ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Premier épisode | Épisode précédent

Étudiant appliqué | S9 | Secrets révélés

10 | Écrin

Je viens de raccompagner Julien et Arnaud et je songe à cette nouveauté à laquelle je vais, sans aucun doute, devoir m’habituer, cette présence à ses côtés qui relègue un peu l’ombre de mon père dans nos souvenirs …

Et c’est bien ainsi ! Il est temps que Julien reconstruise une relation.

Le bruit dans la cuisine me ramène à celle-ci, de nouveauté ! Je l’aide à terminer la remise en ordre et, une fois celle-ci achevée, je l’attrape par le poignet, le fais tourner sur lui-même, l’encadre de mon corps contre la cloison et l’observe en silence. Puis …

- « As-tu compris que je me suis servi de toi, Toni ? »

Il fronce les sourcils un instant.

- « Quand tu as fait demi-tour devant l’ascenseur ? »

Il plonge ses yeux dans les miens un bref instant puis réfléchit.

- « Tu nous as dit : installez-vous, je vous rejoins ! La chose était entendue et a balayé ma brève hésitation. » Ses yeux reviennent dans les miens : « consciemment ou pas, je pense que tu voulais rendre leur politesse à Julien et Arnaud. »

Je lui souris.

- « Quand Arnaud s’est malencontreusement dévoilé hier, j’ai réalisé que, seul, Julien n’était pas absolument informé de notre situation, alors que j’en ai informé ma mère, un comble. Quand l’opportunité de l’invitation s’est présentée, elle m’est venue … naturelle, simple, évidente … Ici, c’est ta maison. »

Il a rebaissé la tête et dodeline imperceptiblement, prends une brève inspiration et, sourcils froncés, relève ses yeux dans les miens.

- « Je ne voudrais pas … »

Je pose mon index sur ses lèvres pour lui interdire de poursuivre.

- « … que les jaloux pensent que tu m’as affolé avec ta jeunesse ? Ils le penseront malgré tout ! Que d’autres imaginent que j’achète ta fraîcheur ? Ils font déjà les comptes ! Mais Julien n’est pas de ceux-là, lui aussi a été choisi. »

Mon doigt a cascadé de ses lèvres à son menton, remonté la ligne de sa mandibule et glissé dans son cou jusqu’à accrocher le col de sa chemise.

- « Joli p’tit chat, tout fier dans sa tenue de jeune homme … »

Je revois Toni traverser la place de son pas alerte et décidé dans la pleine lumière. Je l’interpelle d’un coup de menton.

- « Alors, cette mue vestimentaire était-elle une bonne idée ? »

Il baisse lentement la tête, jusqu’à ce que son regard pétillant soit ombré par ses sourcils et un sourire, qu’il retient d’éclater, crispe ses joues. Il souffle « viens » et m’entraîne au salon où il m’invite à m’asseoir sur le canapé tandis qu’il déboutonne sa chemise qui glisse au sol et, une puis deux, arrache du pied ses tennis qu’il envoie au travers de la pièce d’une sèche détente du mollet.

- « Damien a été de bon conseil et c’était mieux que tu ne soies présent que dans nos pensées. »

Il a déboutonné sa braguette et fait coulisser le pantalon à deux mains sur ses cuisses musclées, découvrant un slip noir taille basse avec une large ceinture frappée du nom de la marque en lettres blanches majuscules. Un double trait blanc vertical souligne le renflement à l’avant du sous-vêtement. Il fléchit et, en équilibre sur un pied, se baisse pour retirer une jambe puis, changeant d’appui, délivre la seconde. Il prend son pantalon par la taille à deux mains, le secoue vivement pour le défroisser, le plie avec soin et se retourne pour le déposer sur le fauteuil.

Sous la large ceinture, la découpe bottomless du slip, également gansée d’un filet blanc, dessine parfaitement sans le contraindre le galbe magnifique de ses deux fesses ambrées que ses poils sombres grisaillent. Si je m’attendais …

Mes yeux se relèvent pour trouver les siens, canailles.

- « Qu’en penses-tu, Adrien ? »

D’un élan, j’ai bondi sur mes pieds et le serre spontanément contre moi. Mes deux mains courent sur ses globes dévoilés, passant du tissu à sa peau et inversement, tantôt légères, tantôt pressantes, dans un ballet tournoyant qui affole mes sens.

- « Quel joli écrin pour un fruit gourmand qui me déclare franchement son appétit … je suis flatté d’en être le destinataire ! »

Il rit, mutin, heureux d’avoir réussi à me surprendre.

Je le renverse sur le canapé, le retourne sur le ventre, l’emprisonne, cul dressé, le maintiens ! Je rabats son bras qui s’oppose, écrase d’un genou sa jambe qui s’échappe dans une lutte qui n’est qu’un jeu …

– « Laisse-moi contempler mon cadeau ! »

Mes mains balayent d’abord sobrement les formes, hérissant la broussaille. Mes doigts dessinent, soulignent, s’insinuent, courent sur sa peau, soulèvent la toile et font claquer l’élastique, contrarient les poils, … il glousse, gigote, me dispute le terrain d’une main retournée …

D’un coup, je m’abats sur lui de toute ma masse, le visage surplombant ce cul splendidement cerné et souligné. Mes lèvres serrées vaporisent un filet d’air qui couche ses poils par vagues en jouant du relief puis je dépose un petit baiser. Léger.

Ensuite, de la pointe de ma langue humide, je viens tracer un chemin qui serpente, batifole … Une promenade joyeuse et folâtre. Soudain, toutes nos tensions de joueurs se sont envolées, nos corps sont alanguis et fluides, nos respirations lentes et profondes.

Plus d’opposition ni d’affrontement, même par jeu, mais la recherche, fébrile, d’un dialogue, d’un accord, d’une convergence.

Naturellement, mes deux mains étirent vers le haut ses fessiers élastiques et ma langue, lourde, épaisse, baveuse, parcourt sa raie, puis s’aiguise en pointe pour titiller sa rosette sombre qui se contracte convulsivement sous la caresse. Mes doigts se sont insinués sous le large élastique de la ceinture avec le soin qu’on consacre à retirer la couronne de fleurs d’oranger à une jeune mariée et je fais pivoter Toni pour libérer sa queue qui bondit, raide, perlante. Je l’engloutis.

Ses poings se referment, pris dans mes cheveux ; ils accompagnent mes aspirations qui le secouent de brusques frissons.

Quand je reprends mon souffle en relâchant son joli sceptre, j’entoure ses cuisses de mes bras et le bascule comme un sac à l’épaule pour l’emporter sur le lit. Le temps pour moi de retirer mes vêtements, et il m’attend, nu, capote et gel en main, pour m’équiper prestement et sans détour.

Il se retourne, escamote une épaule, un bras glissé entre ses cuisses pour me guider, m’embouche et c’est lui qui se fiche sur moi. Puis il se redresse lentement sur les genoux, soufflant, en se laissant glisser sur mon mat. Mes mains encadrent ses flancs en guides attentifs, prêtes à se montrer secourables et ma respiration se fait la plus discrète possible, presque suspendue pour ne rien perdre de son coulissement.

Il a relevé ses bras repliés, coudes au ciel, ses mains retiennent ma tête dans le creux de son cou, mes lèvres à son oreille, le temps d’accorder nos souffles. Mes mains sur ses hanches impriment un discret balancement, en opposition, de plus en plus fluide et voluptueux. Toni a le buste tendu comme un arc alors que son rein et sa croupe se sont abandonnés et solidement plantés sur ma queue.

Il soupire bruyamment et, d’un coup, il m’échappe.

D’autorité, il me fait asseoir sur le lit, me dispose, cuisses ouvertes, plantes des pieds jointes, m’enjambe et s’accroupit, se raccrochant d’un bras dans mon dos, se contorsionne pour me ramener en lui et noue ses mollets à mes reins tandis qu’il m’accueille, chaud, velouté, ajusté, comme un nid soyeux que je ne saurais plus jamais quitter.

Avec aisance et naturel.

J’exprime mon éblouissement dans un souffle à peine murmuré.

Et l’aveu d’Arnaud me revient, avec tout ce qu’il comportait de douloureux. Or Toni, avec son volontarisme affirmé en réaction, semble vouloir se délivrer de tout aspect mortifère pour célébrer, à cette place, son épanouissement dans l’assouvissement de son désir profond. Ainsi planté sur moi, il rayonne. Et donc, moi aussi.

Ainsi face à face, bras en jambes en écharpes nous réunissant étroitement, un léger balancement frontal et de subtiles contactions suffisent à fonder notre plaisir fusionnel.

Toni a plongé ses yeux dans les miens comme pour guetter la progression de notre excitation, il les referme maintenant à demi et casse sa nuque vers l’arrière, bouche entrouverte, souffle qui se raccourcit. Il décroche sa main droite qui vient enserrer sa bite dressée et, contractant son rein, serrant sèchement son périnée, il me gratifie rapidement d’un premier jet qui zèbre ma poitrine. A peine reprend-il brièvement son souffle que j’explose en lui, le soulevant d’un premier hoquet, lequel est suivi de nos sursauts respectifs jusqu’à épuisement de nos munitions, qui nous laissent épuisés, hagards, souriants, comblés.

Je laisse libre cours à cette tendresse qui me submerge en le ponctuant de mille baisers sonores. Ses mains aux doigts écartés farfouillent dans ma toison collée par son foutre. On rit, on chahute comme des enfants, heureux.

Tout simplement.

Baiser, c’est un peu comme respirer. On peut respirer sans même y penser, juste pour subvenir au besoin vital. On peut aussi, par des sur-ventilations forcenées, parvenir à s’étourdir et, s’en voulant un peu de n’être pas absolument satisfait d’atteindre ainsi le nirvana, en accabler son partenaire ou recourir à des expédients en illusoire complément.

On peut également apprendre comment s’emplir les poumons de grand air et de joie. * La réponse est en soi, en chacun de nous.


* A chacun son imagination. Notre cerveau fertile est notre principal organe sexuel, celui de la stimulation. D’aucuns perdent une lettre en chemin et privilégient la simulation, hélas !

Voyons ce que Michel Butor nous dit des rêves, indispensables à la vie, dans « ».


Vous avez des réactions, des remarques, des questions, des suggestions ou simplement envie d’échanger ?

Les liens en fin de chapitre vous séduisent, piquent votre curiosité, retiennent votre attention, vous rappellent un temps que … ou vous laissent indifférent ?

Bien sûr, vous pouvez m’en faire part directement par courriel à cette adresse : , je m’efforcerai de vous répondre au plus vite et au mieux de mes possibilités.

Et encore merci à tous ceux qui m’ont soutenu, encouragé, interrogé, relancé …

La suite ? Prochainement, à bientôt.


Amical72

Autres histoires de l'auteur :

Toni : S1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11

Agriculteur : S1S2S3S4S5S6S7S8

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 21 Janvier | 34 pages

Les nouvelles | 19

Cousins rebeu Meetmemz
Dortoirs Meetmemz
Entre vrais mecs Meetmemz
Mon demi-frère Meetmemz
Séduit dans les douches Meetmemz
Tournante en cave Meetmemz
Troisième mi-temps Meetmemz
Dressé par deux Racailles Ceven X
Torride Fraicheur ... Nei
Un rêve devenu réalité Graham
Un tour chez le médecin TomParis
Un resto inoubliable TomParis
Le mec à Avignon Micseon
Rafael, tu me manques Nicolas 89
Sortie de boite Fabrice
Lolito Matt
Apéro entre voisins Benishere4sex
Karma Gillandes
Aprèm chaude Steeve

Les séries | 15

Stagiaire | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Après le confinement | 2 | +1 Aurel
1 | 2
Bavure policière | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Cumdump au sauna | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
L'initiation d'Antoine | 4 | +1 Sylvainerotic
12 | 34
Piscine | 4 | +1 Camozzzor
1 | 2 | 3 | 4
La fouille | 8 | +1 Jam
1 | 2 | 1 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
27 janvier, + 85 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"premiere partouze""encule a sec""récit pornographique""histoire beur gay""blog histoire de mecs""pompier gay""bites juteuses""une main dans le cul""couilles pendantes""histoires cyrillo""gay amiens""gay dans les bois"gaygratuit"le site de cyrillo""histoires hds""histoire gay lycee""dépucelage gay""cyrillo histoires""branlette entre pote""histoires cyrillo""histoire de sex entre homme""histoires x gay""histoire travesti"sexeshop"gay hard""premier sodomie""anulingus gay""histoire érotique gay""photos gay gratuite""gang bang geant""histoire depucelage jeune gay""plan sm gay""photos gay gratuites"cyrillo.biz"pute a rebeu""blog de cyrillo""histoire gays gratuites""premiere sodomie gay""colocation gay""recit porno gay""plan sm gay""histoire gay grosse bite"cyrillogay"gay cyrillo""cyrillo gay"cyrillobiz"histoire porno""histoires gay soumis""histoires cyrillo""grosse bite molle""histoire gay pere""histoires cyrillo""histoire cyrillo""histoire gay papa""recit gay routier""histoires de sexe gay""le site de cyrillo""j ai couché avec mon prof""gay exhib tumblr""histoire travesti soumis""depucelage hard""partouze à la plage""histoire gay pute""beurs gays"cyrillogay"histoire gay douche""histoire fetichiste pieds""amateur homme nu""histoires gay gratuites""baise chaude""premiere sodo gay"cyrillo.com"ma soeur me baise""action ou verite chaud""trio hard""recit gay sex""histoire gay pere fils"cyrillo.comcyrillo.biz"histoire gay rebeu""gay cyrillo""pisse gay""cyrillo histoires gay"