais pas mes yeux… c’était un matin, à l’entrée des cours. Il venait sans doute accompagner son frère. Le mec avait environ 25 ans, des cheveux noir corbeau, des épaules larges moulées dans une chemise rouge, des biceps prêts à déchirer la manche lorsqu’il levait le bras pour ouvrir le coffre, des cuisses musclées qui tendaient son pantalon noir. Un dos taillé en V mis en évidence par cette chemise parfaitement cintrée. On pouvait voir les muscles de son dos rouler sous sa chemise. Et plus bas, deux belles fesses bien bombées et bien ronde.

« À mon avis lui il ne va pas à la salle pour enfiler les pâquerettes… ».

Mon regard dévie alors sur son entrejambe qui semblaient bien remplie dans son pantalon. Il y avait une bosse qui laissé deviner un monstre de virilité.

J’étais en admiration devant cet homme. J’en avais la gorge sèche et je ne parvenais pas à détacher mon regard de lui.

Une fois qu’il eut enlever le sac de son frère du coffre, il se tourne vers lui pour discuter tout en s’appuyant contre sa voiture. J’accroche du regard ses main, grande, puissantes. De là où j’étais je pouvais apercevoir les veines apparentes de ses mains. Et c’est également à ce moment-là que j’aperçois ses yeux verts émeraude. Je me suis mi à détailler son visage, il était fin mais très masculin, des lèvres charnues qui dévoilaient des dents blanches parfaitement alignées à chaque sourire. On pouvoir voire travailler les muscles de sa mâchoire carrée à souhait. Je n’en revenais pas.

« Ouais ça c’est sur… il ne doit pas enfiler les pâquerettes et à mon avis quand il enfile quelque chose ça doit y aller niveau coup de reins… »

Sentant sans doute mon regard sa tête tourne dans ma direction et nos regards se croise. Ses pupilles verts profond me figent. Nous maintenons tout les deux nos regards lui pour m’observer et moi continuant ma contemplation.

Au bout de quelque instant, je prends conscience que je suis en train de fixer un inconnu au milieu de la rue, la bouche entre-ouverte. Un peu honteux je baisse la tête et hâte le pas vers mon établissement. Du coin de l’œil, en passant prêt de lui, je ne peux m’empêcher de jeter un regard. A ma grande surprise, je le vois me suivre du regard et aperçois le coin de sa bouche se torde en un léger sourire. Je me sens tout chose.

Je commence à avoir chaud, très chaud. Je pars m’adosser au coin d’un mur. Je ferme les yeux et repense à ses fesses, ses bras, ses biceps, ses cuisses puissante…sa queue…

J’ouvre les yeux et je sens que je commence à bander. Je me dirige directement vers les toilettes où étaient quelques garçons venus se soulager et discuter. Je n’y prête pas attention et m’enferme dans une cabine je baisse mon pantalon et là mes 17cm surgissent de mon boxer. Ma queue est dure comme du bois j’en ai même mal.

Je suis dans les toilettes avec des personnes qui font leur affaire sans se douter que dans une des cabines il y a un mec qui bande à fond. Je commence à paniquer, mon excitation ne descend pas. Je bande toujours, je ne peux pas aller en cours comme ça… j’essaye de penser à autre chose pour me passer l’envie mais rien n’y fait.

Je décide donc d’opter pour la dernière solution qui s’offre à moi. Je m’assoie sur les toilettes, ma queue se dresse fièrement entre mes cuisses. J’attrape ma bite avec ma main et commence à me branler, le bruit des vas et viens autour me perturbe. Je ferme les yeux et accélère le mouvement, je sens les veines de ma bite coulisser dans ma main, je me tortille sur le trône, je sens mes boules claquer contre mes cuisses. Je ferme les yeux et l’image de Lucas apparait. A ce moment-là je sens la chaleur de mon corps augmenter, mes jambes se tendent, mes doigts de pied se crispent. J’accélère le mouvement, j’halète. Je sens lle jus arriver.

D’un geste désespérer j’attrape ma veste, me la mets dans ma bouche pour étouffer un gémissement de plaisir lorsque ma queue lâche de grands jets de sperme. Je continue de me branler doucement. 5 autres jets sortent de ma bite… il y en a partout… sur la porte des toilettes, par terre, sur mes chaussures, sur mes cuisses… partout… mes jambes tremble de plaisir, je retiens tant bien que mal un couinement de plaisir… je viens d’avoir un orgasme…

J’éjacule une dernière fois et laisse échapper un gémissement. Ma queue est rouge, du sperme coule le long de ma verge jusque sur mes boules, j’en ai plein les doigts.

Je viens de me branler dans les toilettes avec des personnes autour au risque de me faire surprendre … je n’arrive pas à le croire.

J’essuie les traces de sperme et mets le papier souillé de mon foutre épais dans la cuvette. Je me rends compte à ce moment que le bruit au tour s’est calmé… est-ce que quelqu’un m’a entendu ? je n’espère pas… je tire la chasse, ouvre doucement la porte des toilettes et m’aperçois qu’il n’y a plus personne dans les toilettes. Les cours doivent avoir commencés...

Je vais aux vasques pour me passer un peu d’eau sur le visage. En me regardant dans la glace je vois mes joues rougies par le plaisir et j’ai les mains encore un peu tremblantes. J’appuie mon bassin contre le meuble de l’évier et sens ma queue rependre du volume dans mon boxer…

« Putain ce n’est pas vrai… » dis-je à voix basse.

Ma queue grossie de plus en plus je bande encore. Mon Slim est tendu par ma verge. Je la sens lourde et mes boules comprimées dans mon boxer demandent à être libérer au même titre que ma bite. J’ai l’impression que tous mes sens sont dirigés vers ma queue, je ne sens qu’elle. J’ai chaud, mon bassin fait de léger vas et viens contre la vasque pour frotter mon entre-jambe contre le meuble de l’évier.

Je me précipite de nouveau dans une cabine de toilette, m’y enferme. Une fois mon pantalon baissé, je m’adosse contre la porte. Ma bite est droite comme un mat, dure comme du béton… je laisse mon pantalon tomber sur mes chevilles, accompagné de mon boxer et me touche la verge. Elle tremble d’impatience.

« Putain mais je viens de me branler, c’est pas possible » dis-je en me caressant le gland encore sensible.

J’ai encore envie de me branler, de cracher du sperme à n’en plus pouvoir. Je ne sais pas ce que j’ai.

Je me caresse, ferme-les eux et appuie ma tête contre la porte. Je descends ma main sur mes boules je les malaxe doucement. Je me mors la lèvre en me pinçant les tétons.

Je ne peux plus attendre, je prends ma queue dans ma main et me branle frénétiquement. J’ai du mal à respirer perdu par le plaisir que ma main me procure. Ma queue déjà chaude de ma précédente branlette rougie de nouveau. J’accélère le mouvement mes jambes commencent à trembler. Je baisse la tête pour contempler le spectacle : ma bite serrée, qui pénètre dans la paume de main prête à lâcher une tonne de sperme bien épais sur les murs et le sol. Je sens aussi mes boules taper contre mes cuisses.

Sous le plaisir grandissant mes jambes tremblent, je suis toujours debout. Je me mort la lèvre pour ne pas couiner de peur de me faire entendre par quelqu’un. Le plaisir monte je sens que je vais venir dans pas longtemps. Mes jambes tremblent de plus en plus.

Le jus arrive, je regarde mon gland décalotté craché je ne sais combien de jets de sperme. Sous la jouissance je tombe à genoux sur le sol et continu de me branler rapidement. Je me concentre sur le bruit de mes boules, ça m’excite encore plus.

Je suis pris de spasmes de plaisir, mon bassin se mets à faire des vas et viens pour accentuer le mouvement de ma main. Je me tiens à la cuvette des toilettes pour ne pas tomber. Je suis submergé par le plaisir, je n’ai jamais ressenti quelque chose de pareil.

Je lâche ma bite pleine de semence. Ma main dégouline de sperme. J’essaye de reprendre ma respiration, le regard perdu sur sperme, chaud et epais, qui coule sur mes cuisses et sur mes boules tout juste vidées.

Après quelque instant de calme je me lève, attrape du papier toilette et essuie de nouveau mon foutre sur le sol et la cuvette des toilettes.

« Putain je n’ai jamais autant lâcher de sperme » me dis-je.

Vidé (dans tous les sens du terme), j’essuie mon sperme avec plusieurs bouts de papiers. Je termine par essuyer doucement celui qui dégouline encore de ma bite. Je jette le papier aux toilette et essuie avec mon doigt celui présent sur mes boules.

Je regarde cette substance blanche sur mon doigt et le porte à ma bouche.

« Je me demande quel goût à celui de Lucas… » aussitôt cette phrase formulée dans ma tête je suis pris d’une violente honte. Je sens mes joues rougir.

Je me dépêche de prendre du papier pour essuyer le reste, je tire la chasse d’eau. Je fini par prendre une petite minute pour rassembler mes esprits et quitte les toilettes. Je me lave les mains, passe de l’eau fraîche sur mon visage et pars en direction des cours.

Voilà pour cette première partie ! j’espère que ça vous à plus ! N'hésitez pas a me dire ce que vous en pensez et surtout a me dire si vous voulez la suite !

Mauv

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
5 janvier, + 78 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire gay entre frere""histoires érotiques gay""histoire gay sex""double sodo""recit gay""histoire gay beur""histoire gay frere""branlette piscine""lope a dispo""recits sm gay""pectoraux gay""histoire hot""histoire gay oncle""premiere fois gay""blog gay une histoire de mecs""histoires cyrillo""cyrillo dial""recits sex"cyrillo.com"histoire gay sauna""histoire gay internat"cyrillo.biz"bras dans le cul"cyrillo.biz"histoire de mec gay""histoire travesti soumis""action chiche ou vérité""actif soumi""histoire gay plage""cyrillo biz""cyrillo photo""hds histoire gay""bdsm gay""sling gay""histoires cyrillo""recit gay rebeu""cirillo gay""cyrillo biz""histoire gay cyrillo"cyrillogay"exhib parking""histoire gay cyrillo""dépucelage gay""histoire de sex gay""histoire gay routier""histoires gay gratuit""recit erotique gay""histoire gay soumis""histoires cyrillo""histoire gay cousin""histoires cyrillo""histoire gay gratuites""gay erog""ejac gay""histoire gay black""branle entre mecs""recit porno"cyrillo.biz"histoires gay cyrillo""histoire gay inceste""gay cyrilo""enculer par son chien"aperobranle"histoire gay gratuit""histoire gay soumis""recit gay beur""bi curieux""histoires gay cyrillo""histoire pornos""rondelle déglinguée""histoire gay gratuit""www gay mec""plans sm""histoire gay inceste""baisee a la chaine""xstory histoires"