ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Mes chemins

1 | A la croisée des chemins

Fin des années 90. Début de la trentaine, châtain clair, yeux bleus, taille moyenne, mince, marié, père d’un enfant de 5 ans. Je gagne bien ma vie. Apparemment, tout pour être heureux.

Sauf que dans ma tête, et à dire vrai pas que dans ma tête si vous voyez ce que je veux dire, j’ai une obsession qui grandit de jour en jour : les mecs. Dans la rue, je ne vois qu’eux, et tout particulièrement les bruns aux yeux foncés. Dans les films, je n’arrête pas de me dire que tel acteur est vraiment mignon et quand il y a des scènes d’amour, mon regard est irrésistiblement attiré par l’homme, même s’il faut bien dire que c’est trop souvent la femme qui est dénudée. Et pas d’internet à ce moment-là pour se faire discrètement plaisir sur son ordinateur.

Bref ! Je me pose de plus en plus de questions et je ne sais plus très bien où j’en suis concernant mon orientation sexuelle. Et ce d’autant plus que me reviennent de plus en plus souvent en mémoire les belles fesses nues dans le vestiaire de mon partenaire de tennis sur lesquelles j’ai fantasmé à de nombreuses reprises en me masturbant, ou encore cette bite énorme croisée au détour d’un regard sous la douche pendant mon service militaire.

Et sans oublier ma seule expérience avec un mec bien plus âgé que moi dix ans auparavant qui m’avait certes excité sur le moment, une bonne fellation est toujours agréable, mais qui au lieu de me libérer m’avait au contraire convaincu que ce n’était pas le genre de relations que je voulais. J’ai donc fermé ce chapitre, rencontré par la suite ma femme, avant qu’il ne s’ouvre à nouveau quelques années plus tard. Me voilà donc à la croisée des chemins : continuer à ignorer le volcan qui gronde en moi, et probablement imploser plus tard à force de frustrations, ou laisser jaillir, au sens propre et figuré, cette lave bien chaude.

Comme vous pouvez l’imaginer, sans quoi cette histoire ne serait pas publiée ici, je décide d’en avoir le cœur net, enfin façon de parler, la queue nette serait une expression plus juste dans le cas précis, en étant bien décidé à avoir ma première vraie expérience sexuelle avec un mec. Mais quand on mène une vie d’hétéro et qu’internet n’existe pas encore, pas facile de savoir comment s’y prendre pour arriver à ses fins.

Par chance, dans le quartier que j’habite, il y a un bar-restaurant associatif ouvertement gay-friendly. Je décide d’aller y boire un verre. Sauf qu’entre le moment de ma décision et celui où je pousse enfin la porte, il va se passer plus de trente minutes tant je stresse à l’idée de ne pas savoir où je mets les pieds. Une fois à l’intérieur, je m’installe rapidement à une table et j’aimerais presque me cacher dessous tant je me sens mal à l’aise.

Mais je n’ai pas trop le temps d’y penser car le serveur, un brun aux yeux foncés (!) pas très grand, mince, que je juge un peu plus âgé que moi et avec un charme certain, s’approche de moi avec un grand sourire et me demande ce que je veux boire. Comme je ne suis pas en capacité de réfléchir tellement je suis tendu, au sens propre cette fois-ci, je lui demande ce qu’il me conseille. Il me répond que le cocktail maison devrait me plaire. Va pour le cocktail maison.

En attendant qu’il revienne, j’observe la clientèle, mais aussi le serveur dont les fesses sont bien mises en valeur dans son pantalon moulant. Malgré mon manque d’expérience, je n’ai pas de peine à me rendre compte que le bar-restaurant est plus gay que gay-friendly ! Mais surtout, j’observe que je suis le seul à ne pas être accompagné. La probabilité que mon dépucelage se fasse ce soir avec un mec paraît illusoire. Mais ce n’est finalement pas si grave, j’ai déjà osé me rendre seul dans ce lieu, je pourrai le refaire.

Pris dans mes pensées, je ne remarque pas que le serveur est de retour avec le cocktail jusqu’à ce qu’il me dise « Santé ! » avec ce sourire que je trouve de plus en plus craquant. Il me demande alors si c’est la première fois que je viens dans ce lieu et si je sais qu’il est surtout fréquenté par des gays. Surpris par sa question, je lui réponds que je ne comprends pas pourquoi il me la pose. Il me rétorque que c’est parce que j’ai une alliance au doigt et que ça l’a interpellé et qu’il s’excuse s’il a été indiscret.

Ah ! L’alliance ! Il est vrai que j’aurais pu penser à l’enlever avant de sortir ! Mais bon, puisqu’elle est là autant s’en servir pour entamer la conversation avec mon charmant serveur. Je me lance à l’eau et lui raconte que je suis effectivement marié et que je me pose beaucoup de questions sur mon orientation sexuelle, d’où ma présence ici ce soir. Et c’est bien sûr à ce moment-là qu’un client l’appelle pour lui réclamer l’addition. Il me dit qu’il revient dès que possible, mais que le resto va bientôt fermer et qu’il ne va pas être très disponible ces prochaines minutes. Je lui dis que j’ai tout le temps.

Les derniers clients sont partis. Il ne reste plus que lui et moi. Il me demande si ça ne me gêne pas si on continue la conversation pendant qu’il range la cuisine. Je lui réponds que pas du tout et je me propose même de l’aider, ce qu’il accepte. Et on fait enfin les présentations. Il s’appelle Humberto et il est originaire d’Amérique centrale. Il est gay et est en couple, mais en couple libre. Il me demande s’il a bien compris que je n’ai jamais eu d’expérience avec des hommes, ce que je lui confirme.

Et alors dans un grand sourire, il me propose d’être le premier ! Je deviens rouge comme une pivoine, car si bien évidemment j’espérais secrètement qu’il me ferait cette proposition, je n’ose pas y croire. Et si je dis oui, vais-je être à la hauteur ? Pas le temps d’y penser que déjà il s’approche de moi et pose ses lèvres sur les miennes. J’ouvre alors la bouche et nos deux langues n’ont aucune peine à se trouver.

Je suis comme électrisé, je le serre tout contre moi, tout en continuant à l’embrasser à gorge déployée, en baladant mes mains à la fois avec force et tendresse sur son dos. J’ai envie de sentir sa peau sous mes mains. Je lui enlève son t-shirt avec empressement, je ne peux plus attendre. Mes mains découvrent alors un torse glabre bien dessiné, mais sans exagération, exactement comme je les aime avec en prime deux jolis tétons. Je n’y résiste pas, je le plaque contre le mur et je me mets à sucer avec avidité le téton droit tout en caressant délicatement avec le creux de ma paume le gauche. Il se met à souffler de plus en plus fort tout en s’approchant de mon entrejambe qui a pris un sacré volume.

A tel point d’ailleurs que s’il pouvait lui donner un peu d’air, ça ne serait pas de refus. Il doit lire dans mes pensées puisqu’il se met à défaire ma ceinture et à me déboutonner le pantalon avant de descendre ma braguette. Je me sens déjà plus à l’aise, mais pas complètement, ma bite étant encore coincée dans mon slip. C’est à ce moment-là qu’il choisit de se mettre à genoux devant moi, de baisser d’un coup sec mon pantalon sur les chevilles et de libérer l’objet de son désir en lui léchant d’abord le prépuce que j’ai généreux, puis le gland, avant de l’avaler dans sa bouche en commençant des va-et-vient qui m’excitent tellement que j’en ai la tête qui tourne. S’il continue comme ça, je vais exploser.

Mais telle n’est pas mon intention, pas tout de suite. Je le relève alors délicatement et l’embrasse tendrement pour faire retomber un peu la pression. Puis, je continue ce que j’avais entamé avec le t-shirt en l’asseyant sur une chaise pour lui enlever ses chaussures, puis ses chaussettes et enfin son pantalon. Mes mains parcourent à la fois avec force et tendresse ses jambes quasi imberbes, fines et musclées avant de caresser sa queue dorénavant bien dessinée dans son slip. Je m’agenouille alors face à lui et approche ma bouche de son slip que je hume d’abord profondément à la recherche de ces odeurs âcres caractéristiques d’un slip qui a été porté toute la journée. Les odeurs sont bien là, mon excitation est décuplée. Je trique comme un fou.

Je lui retire alors d’un coup sec son slip. Je me mets à lui sucer avidement sa queue circoncise moins imposante que la mienne, mais vu mon manque d’expérience je n’ai pas de point de comparaison. Quoiqu’il en soit, cette mise en bouche, si j’ose dire, est d’autant plus délicieuse que sa bite a laissé échapper quelques gouttes bien salées de liquide pré-séminal. Je me régale tout en me branlant, en faisant cependant attention de ne pas atteindre le point de non-retour. C’est alors que bien installé sur sa chaise, il me met ses deux jambes sur mes épaules et présente à ma vue son joli petit trou bien rasé.

Tout d’abord surpris par cette offrande, il ne me faut toutefois guère de temps pour comprendre ce qu’il veut. Je me libère de mon pantalon et de mon slip et je m’approche. Je me mets à lui lécher la rosette, ce qui a pour conséquence qu’il se met à pousser des petits cris qui au bout d’un moment se terminent par un « prends-moi » autoritaire. C’est le genre d’ordre auquel on résiste difficilement. Je me mets donc au garde à vous, enfin, c’est déjà fait depuis un bon moment, et lui colle mon gland contre son petit trou déjà bien humidifié. Et là, je commence à pousser la porte d’entrée sans vraiment savoir avec quelle force.

Mais Humberto est un homme d’expérience et il me guide dans ses entrailles avec…doigté. Une fois bien à l’intérieur, je commence à bouger mon bassin lentement, puis de plus en plus vite au fur et à mesure que ses « encore » deviennent de plus en plus forts tout en lui saisissant d’une main sa queue que je branle. Je sens qu’il va bientôt venir, et moi avec.

Mais sans que je me rende vraiment compte de ce qu’il m’arrive, il s’est dégagé de mon emprise pour se retrouver tout aussitôt à quatre pattes sur la chaise. Il m’offre une vue imprenable sur ses fesses musclées qu’il écarte avec ses mains. Mon excitation est à son comble. Et comme si cela ne suffisait pas, le voilà qu’il se met un doigt dans le cul tout en me regardant d’un air lubrique. Ma réaction est immédiate : je lui retire délicatement son doigt, que je lèche au passage, et lui fourgue avec fougue ma bite qui me donne l’impression d’être devenue aussi grosse que celle d’un cheval.

Et c’est reparti pour des va-et-vient intenses accompagnés de « oh ! oui ! » qui me rendent carrément dingues. C’est alors que, tout en continuant mon limage, je lui saisis sa queue dure comme un piquet. Je la branle jusqu’à ce qu’elle libère son jus. Je résiste encore quelques secondes avant de me vider à mon tour dans son joli petit cul en cinq ou six fois en hurlant de plaisir à chaque giclée. Humberto se rassied alors sur la chaise, jambes bien écartées, me faisant comprendre qu’il aimerait que je termine le travail en lui nettoyant le gland. Je m’exécute avec plaisir, puis me pose sur lui à califourchon en lui roulant une pelle mémorable. Je finis en lui mordillant l’oreille dans laquelle je dépose un « merci ».

Bugs

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 21 Janvier | 34 pages

Les nouvelles | 19

Cousins rebeu Meetmemz
Dortoirs Meetmemz
Entre vrais mecs Meetmemz
Mon demi-frère Meetmemz
Séduit dans les douches Meetmemz
Tournante en cave Meetmemz
Troisième mi-temps Meetmemz
Dressé par deux Racailles Ceven X
Torride Fraicheur ... Nei
Un rêve devenu réalité Graham
Un tour chez le médecin TomParis
Un resto inoubliable TomParis
Le mec à Avignon Micseon
Rafael, tu me manques Nicolas 89
Sortie de boite Fabrice
Lolito Matt
Apéro entre voisins Benishere4sex
Karma Gillandes
Aprèm chaude Steeve

Les séries | 15

Stagiaire | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Après le confinement | 2 | +1 Aurel
1 | 2
Bavure policière | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Cumdump au sauna | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
L'initiation d'Antoine | 4 | +1 Sylvainerotic
12 | 34
Piscine | 4 | +1 Camozzzor
1 | 2 | 3 | 4
La fouille | 8 | +1 Jam
1 | 2 | 1 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
27 janvier, + 85 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"double sodomie"cyrillo.comcyrillo.biz"première baise""gay bandant""histoire soumis gay""sun city sauna"cyrillogay"histoire de sexe gay""histoires cyrillo""histoire gay gratuit""gay lope""histoire pornos""histoires cyrillo""gay touzeur""sexe tatoué""baise à 3""cyrillo gay"actifsoumisciryllo"le site de cyrillo""recits hds""ma bite son histoire""grosse queu"cyrillo.comcyrillo"sling gay""recit bondage""histoire hot""photos gay gratuite""histoire gay black""histoire gay domination""histoire gay black"cyrillobizxstory.com"gay zoophilie""plan suce gay""histoire gay cyrillo""visite medical gay""plage naturiste gay""histoire de cul gay""histoire gay hard""j ai couché avec mon frère""histoire gay sex""histoire cyrillo""histoire gay minet"cyrillo.com"histoires cyrillo""histoire gay hetero""histoire d inceste gay""histoire gay routier""histoire gay sexe""histoire gay jeune""plan sm""uro gay""histoire gay bdsm""gay zoophile""mon cul gay""vider les couilles""sauna gay nice""recit premiere sodomie""gay beur""histoire gay lycée""histoires zoophilie""cyrillo histoires gay""histoire gay naturiste""histoire gay salope""histoire gay soumission""recit gay mature""histoire gay soumission""histoire bdsm gay""papa me baise""escort 02""avaleur de sperme"