ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Premier épisode

De découverte en découverte

Chapitre 2

Je suis allongé sur le lit, entièrement nu. La couette est chaude et douce. C’est parfait. Je suis on-ne-peut-plus détendu. Mon amant m’a demandé de m’étendre sur le côté. Le connaissant, il a une idée précise dans la tête. Ce n’est pas étonnant. Quoi qu’il en soit, je suis bien et je l’attends. C’est un week-end des plus agréables qui s’annonce et nous n’en sommes qu’au samedi, dans la soirée. Le week-end a bien commencé… Jérôme a déclenché les hostilités tout à l’heure. Et je sais déjà que je ne suis pas au bout de mes surprises. Je retiens mon souffle. Je jette un coup d’œil autour de moi. La luminosité est tamisée dans la chambre. Il y a toujours cette odeur délicieuse d’agrumes, chère à Jérôme et que j’aime tant dans sa maison. Je n’attends plus que lui…

Jérôme est mon amant depuis quelques mois, maintenant. Nous nous sommes rencontrés sur Internet. J’avais publié une annonce où je mentionnais que j’avais envie d’explorer ma sexualité… et que je voulais goûter aux plaisirs sensuels ET sexuels avec un homme. Ça a été là où Jérôme s’est manifesté. La quarantaine passée, lui aussi avait eu envie de donner un second souffle, une nouvelle direction à sa vie sexuelle. Après des mois où nous avions échangé et pendant lesquels nous avions fait l’amour en virtuel, j’avais annoncé à mon sex friend que je me sentais prêt, en confiance, et que je désirais désormais le rencontrer. Nous avions convenu d’un rendez-vous, un samedi, chez lui. Au final, nous avions passé le week-end ensemble. Et le week-end avait été au-delà de mes espérances. Jérôme avait été tout particulièrement doux à mon égard. Patient. Gentil. Attentionné. Adepte du «cocooning», il avait veillé à ce que tout soit agréable, pour moi comme pour lui. Nous nous étions embrassés… Caressés… Nous avions porté chacun un kimono et nous nous en étions ensuite dévêtus. Nous nous étions masturbés un petit peu réciproquement… Il m’avait branlé et fait jouir… Je m’étais agenouillé et je lui avais fait une fellation… Il avait joui dans ma bouche… J’avais avalé son sperme… Nous étions allé dans sa chambre et il m’avait pénétré et fait l’amour après m’avoir longuement préparé avec ma langue et ses doigts, avec beaucoup beaucoup de lubrifiant. Adepte du plaisir prostatique, j’y avais goûté avec mon ex Bérénice. Jérôme a été le premier à qui j’ai offert ma virginité anale. Ça fait désormais six mois que nous sommes sex friends. Et ce week-end, nous tenons à fêter ces six mois comme il se doit. Je suis tout à Jérôme. Je le veux en moi. Maintenant. Là… Mmmmh… Je pousse un cri libérateur. Son sexe entre tout doucement, lentement dans mon anus…

Comme pour notre tout premier rendez-vous, il y a donc six mois, j’ai mis un point d’honneur à me faire beau pour mon monsieur. J’ai pris une douche bien chaude et j’ai enduit mon corps de gel douce à la crème de pêche. J’ai déposé, par-ci, par-là, quelques gouttes de mon eau de toilette à l’eucalyptus. Une chemise noire bien repassée, toute lisse… Un boxer moulant… Un jean slim taille «skinny» de couleur noire, ceinture en cuir… J’ai coiffé mes cheveux en dégradé, comme à mon habitude. Un beau sourire à mon reflet dans le miroir. Là. J’étais apprêté.

Dans le bus, j’ai réfléchi à ces six mois de «relation». Nous sommes des sex friends. Nous nous donnons rendez-vous lorsque nous avons envie de nous voir… et de faire l’amour. Nous ne sommes pas en couple. Notre célibat nous convient. C’est à lui que j’ai offert ma virginité anale. Depuis cette première fois avec un homme, mon regard sur ma sexualité, sur l’homme que je suis, a… évolué. Alors que j’étais purement hétérosexuel, ma «relation» avec Jérôme a fait que mon orientation sexuelle a quelque peu changé. Il m’arrivait désormais de regarder les hommes dans la rue, dans la vie de tous les jours. J’ai réalisé que j’étais plus qu’un hétéro curieux, ce que j’ai cru un moment, au début de notre liaison. Je sais aujourd’hui que je suis bisexuel. Cependant, en termes de plaisirs entre hommes, Jérôme et moi sommes des amants exclusifs. Et pendant que le bus roulait et qu’il me conduisait vers chez mon amant, je me suis imaginé notre week-end à venir…

Quand je suis arrivé devant sa porte, j’ai toqué. Une fois n’était pas coutume, il y avait de la musique dans la maison. Une fois n’était pas coutume, Jérôme a mis quelques instants avant de venir m’ouvrir. Quand la porte s’est ouverte, Jérôme était tout sourire. Je lui ai souri en retour. Ce sont actuellement les beaux jours de l’été, alors il était carrément torse nu. Eh… bien! Je suis resté fixé quelques secondes sur sa poitrine velue, comme hypnotisé. Jérôme m’a grillé. Il m’a de nouveau souri et il m’a pris la main pour m’entraîner à l’intérieur de la maison et fermer la porte tout de suite après.

Une fois la porte fermée, j’ai continué de marcher et, arrivé dans la pièce à vivre, juste à côté de la cuisine à l’américaine de mon homme, je me suis arrêté. L’odeur d’agrumes qui envahissait la pièce était tout simplement en-i-vran-te. J’ai entendu des pas se rapprocher de moi. Je me suis retourné et j’ai vu Jérôme poser ses deux mains sur moi pour m’enlacer.

– Bonjour toi! Toujours aussi… mignon. Je peux décidément pas te résister…

Nos visages se sont rapprochés et nous nous sommes embrassés. J’a-dore les baisers de Jérôme. Il embrasse bien et, qui plus est, il est ET reste délicat. Je me suis laissé aller. J’étais si bien, déjà. Jérôme a ce don de me mettre en confiance dès que l’on se retrouve. Ses mains, d’abord posées sur le bas de mes reins, ont continué leur petit bonhomme de chemin et ont fini sur mes fesses. Mon amant les a prises doucement et a commencé à les malaxer. J’ai poussé un soupir éloquent, comme pour signifier à Jérôme que j’aimais ça et que j’avais envie qu’il poursuive ses attouchements ainsi. Et le connaissant… Il ne s’est pas fait prier…

– Mmmh… Tes lèvres sont toujours aussi délicieuses, Maxime…

Qu’il me dise ça d’une voix particulièrement douce… Qu’il prononce mon prénom ainsi… C’est dans ces moment-là où je me dis que je n’aurais pas pu vivre avec un autre homme ce que je vis depuis ces six mois en compagnie de Jérôme. C’est simple: depuis six mois, notre relation de sex friends évolue crescendo. Je fais confiance à cet homme. Je sais qu’il ne me fera rien, ne me dira rien qui ne me plaira pas. La phase en virtuel a été déterminante. Aujourd’hui encore, je reste convaincu que ça a été à ce moment-là où tout s’est joué. Et depuis, nous avons le même plaisir, à chaque fois, de nous voir… et de faire l’amour. L’un va de pair avec l’autre, c’est aussi simple que ça entre nous!

– On prend un verre et on se met en kimono, «Petit chat»?

Ah… «Petit chat»… C’est le surnom qu’il m’a donné dès le premier week-end que nous avons passé ensemble. CE week-end où un homme m’a sodomisé pour la toute première fois… Il m’avait appelé comme ça après qu’il ait joui, la tête sur l’oreiller, le calme après la tempête. Ce n’est pas exactement comme ça que ça s’est passé, en fait. Je m’en rappelle… «Mon chat»… Voilà. C’était comme ça qu’il m’avait d’abord appelé. Sur le coup, je n’ai pas réagi. Ça m’avait rappelé des souvenirs… Et pas des souvenirs agréables… Bérénice, mon ex, m’appelait comme ça quand on était ensemble. Jérôme avait tout de suite compris mon silence soudain. On a parlé… Depuis ce jour, je suis son «Petit chat». J’aime beaucoup Jérôme pour ça: il prend ET tient compte de mes faits et gestes, de mes réactions. C’est LUI.

– Tu dois avoir hâte de faire cette visite guidée, Max… Depuis le temps que t’attends ça…

C’est vrai… Il n’est pas bon d’être guide touristique en temps de pandémie. Hormis un petit boulot de remplacement comme surveillant de salles au musée municipal, j’ai mis de longs mois avant de retrouver une activité professionnelle, EN-FIN!

Jérôme a sa propre entreprise. Il est spécialisé dans la plomberie notamment. Il y a d’autres domaine auxquels il touche, mais la plomberie, c’est ce que j’ai retenu. Du coup, même en dépit des différents confinements, des mesures sanitaires mises en place et des attestations de déplacement dérogatoires entre autres, Jérôme et ses employés n’ont pas eu l’air de souffrir de la situation. Et pendant que l’on parlait de tout et de rien en vidant nos verres de vin, je voyais bien que Jérôme me mangeait des yeux…

(…)

Je suis allé dans la salle de bains. Je me suis déshabillé, le cœur battant. Le rituel du kimono m’avait transformé en pile électrique. Le kimono, comme d’habitude, était d’un blanc immaculé, impeccablement plié et il m’attendait sur le rebord du lavabo. Entièrement nu, je jetais un œil à mes deux mamelons, le droit lui aussi désormais orné d’un piercing en titane à l’horizontale, légèrement incliné. Dès que Jérôme le verrait, j’avais le sentiment qu’il ne résisterait pas et qu’il se jetterait sur moi pour le caresser, lui aussi. Oh? Je n’en ai pas parlé? Il a un faible pour mes tétons, en particulier. Mon regard s’est porté plus bas. Je bandais dur. Ce n’était pas une surprise pour moi… Juste avant que je ne parle pour la salle de bains, j’ai roulé des fesses, histoire de l’émoustiller… et de le provoquer. La réaction de mon amant ne s’est pas faite attendre: sa main a atteint mon cul et il m’a donné une petite claque. J’ai glapi parce que surpris. Là. Nous étions d’ors et déjà dans le vif du sujet. Et quand j’y ai pensé en me déshabillant, ça m’avait excité…

(…)

Je suis sorti de la pièce et j'ai rejoint mon homme. Nous nous sommes enlacés, embrassés. Sa tête s'est abaissé et il a porté ses lèvres et sa langue là où il le pouvait. Mon cou… Mes clavicules… La naissance de mon torse… Là. Il avait atteint ce qu'il adorait tant chez moi. Mes… tétons. Il y a posé délicatement la pulpe d'un doigt, chacun. J'ai eu encore plus chaud, d'un coup. J'en ai soupir de plaisir. Gémi, même. Jérôme a pris ça pour un «oui» et m'a sucé, léché avec avidité et dextérité les mamelons…

(…)

J’étais cambré, les mains et même carrément les coudes sur le plan de travail de sa cuisine, les jambes écartées. Avec des gestes délicats, Jérôme me maintenait les fesses bien ouvertes. La position et la situation m’excitaient. Au plus haut point. Jérôme me parlait, me mettait en confiance. Jérôme prenait son temps: il me préparait, lentement mais sûrement. Je n’en sortirais pas indemne…

– Mmmh… Ton «petit» cul me donne toujours tellement envie, «Petit chat»… Ne bouge pas… Ton cul est à moi… Tout à moi…

(…)

Comme à son habitude quand il s’occupe de moi quand on fait l’amour, Jérôme n’a tenu compte que de moi. Je prenais du plaisir, cette fois-ci encore, à me faire lécher. Toute résistance était inutile. Délicat, il me maintenait les fesses bien écartées en ayant ses mains fermement sur moi. Je gémissais. Je suppliais Jérôme de me faire perdre la tête. Tout en continuant à me caresser, mon amant m’encourageait à me lâcher…

(…)

Je reprenais mon souffle. Jérôme ne m’a effectivement pas épargné. J’aime tellement ça… Me faire lécher mon anus… Et tel que ça m’a beaucoup excité… Jérôme m’a laissé quelques instants de répit avant de revenir avec un tube de lubrifiant. «Spécial anal»… Il s’en est mis sur un doigt et il a commencé à me titiller la rondelle. J’ai gémi. Je geignais. Je prenais du plaisir quand il me touchait. Et quand il a estimé que mon anus avait enfin éclos, il m’a pénétré délicatement d’un doigt. J’ai crié. Il est allé et venu en moi avec son doigt…

(…)

J’avais tellement aimé qu’il me lèche et il me mette ces deux doigts en moi, délicatement, bien lubrifiés. Ça avait été une mise en bouche des plus émoustillantes et ça avait mis encore plus mon esprit en ébullition. Et puis tout d’un coup, Jérôme s’est arrêté, sans dire un mot. J’étais pantelant. Il m’a souri, aux anges. Il s’est redressé et m’a embrassé la nuque. Puis, il a porté ses lèvres à mon oreille.

– Ton cul est toujours aussi délicieux, mon coquin… J’ai hâte…

Ni une, ni deux, je me suis agenouillé et j’ai tiré la ceinture du kimono. Jérôme m’a été d’une aide non négligeable en s’en débarrassant. Tel un petit diable qui sort de sa boîte, le sexe bien dur a jailli. Il était gros, déjà. J’y ai porté une main et je l’ai guidé jusqu’à ma bouche. Je me suis mis à sucer avec passion l’envie que mon amant avait de moi. J’ai tellement ça, lui faire des pipes… Qu’il éjacule dans ma bouche… Je me déchaîne à chaque fois… Jérôme m’a guidé en posant ses mains doucement sur ma tête. Il m’a fait aller et venir sur son érection.

– Mmmh… Oui… C’est tellement… bon, «Petit chat»… Vas-y, mon suceur… Pense à tout à l’heure et continue…

(…)

Je respire. C’est important de respirer quand on fait l’amour. Et plus on est détendu, plus on prend du plaisir. Une fois encore, Jérôme a été tatillon et il a pris mille précautions pour me pénétrer. Une fois allongés sur le lit à la couette blanche immaculée, il m’a fait me positionner sur le côté et il a repris le lubrifiant. Il s’en est de nouveau versé sur les doigts et il en a réintroduit un dans mon cul pour se faire une idée de son étroitesse et de sa dilatation.

Il m’a parlé et m’a notamment demandé de prendre une grande inspiration. C’est là que j’ai accueille son sexe en moi. Je pousse un grand cri. Libérateur. Un tout petit peu de douleur, mais surtout une fierté, un grand plaisir de l’avoir en moi. Il n’a pas mis de préservatif. Nous en avons parlé… Ça fait six mois, et lui comme moi n’avons pas eu d’autre partenaire. Nous sommes allés ensemble faire un test VIH au laboratoire d’analyses médicales et nos deux tests ont été négatifs. Là, il n’y a que son gland en moi et il se retire aussitôt. Précautionneux et tatillon comme il est, il rentre et ressort à plusieurs fois, pour me dilater encore un peu plus l’anus. Une fois qu’il estime que mon cul est mieux dilaté, il entre complètement et il commence à me faire l’amour. C’est… bon.

– «Petit chat»… Tourne la tête… Regarde-moi… C’est toujours aussi… bon de te faire l’amour… Garde la tête vers moi comme ça… Là…

Il m’embrasse. Nous y mettons la langue, à ce baiser. Je sens à merveille sa queue dans mon petit trou. Je halète déjà. Une main qui me ceinture le ventre, l’autre qui maintient ma jambe élevée, Jérôme me prend de plus en plus. Je le sens...

(...)

Je suis sur le dos. Je me laisse aller. Je suis bien. Jérôme va et vient en moi, et il ne s'arrête plus. Tout à l'heure, c'était tout aussi agréable, quand nous étions sur le côté. Il variait la vitesse et la profondeur de ses pénétrations. J'adore l'avoir en moi, qui plus est parce qu'il n'y a de préservatif entre nous. Il me regarde avec tendresse. C'est MOI qu'il désire. Je soupire… Je gémis pour l'encourager.

Jérôme a trouvé son rythme de croisière et on ne peut plus l’arrêter d’aller et de venir à l’intérieur de moi. Il ondule des fesses langoureusement. C’est tout simplement beau de le regarder et je n’y résiste tout simplement pas. Je fonds, me liquéfie sur place. Ce n’est que pur délice de le voir ET de le sentir en moi. Je m’arrime fermement à lui. Je veux sentir que l’on est à fleur de peau, littéralement. Il va et vient plus rapidement. Plus franchement, également. C’est ce dont j’ai envie. Je gémis. Je crie. J’ai l’impression que ça l’excite, mon amant… Je le serre fort contre moi. Je suis tout excité. Je suis insatiable. Toute raison m’a quitté. Je suis un homme perdu. J’en veux plus encore…

– Jérôme… Prends-moi… Prends-moi! Ta queue dans mon… cul! Encore… Encore…

– Oui… Oui… OUI! «Petit chat»… Je vais jouir… Je vais jouir… Je vais… OH! Je jouis! Je jouis! AAAHHHH!!!

Je sens le sexe vibrer à l’intérieur de mon anus. Moi, j’ai chaud au cul. Je le sens se contracter. Les contractions de ma prostate me font prendre la tête. Je jouis du cul… Cet orgasme provoque ma perte et je me sens partir. Je jouis, moi aussi… Je sens mon sperme jaillir et gicler sur mon ventre…

(...)

Nous reprenons conscience et nous nous regardons. Jérôme est allongé sur moi, son sexe toujours en moi. Même si je suis immobile, je sens son sperme dans mon anus. Nous venons de faire l’amour et c’était beau. J’étreins mon partenaire, comme pour le retenir et sentir son corps contre le mien. J’aime ça, d’ailleurs. Beau-coup. Et là, c’est une sensation de plénitude qui prend possession de moi. Je me sens bien, tout simplement. Jérôme m’embrasse. Il me cloue littéralement contre le matelas.

– Mmmh… C’est toujours foutrement… bon de coucher avec toi, Maxime…

Il se retire tout en doucement de mon anus. Ça me fait tout drôle de ne plus le sentir. Je m’y étais habitué, il faut dire… Jérôme se relève. Il me tend la main.

– Viens, «Petit chat»… Allons prendre une douche bien méritée… Chaude… Et même crapuleuse, peut-être… Je ne sais pas encore… En tout cas, j’ai de nouveaux projets pour toi, Max…

Il m’embrasse. Puis sa tête s’abaisse. Il ne peut pas s’empêcher de poser sa bouche sur mes mamelons. Je soupire de plaisir. Le week-end a bien commencé et quelque chose me dit qu’il va rester riche en promesses… et en plaisirs… Je le laisse m’entraîner…

Mysterious1991

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
5 janvier, + 78 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"cirillo gay""blog gay une histoire de mecs""recit erotique gay""mon pere me baise""ma premiere bite""baise en nature"gaieros"histoires inceste gay""gay abattage""encule moi fort""blog une histoire de mecs""histoire gay sexe""gay beur""recit gay routier""cyrillo dial""histoires cyrillo""histoires de sexe gay""histoires gay entre hommes""histoires gay porno""récit bdsm"cyrillogay"livreur gay""rugbyman gay""histoire gay sexe""histoire gay vestiaire""histoire depucelage jeune gay""histoire gay hard""gay cyrilo""histoire erotique gay""bizutage gay""cyrillo dial""histoires porno gay""histoire gay cyrillo""histoire pornos""blog gay porno""histoires gay soumis""dial agayn""histoire gay oncle""gay suce hétéro""gaie eros"cyrillogaycyrilo"visite médicale gay""recit sodomie""histoire gay gratuit""premiere pipe gay""cirillo gay""gay coquin""histoire de sexe mature""gay jus""histoire gay cirillo""sauna oasis lyon""dépucelage gay""histoire cyrillo"gaierosplanbi"recit gode ceinture""histoire gays""hds gay""recit gay cyrillo""mec exhib""dial agayn""histoire gay cousin"cyrillo.com"gay gloryhole""l'atlantide sauna"ciryllo"histoires gay arabes""histoires zoophile""cyrillo histoires gay""cyrillo histoire gay""histoire gay gratuites"histoiregay"gay salope""gay debile""baise dans les bois""soumis à ma femme""histoire gay première fois""histoire cyrillo"cyrillobiz"histoire x gay""concours branlette""hds histoires"