ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Camping avec mon meilleur ami

Salut à tous et merci pour les retours que j’ai eus, ça fait plaisir de voir que mes histoires vous plaisent (« Rencontre d’un ancien élève » est dans le TOP 3 du 08.04.21 ! Merci !) et ça donne envie de continuer à vous raconter mes petites aventures.

Cette histoire est arrivée il y a quelques années, pendant mes études. J’ai fait mon coming-out auprès de ma famille et de mes amis à l’âge de 20 ans. Tous l’ont bien pris, je me sens vraiment chanceux de ce côté-là. Mon meilleur pote, Paul, a été très surpris mais il m’a accepté... Un vrai ami quoi. Je le connais depuis le collège : on s’y est lié d’amitié très vite car nous avions de nombreux centre d’intérêts en commun. Et c’est mon meilleur pote, point. Je n’ai jamais fantasmé sur lui. A l’époque, il était gros. Depuis qu’il est avec sa copine qui est à présent sa femme, il a perdu du poids, ce qui lui va bien. Je vous le présente en quelques mots : il est assez grand (1,80m), il a des cheveux bruns, crépus et très fournis, le teint mat (il bronze très vite dès qu’il y a du soleil), il a des épaules assez larges, sous son t-shirt on devine encore un petit ventre, il porte une barbe de 3 jours et des lunettes. Il est poilu, je le vois à ses poils noirs abondants sur les bras, les jambes. Son corps semble aussi très poilu car on voit des poils qui dépassent du col de son t-shirt.

Lors de nos études, un été, nous décidons de partir ensemble en vacances pour faire du camping, dans les Pyrénées, en démarrant de Cauterets et avec comme but ultime le Pic du Midi. Grandes randonnées la journée, le soir dodo dans une tente commune, mais bien sûr chacun dans son duvet. Pendant ce temps avec lui, tout comme les années d’avant, je n’ai aucune pensée cochonne pour lui. Il est aussi très pudique, il va toujours prendre sa douche, seul. Le soir, nous parlons beaucoup au coin d’un feu de camp, on mange de temps en temps des marshmallows mais on va se coucher tous les soirs assez tôt, vu que les journées sont éprouvantes. On s’amuse beaucoup, on rigole, on se vanne sans arrêt.

Un matin, nous remarquons que les douches d’un refuge où nous avons prévu de nous rafraîchir sont HS... et il fait tellement chaud que lorsqu’on trouve au fond d’une forêt une magnifique cascade, on décide de se poser et de s’y doucher. Il me dit de me doucher le premier. Je me douche vite fait vu que l’eau est assez glacée. Je me sèche et je retourne à notre camp. C’est à son tour, il me laisse seul avec nos affaires. Voyant qu’il a oublié le gel douche, je vais vite le retrouver pour le lui apporter. Et je le vois alors nu pour la première fois et je dois avouer qu’il est vraiment bien foutu. Il est baraqué, avec de beaux « seins » fermes et un ventre rond un peu prononcé, légèrement ventripotent. Ses poils sombres sortent de partout. Ils remontent à partir du pubis, traversent le ventre et vont se perdre dans la masse de poils qui recouvrent son torse. Il est tout aussi poilu sur la jambe. Ses bras puissants sont aussi recouverts de poils, des épaules jusqu’aux doigts. Il est assez densément poilu mais ce n’est rien comparé à ses couilles et son pubis. Là, il a des poils très sombres et très épais. Ses tétons pointent, ils sont énormes et roses. Il a des bras assez larges, assez musclés. Ses jambes sont aussi massives et poilues. Sa bite est de taille moyenne, très brune, surmontée de grosses boules brunes et poilues. Son gros gland rose est décalotté. Me voyant, par pudeur, il se retourne et j’ai une vue imprenable sur son cul poilu. Je n’ai jamais remarqué qu’il a un aussi gros cul que ça. Bien bombé, bien rond, bien ferme.

Je m’excuse, lui tends le flacon puis je m’éloigne lentement. Il a un corps tout à fait à mon gout. Mais je chasse toutes idées cochonnes de ma tête et je l’attends. On repart... et malheureusement, j'ai du mal à penser à autre chose qu’à sa virilité. Mais je dois chasser ses pensées de ma tête... il est marié, je suis son témoin de mariage. Je ne ferai rien avec lui ! Je cherche une distraction : les magnifiques paysages des Pyrénées détournent vite mon attention. Ce jour-là, il fait très chaud. Presque 40 degrés. Ca suffit pour me changer les idées... et pour m’épuiser.

Le soir, on fait un feu de camp et on parle beaucoup. Il fait toujours très chaud mais on ne veut pas dormir en laissant la tente ouverte... c’est pour cela que Paul me demande :

- Ça te dérange si je dors torse nu ? J’ai très chaud, désolé.

- Non pas du tout.

Son beau corps poilu dont j’ai du mal à en détacher le regard apparaît alors. Il n’a plus qu’un simple slip qui laisse entrevoir son paquet. Puis il se met dans son duvet et il se tourne vers moi. On continue de papoter pendant quelques minutes de tout et de rien. Puis il finit par dire :

- Désolé, je vais devoir dormir sur mon duvet... j’ai vraiment trop chaud dedans.

- Oui, je crois que je vais faire pareil.

J’enlève mes habits, ne gardant que mon caleçon. Je crois que je suis un peu déçu que Paul ne jette pas de coup d’œil sur mon corps ou sur mon paquet. Je secoue la tête pour me sortir ces idées de la tête. Il me souhaite bonne nuit, se pose sur le dos et ne tarde pas à s’endormir. Je me tourne, lui montrant mon dos ... mais je n’arrive pas à dormir... une idée a germé en moi... je veux voir sa bite... mais j’essaie de me maitriser. Puis je me tourne vers lui et je le vois dormir à point fermé. Dehors, c’est la pleine lune et le corps de Paul est éclairé. Je peux apercevoir la bosse que fait son sexe dans son slip. C’est peut-être le fait de ne pas m’être branlé depuis 4 jours... mais j’ai envie de le toucher. Son paquet m’attire. Je le regarde, il ronfle, il dort profondément. J'avance ma main vers son slip. Je la pose lentement dessus et je le caresse doucement. Paul ne réagit pas.

J’essaie d'estimer la taille de sa bite au repos mais je n’y arrive pas. Je soulève délicatement son slip et le fais descendre sous ses couilles. Sa teub est moyennement grosse. Je secoue la tête... Je ne dois pas faire ça, ce n’est pas bien, me dis-je. Il est toujours allongé sur le dos, je peux bien observer son torse bombé et poilu. Il m’excite de plus en plus... et je perds alors le contrôle, je me mets à bander. J’approche ma main de son corps et commence à frôler son corps. Je sens une fine toison de poils. Ma main descend jusqu’à son ventre et lui caresse le pubis bien poilu. J'ai le cœur qui bat à fond, j'ai trop peur qu'il se réveille, mais c'est plus fort que moi. Ma main glisse vers ses couilles et elle les tâte prudemment... elles sont vraiment énormes. Je remonte de nouveau vers son torse et frôle ses tétons qui sont bien durs. Il ne réagit toujours pas. Il a un sommeil de plomb. Je tends les doigts et prends très délicatement le sexe entre deux doigts. Elle est toute molle. Je recule le prépuce et je secoue sa nouille... puis je caresse de nouveau ses couilles. Et je continue d'effleurer sa bite, il dort encore et toujours. Je remarque alors qu’il commence à bander. Sa teub a une demi-molle de bonne taille.

C’est malheureusement à ce moment que Paul se met à bouger. Simple réflexe sans doute. Mon cœur bat pourtant à 100 à l’heure et je transpire à grosses gouttes. Je reprends mes esprits, je referme son slip et je me branle vite fait... je ne veux pas gâcher notre amitié, elle est trop importante pour moi. Je jute dans un mouchoir. Me voilà délivré... je me tourne de l’autre côté et je m’endors vite.

Je me réveille pendant la nuit à cause d’une sensation bizarre. Mon pote, qui n’est pas prisonnier de son duvet cette nuit, s’est collé contre moi, et son bras est sur moi ... et je sens sa barbe chatouiller mon biceps et sa bite bien dure sur mon cul... Ça m’excite, évidemment. L'idée que son corps baraqué est collé contre le mien, l’idée de sentir sa chaleur et son odeur commence à me faire bander. Puis je reprends possession de mes esprits en me disant que je fais n’importe quoi. Je me dégage alors de son emprise. Il ne se réveille pas. Je suis soulagé. Je bande encore, bien que je me sois branlé quelques heures auparavant. Je veux recommencer puis une idée me vient : je voulais savoir s’il est bien membré... Alors, j’approche ma main timidement de son paquet et je le tâte... sa queue est bien dure, elle doit faire dans les 17-18 cm, elle est assez fine. J’ai trop envie de la sucer... mais je me reprends et je me branle une deuxième fois. Puis je m’endors après avoir éjaculé.

Le lendemain, le réveil sonne et je dois constater qu’il m’enlace de nouveau. Il rougit quand il se rend compte de la situation, il s’excuse, moi je lui fais comprendre que tout va bien. Puis mon regard est attiré par son paquet : il bande ! Je dis en rigolant :

- C’est moi te fais cet effet ?

- Sois pas con, j’ai fait un rêve hot ... je me suis malheureusement réveillé avant de finir.

Nous ne parlons plus de cet incident et la randonnée continue toute la journée.

Le soir, au coin du feu, on parle et au moment de se coucher, il se déshabille comme la veille.

- Nico, je peux te demander un truc ?

- Oui, bien sûr.

- Tu peux me prendre dans tes bras ? J’en ai besoin. J’ai besoin de contact et de chaleur humaine... en tout bien, tout honneur bien sûr.

- Mais bien sûr... qu’est-ce qui ne va pas ? Sarah te manque ?

Il ne répond pas. Je me retourne vers lui, je le regarde. Il a l’air un peu triste. Il se retourne, il vient se coller contre moi. Je l’enlace de mon bras droit qui vient se perdre sur son torse dont les poils me chatouillent la main. Je ne colle pas mon bassin contre ses fesses, de peur de me mettre à bander. Nous restons plusieurs minutes ainsi. Je pousse un soupir, savourant sa chaleur, son contact et son corps. Je me mets machinalement à caresser son ventre et son paquet. Me rendant compte de la situation, je m’écarte et m’excuse immédiatement... prétextant que ça s’est fait automatiquement. A ce moment, Paul se retourne vers moi et me sourit. Son ventre rebondi me caresse le mien et ses jambes se collent aux miennes. On se regarde, quelque chose d’électrique se passe entre nous... Et il m'embrasse sur mes lèvres qui restent closes sous l'effet de surprise. Je me recule, complétement sonné. Il pose de nouveau ses lèvres sur les miennes. Je craque... et je réponds à son baiser qui dure bien une minute. Ses lèvres quittent ma bouche et il me regarde :

- Nico, je veux ça depuis longtemps, je t'aime ...

Il embrasse doucement mon épaule tout en passant ses bras autour de moi. Je n’ose pas le regarder... et je vais me blottir contre son torse poilu dont les poils me chatouillent la joue. Il me prend tendrement dans ses bras et m’embrasse fugitivement sur la tête. Je lève la tête, je le regarde dans les yeux et je ne résiste plus... je l’embrasse sauvagement. Ses mains descendent le long de mon dos et me caressent les fesses. Je sens alors son chibre grossir et venir se blottir contre mon ventre. Ma main descend le long de son corps et elle touche son membre qui est encore prisonnier de son slip. Je le prends en main et je l’actionne un peu. Cette sensation m’enivre. Il me caresse les cheveux. Ma main remonte sur son ventre puis vers son buste. Je tire les poils de sa poitrine tout en admirant son corps : sa carrure large et solide, son bide assez prononcé et poilu. Son torse est recouvert de poils aussi et j’y passe mes doigts. Sa peau est douce, son poil est noir et soyeux. On continue de s’embrasser et il se met à me caresser un peu partout. Sur le torse, dans le cou, sur le ventre. Puis dans un ultime effort, il se couche et je sens alors son corps céder : il s’offre à moi. Je lui donne des baisers, je le lèche, je tète ses seins, je lui dévore les tétons. J’enfonce ma langue dans ses poils, je joue avec. Puis je caresse ses épaules, ses bras, son dos et ses merveilleuses fesses, puis j'effleure se bite. Ensuite, j’empoigne ses seins à pleines mains en les malaxant. Puis je me baisse vers son torse, j’approche ma bouche de ses seins et ma langue vient lui lécher les tétons. Je l’entends alors pousser des gémissements, je sens sa bite se durcir.

A ce moment-là, d’un simple mouvement de hanche de sa part, je décolle de son ventre et je me retrouve sur le dos. Il est maintenant couché sur moi, je suis coincé contre son ventre. Il m'embrasse alors avec fougue. Sa main se balade dans mon cou, sur mon torse, sur mon ventre, sur mon caleçon. Il se colle encore plus à moi en m'embrassant et il frotte son sexe contre le mien. Je passe mes mains partout... mais surtout dans son boxer où je sens sa bite bien dure. Il se met à faire de même. Puis il prend l'initiative en me baissant mon boxer et me caressant la bite. Son ventre velu se frotte au mien, ses poils me chatouillent. Il m’embrasse toujours... Je sens nos deux sexes se toucher. Mes mains passent de son dos à son cul puis à sa bite et à ses couilles... Je ne peux plus résister, je me dégage de son emprise et je plonge vers sa queue.

J’ouvre son slip et je découvre enfin son membre. Il est magnifique, bien brun, bien poilu, environ 17 cm, aussi gros que le mien. Son gland est bien rose. Je commence à actionner son engin avec ma main... puis je gobe lentement son gland. Il pousse un soupir de satisfaction. Je descends avec mes lèvres le long de sa queue. Je m’arrête à la moitié et je le suce sensuellement. Il me caresse la tête pendant ce temps. Ensuite, ma bouche redescend lentement le long de sa teub jusqu’à ce que je l’aie entièrement en moi. Il gémit fort. Je le suce pendant une vingtaine de minutes. Je passe aussi à ses couilles que je gobe. Il pousse sans arrêt des soupirs de satisfaction. Je bande à fond. Lui aussi apprécie, sa queue est hyper tendue.

Puis je remonte et je me couche sur lui et l’embrasse. Je suis hors de contrôle. Je prends ses pecs mous, enrobés à pleines mains et je les masse pendant que je frotte ma raie contre sa teub qui est encore plus dure. Je sens alors son gland sur mon trou. D’un mouvement habile, je fais pression avec ma rosette sur ce gland bien dur et m’y enfonce. La moitié de son gland se retrouve en moi. Je le regarde dans les yeux et je vois uniquement du désir... J’attends de voir sa réaction (je me suis assis sur sa queue sans capote), réaction qui ne se fait pas attendre... il me donne un coup de rein et je sens sa teub ouvrir mon intimité, élargir les parois de mon cul et me traverser... je me retrouve avec la moitié de son chibre en moi. Je m’enfonce alors encore plus jusqu’à ce que je sente ses couilles contre mon cul. J’ai englouti son chibre dans mes entrailles ! Tout en l’embrassant, je commence des va-et-vient, lentement, puis de plus en plus vite. Il me fait signe de ne pas m’emballer, je comprends qu’il ne veut pas jouir tout de suite. Je ne bouge plus, je l'embrasse et je le caresse sur tout son corps, puis je recommence mes va-et-vient. Je fais une nouvelle pause puis c’est lui qui se met à bouger son bassin. Il me pilonne d'abord très doucement puis je soulève mon cul et il donne de plus gros coups de bite. Il accentue et ralentit ses mouvements. Ses grosses couilles claquent contre mes fesses. Son ventre ondule sous l’effet de ses coups de reins.

Au bout d’un moment, il passe ses bras dans mon dos et m'accroche ainsi les épaules. Il me fait basculer sur le dos tandis que sa queue reste plantée en moi. Il continue de me baiser, tout en me serrant contre lui. Nos deux corps sont planqués l'un contre l'autre. Je sens son bassin, son ventre et son torse se contracter à chaque coup de reins. Il me prend la tête d’une main et il me caresse délicatement. Puis il m'embrasse vigoureusement avant d'accélérer. Ses assauts me semblent plus profonds. Il devient de plus en plus bourrin et il se met à vraiment me défoncer. Il tape fort au fond de moi. J’en profite pour me branler. Puis il sort entièrement sa queue avant de la replanter toute entière en moi, ses couilles claquant contre mon cul. Il me baise avec vigueur tout en me léchant l’oreille. Son souffle de mâle dans mes oreilles m’électrise encore plus.

Après quelques minutes, j’entends sa respiration s’accélérer et je sais alors qu’il va me féconder. Je me branle plus vigoureusement et on jouit en même temps. Je sens qu’il décharge 6 ou 7 jets violents dans mon trou puis sa queue, sûrement parce qu’elle débande, sort rapidement de mon cul en continuant de juter. Il me tapisse alors les fesses de son jus blanc et épais.

On se couche, fatigué mais heureux. Il me dit alors :

- Je ne pensais jamais te dire ça un jour, mais je t'aime vraiment.

- Moi aussi, murmure-je.

Et on s'endort dans les bras l’un de l’autre.

J’espère que cette histoire vous a plu et que vous avez eu bien du plaisir en la lisant. N’hésitez à me contacter/m’envoyer des commentaires. (N’oubliez pas de préciser le titre de l’histoire). Aimeriez-vous que je vous raconte comment mon meilleur pote et moi avons fait après cette situation assez particulière ?

Meetmemz

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

💦 3 Décembre | 49 pages

Les nouvelles | 17

Toto Gilou
Soirée costumée TomParis
Au boulot TomParis
Drone infectant Nabe
Le père de mon pote Fabrice
Sexshop et ciné porno Pute-a-jus
Irrésistible envie Meetmemz
Arrivée à Tanger Coromandel
Le chinois du métro Fabrice
Amoureux d'un flic Fabrice
Lopé à cru par 2 mâles Lunaxxx
Le routier sympa Fabrice
Baise en tente chez les scouts JL
Pote d'internat Felix
Bourgeois mis en cage Soumisedouard
Cave parisienne Vktrlmbrt
Sauna sun city Tom

Les séries | 32

Mon beau-frère | 4 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4
Camping | 3 | +1 Meetmemz
12 | 3
Semaine en trek | 2 | +1 Maxfly76
12
Noé - 18 ans | 3 | +3 Yannick
1 | 2 | 3
Dépucelé par mon maître | 2 | +1 Jeromesoumis
1 | 2
Tel Père Tel Fils | 2 | +1 Ceven-X
1 | 2
Pute du commandant | 2 | +1 Fantasiosm69
1 | 2
Pâques | 2 | +2 Fabrice
1 | 2
Week-end | 2 | +2 Fabrice
1 | 2
Franz | 2 | +1 Chardon
1 | 2
Histoire de dominant | 2 | +1 Fabrice
1 | 2
Commerce de proximité | 1 | +1 Fabrice
1
Stage avec un Agriculteur | 2 | +1 JL
1 | 2
12 Déc, + 90 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Nov. 21 : 1  873 331 pages vues

À jour : mardi 27 juillet 2021 à 08:34 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"cyrillo dial""recit sissy""gays sex""anal gay""histoire gay vestiaire""baise surprise""texte porno"cyrillo"image cul""photo gay nu""histoire de cyrillo""histoire x gay""je suce mon fils"cyrillo.biz"gay exterieur""sling gay"cyrillo.com"gay cyrillo""histoire de mature""sexshop gay""branlette entre copains""elle suce de force""histoire gay hot"cyrillogay"recit premiere sodomie""recit inceste gay""histoire ero""sauna sun city""histoire erotique gay""plan sm""citebeur histoire""blog gay chris""histoires gay cyrillo""histoire gay cyrillo""le site de cyrillo""recit sm gay""cul magnifique"decaloter"histoire gay inceste""gay jus"cyrillogaycyrillo.biz"photo de cul de mec""histoires cyrillo"cyrillo.biz"histoires cyrillo""histoire gay douche""histoire gay black""histoires erotiques gay""histoire gay sexe""recit sm""vas y encule moi""gay soumis histoire""histoire gay soumis""histoire gay hard"porno$"pompeur gay""recit gay cyrillo""cyrillo histoires""gay soumis histoire""histoire gay erotique""gay abattage""cite gay""histoire gay sexe"cyrillo.biz"histoires cyrillo""enculer par un chien"cyrillo"histoire gay inceste""visiochat ma queue""gay pisse""histoire trampling""partouze a la plage""histoire inceste gay"cyrillo"recit gay rebeu""gaie eros""photo gay ttbm""histoire anal""histoires cyrillo""j'aime me faire enculer""idm sauna paris"