ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Séquestré, humilié, baisé hard

Je m’appelle Købs et merci de m’envoyer vos avis sur l’histoire que je vais vous conter.

Après avoir été affranchi fin 2016 par un couple de la région de Lille, je fus vite en grand manque de soumission, en manque de sexe et d’humiliation. Conditionné pendant près d’un an dans mon rôle de chienne, de salope, je continuai à vivre ma condition seul chez moi et m’inscrivis sur Xtremboy, site BDSM gay pour y trouver des dominateurs très pervers et très hard capables de me baiser sans pitié ponctuellement avant de retrouver un couple ou une maîtresse dans la perspective d’une soumission à demeure. Je sélectionnai les fiches de mecs les plus extrêmes avec ma fiche qui était sans équivoque « lope soumise très maso, larve vide-couilles, pute ss tabou, trou à bite, cleb à mater, baiser hard no limite ch. domi ts autor, macho, pervers, sad pr plan plur av enlèv. séquestr. hyperhard. » Après plusieurs contacts de mecs qui n’étaient pas assez hard à mon goût, je corresponds enfin avec un domi qui m’impressionne tout de suite par son autorité, par sa fermeté et sa manière de me considérer d’entrée comme une sous-merde, une vraie salope. Je le sens sans aucun scrupule quant à vouloir procéder à un enlèvement brutal et à une séquestration. Il me met en garde sur le fait qu’il n’est pas inscrit sur le site pour s’amuser avec des fantasmeurs ! Je le rassure en lui promettant une lettre de décharge signée qui lui permettra d’exercer sur moi toute sa perversité et son sadisme sans limite. Je lui envoie en copier-coller le contenu de ma lettre de décharge et les dates de mes vacances scolaires. Pour procéder à l’enlèvement, je lui précise qu’il peut utiliser ma camionnette qui est équipée d’une manière adéquate (les photos de ma camionnette sont publiées sur ma fiche)… Convaincu, il me demande le numéro de mon téléphone. Il m’appelle sur le champ en numéro masqué. Je suis enchanté par sa voix grave et rocailleuse qui m’insulte et me traite avec mépris. Il m’ordonne de me présenter à Coligny à 21 heures le vendredi 16 février avec ma camionnette pour procéder à mon enlèvement et pour m’informer que je serai séquestré au moins tout le we. Il me contactera à nouveau la veille du rdv pour donner d’autres précisions. La date tombe bien car ma séance d’épilation prévue la veille me permettra d’être parfaitement lisse comme toute bonne salope. La veille du rdv, je reçois effectivement son appel en début de soirée après mon épilation. Sa voix est encore plus méprisante que la première fois, ce qui me plaît au centuple. « sale pute, tu t’amènes avec ton matos qu’on voit sur tes photos (chaînes, cagoule, bracelets en cuir avec mousquetons, collier, laisse). 21 heures devant l’église de Coligny. Je te rappelle à 21 heures précises. T’as intérêt d’être sur place, crevure ! T’oublie pas ta lettre de décharge, salope ! Compris ? » J’acquiesce avec enthousiasme et il raccroche brutalement. Nous sommes le 16 février. Mon excitation est telle que je prends l’initiative de partir nu sans vêtements et de porter mes bracelets en cuir aux poignets et aux chevilles pour leur montrer que je suis vraiment une vraie salope soumise très motivée ! Je reçois un coup de fil imprévu dans l’après-midi pour m’enjoindre d’enfiler le plus gros de mes plugs dans mon cul de salope avant de partir et de le garder jusqu’au rdv. J’en profite pour lui confier mon intention de me déplacer nu avec mes attaches en cuir et mon collier et que je suis très impatient d’être à ses pieds. Il se met à rire sadiquement et semble ravi de mon intention ! « On va bien s’amuser avec toi sac à foutre ! Oui, amène-toi à poil avec tes attaches crevure de merde. On gagnera du temps ! Sache que tu vas bien ramasser, sale pute. C’est ce que tu cherches ? » « Oui Maître, c’est ce que je cherche car je suis une vraie salope de merde. Ma lettre de décharge le prouve, Maître ! » Il est l’heure de partir, je me déshabille, place mon collier et les attaches aux chevilles et aux poignets puis enfile le gros gode dans ma chatte de pute. Hummm ! Il fait froid dehors ! Je me dépêche de fermer la maison et de rejoindre le kangoo sous l’abri. En m’asseyant dans la voiture, le gode s’enfonce dans mon cul. Je le sens bien et ça m’excite ! Je mets le chauffage à fond dans la voiture ! Très vite, je me sens mieux. Il fait nuit et tout le long du trajet, mon sexe est raide d’excitation, pressé de voir ce qui m’attend, de voir s’ils sont à la hauteur de leur annonce ! J’arrive 5 mn avant l’heure prévue. Je laisse tourner le moteur pour le chauffage. Mon sexe est raide de désir !!! A 21 h 5, il appelle pour me dire qu’il me voit et que je dois attendre. Je scrute mes rétros et j’aperçois deux grosses motos qui se placent derrière moi, deux mecs sur l’une un autre seul au guidon de l’autre. Il appelle à nouveau et avec les insultes les plus crues, il m’ordonne de rouler en suivant ses indications. On sort de Coligny puis, après quelques kilomètres, il m’ordonne de prendre un chemin sur la droite. Je le suis encore un kilomètre environ et j’ai ordre de m’arrêter devant une immense grange qui semble désaffectée. Il m’ordonne de couper le moteur et de descendre de la voiture avec ma lettre de décharge. Je me trouve face à trois mecs paraissant très virils en tenue de motards (blousons de cuir, bottes en cuir, gants et casques). Malgré le froid, la vue de ces trois mecs grands et costauds relance fortement mon excitation qu’ils remarquent car l’un d’eux dirige sur moi une torche qui m’aveugle par ailleurs. « A genoux sale pute de merde ! ». A peine à ma hauteur, je suis fortement brutalisé en recevant des injures méprisantes. Ils m’attachent les mains dans le dos, m’assène plusieurs baffes dans la gueule avant de me demander de lire à haute voix ma lettre de décharge qu’ils éclairent avec leur torche. Je m’exécute et lis avec détermination ma lettre. Ma voix devient chevrotante à cause du froid. Ils me tendent un stylo pour la signer. Ils me détachent juste le temps de parafer la lettre que j’avais déjà émargée. Mais ils voulaient vérifier si ma signature était bien la mienne. Le plus costaud des trois, celui du site s’adresse à moi sans fioriture : « t’es là à poil, à genoux et menotté parce que tu es une vraie salope de merde, une crevure, une lope, un trou à bites une sale chienne très maso n’est-ce pas ? » A peine la question posée, je reçois à nouveau de bonnes baffes dont l’une me fendille la lèvre. Sonné par ces coups, je réalise avec beaucoup d’excitation que je suis à la merci de trois inconnus dont je ne sais rien puisque les appels sont en numéro caché et que leur visage reste dissimulé dans leur casque. Tout individu normalement constitué ressentirait une forte angoisse dans cette position mais mon masochisme aigu me fait apprécier la situation et je leur réponds en osant les provoquer : « oui Maître, je suis une vraie lope, une sale pute de merde que vous pouvez mater, baiser, humilier sans limite comme je viens de le lire ! » « Cette salope nous défie ! Et bien crois-moi, c’est ce qu’on va faire, on va pas se gêner ! Tu vas tellement recevoir que tu vas regretter d’être venu, pourriture de merde. On n’est pas là pour rigoler, on est là pour te défoncer le cul et le reste jusqu’à ce que tu supplies notre pitié. T’es maso, on est très sadique et on va se faire plaisir, sac à foutre » Le plus petit des trois sort sa queue pour me l’enfoncer dans la gueule. Je commence à avoir mal aux genoux et à être frigorifié. Je le suce malgré tout avec beaucoup de désir. Son sexe n’est pas très gros, je l’avale entièrement sans problème. En me prenant les oreilles, il imprime un va-et-vient rapide et brutal tandis qu’un autre me fouette le dos avec un martinet et le troisième prend des photos. Il constate mon plaisir de sucer que j’exprime par des « hummmmmm ! » Il déverse enfin dans ma gueule tout son foutre que j’avale goulûment avant de lui lécher les couilles pour bien leur montrer la salope que je suis. Puis ils me conduisent brutalement dans la camionnette, m’attachent à la grille, m’enchaînent les pieds, place mon bâillon dans ma gueule, puis ma cagoule sur la tête. La chaleur du chauffage me fait du bien car je grelotte. Le kangoo démarre, les deux motos suivent. Le conducteur m’insulte régulièrement et me promet que ce que je viens de subir n’est rien à côté de ce qui m’attend ! Au lieu d’être impressionné, son discours m’excite car en fait je suis ravi d’être entre des mains perverses, sadiques, capables d’être au niveau de ma forte excitation et de mon masochisme exacerbé que je ressens profondément au point d’être prêt à tout ! Cette prise en main très brutal, cette fellation rapide m’ont mis d’ailleurs en appétit ! Le goût de son jus qui coule au bord de mes lèvres m’excite et mon sexe se raidit à nouveau dans un total lâcher-prise ! La voiture s’arrête dans un garage. Ils me menottent les mains dans le dos, me conduisent dans une pièce où d’autres mecs discutent. Je marche à petits pas car une chaîne courte relie mes chevilles. Je serre les fesses pour ne pas perdre mon gode. Je ne vois rien à cause de la cagoule. On me met encore à genoux. Le Maître du site me présente aux trois ou quatre autres personnes qui constatent aussi la raideur de mon sexe qui trahit mon excitation ! Mon cul bien dilaté est prêt, ma gueule en redemande ! On m’enlève le bâillon et une nouvelle queue s’enfonce dans ma gueule de pute tandis qu’un autre retire mon gode pour fouiller ma chatte avec ses doigts gantés. Ça y est c’est parti ! hummmm ! Je suis ensuite couché sur une table à plat ventre pour continuer à sucer et pour permettre aux autres de me défoncer la chatte. Poignets menottés toujours dans le dos et chaînes aux chevilles. Je reçois périodiquement des coups de martinet sur le dos, sur les fesses entre les pénétrations, puis des baffes entre les fellations. Les mecs se purgent sur mes fesses, le dos et dans ma gueule. Je me délecte d’être humilié, malmené, pris pour un sac à foutre. Puis, tous bien soulagés, ils m’attachent à une poutre, écartent bien les jambes avec une barre d’écartèlement, replace mon bâillon et me torturent : cire chaude, martinet sur le sexe et tout le corps, pinces aux seins, aux couilles, baffes encore et toujours… Puis à nouveau sur la table pour une nouvelle baise car ils avaient tous rechargé les accus ! Puis je suis placé violemment dans une baignoire pour recevoir les urines de plusieurs d’entre eux avant d’être à nouveau fouetté, baisé. Urine et foutre ruissellent sur mon corps et dans ma bouche. Je sens les mecs très excités et je finis par être complètement épuisé. N’ayant plus d’énergie, attaché et allongé cette fois sur le dos, la tête à la renverse, je ne les accompagne plus dans les va-et-vient, je me laisse aller en ouvrant la bouche pour leur permettre de la pénétrer et d’effectuer eux-mêmes les va-et-vient et de décharger leur foutre. Je me laisse aller complètement pour prendre conscience que je n’étais qu’un garage à bite pour leur plaisir et pour le mien ! La fatigue les immobilisant aussi, la soirée s’acheva sans doute à une heure tardive. Les invités s’en allèrent et je restai en compagnie du Maître principal, celui qui m’a contacté. Toujours entravé, il m’emmène sous la douche pour y être lavé cette fois avant d’être conduit dans sa chambre où m’attendait un matelas au sol. Le lendemain, je suis réveillé par des coups de martinet et par un sexe dans ma bouche que je dois sucer longuement avant de me délecter de son jus. Puis je suis traîné jusqu’à la cuisine pour avaler du pain au sol et laper de l’eau dans un bol avant d’être enfermé dans un cachot. Fermement entravé, mon plug dans le cul, mon bâillon dans la gueule, les chaînes aux chevilles, je passe la journée de samedi dans ce cachot en ne sortant que pour boire et manger au sol et sucer sa queue, lécher ses couilles, son cul, recevoir des coups. Dans cet enfermement, je m’endormais par intervalle, méditais sur mon masochisme qui n’était toujours pas rassasié !!! Je me sentais bien dans cette réclusion, je savourais l’instant présent ! Mon sexe se raidissait de plaisir d’autant plus que je sentais bien qu’ils ne jouaient pas un jeu, que je n’étais vraiment pour eux qu’une sale pute, qu’une réelle sous-merde ! Dans ce total lâcher prise, je me surpris à désirer rester le plus longtemps possible sous leur emprise ! De nouvelles présences se manifestèrent en début de soirée. On vint me chercher. Bien reposé, j’étais excité d’avance à l’idée d’être dominé comme la veille ! Ma cagoule toujours sur la tête, je ne pouvais distinguer le moindre visage. Je reconnus les voix de la veille qui se réjouissaient d’avance de pouvoir à nouveau me baiser et me mater. Pendant l’apéritif et le lunch qui suivit, à genoux, je fus conduit d’une queue à l’autre pour les sucer sans éjaculation. Par moments, on m’introduisait de la nourriture dans la bouche et de l’eau car j’avais les mains toujours menottées dans le dos. Puis à nouveau, baise et sévices comme la veille… pour leur plaisir et le mien. La journée de dimanche ressembla aussi à celle de la veille. A la nuit tombée, un mec rejoignit le Maître du site pour conduire le kangoo dans lequel je fus attaché comme à l’aller. A l’endroit même où je fus pris en main, les deux dominateurs se défoulèrent sur moi qui avais les poignets et les chevilles toujours enchaînés. Baffes, coups de fouet, insultes, crachats se succédèrent. Puis fellation et léchage des couilles avant d’avaler leur foutre et de recevoir leur urine. En pissant sur moi, le Maître m’informa qu’il me recontacterait pour une nouvelle séquestration. Ils me détachèrent avant de repartir en moto ! Je m’essuyais alors avec le chiffon de ma boîte à gants. Je rejoignis mon home en me disant que j’avais été effectivement bien défoncé comme j’avais pu l’être déjà, que j’avais été traité comme une vraie salope que je suis, une vraie sous-merde que je revendique périodiquement. Je rentrai ravi de ce we en espérant être à nouveau contacté. Mais ce que je venais de vivre me renforça dans l’idée de faire en sorte de pouvoir vivre ma soumission au quotidien tant je me sens bien dans ces humiliations hard !

Købs

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Piscine | 3 Camozzzor
1 | 2 | 3
Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Bryan le super pompier | 3 Legaydu37
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
26 Déc, + 30 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Nov. 21 : 1  873 331 pages vues

À jour : dimanche 6 juin 2021 à 21:48 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"tournante gay""histoires gay arabes""histoires cyrillo""depucelage gay""gay cyrilo""histoire gay x""gay roux""gay cyrillo""x story histoires""histoires gay cyrillo""gay mur""histoire gay gratuit""cyrillo gay""recit inceste gay"jupimail"il se fait enculer par son chien""cyrillo histoire gay""j ai couché avec mon frere""histoire erotique gay""histoires cyrillo""recit gay sex""histoire gay vestiaire"lieudedrague.comcyrillogay"recit gay routier""potes de branle"cyrillogay"1ere sodomie gay""histoires de sexe gay""gai ero""blog gay porno"cyrillogaybondagemoi"cyrillo histoire gay""histoire porno gay""gay vestiaire""photo amateur gay""histoire gay cyrillo""histoires cyrillo""lieux de drague gay""histoire gay lycée"cyrillogay"plan pompeur""lecture porno""histoire depucelage jeune gay""histoire gay sport""bite juteuse""histoires cyrillo""lopette soumise""histoires de sexe gay""recit sissy""lieu drague gay""histoire minet gay"cyrillo.comcyrilllo"j'ai senti battre ses couilles contre ma chatte""histoire gay vestiaire""histoires gay gratuites""recit gay mature""inceste gay""plan sm.com""histoire gay soumis""grosse queu""histoire gay douche""gay douche""histoire de depucelage""histoire premiere sodomie""cyrillo pcul""elle baise avec son oncle""image cul""histoire gay domination""histoire gay vieux""le korosko lorient""cyrillo histoires gay""gay amateurs"cyrillo.com"histoire de sexe gay""cyrillo biz"