ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Découverte à vélo

La pandémie que nous vivons et avons vécue avec ses contraintes d'obligations contraignantes souvent dues aux nombreuses semaines de confinement. Et au fil des jours progressivement se profilaient les congés.

Cette année mes parents ne feront pas un grand voyage durant la saison estivale. Beaucoup trop d'incertitude, mais surtout mon père comptait laisser son magasin ouvert durant les mois d'été pour éponger un peu son déficit du dernier semestre.

L'essentiel pour moi était de quitter le grouillement et la vie trépidante de la ville. D'un seul coup je me suis rappelé que mon oncle m'avait proposé à de nombreuses reprises de venir découvrir sa nouvelle propriété qu'il avait acquise peu de temps avant que sa femme décède. Cette propriété est située dans le Lot. J'informe mes parents que cette année mes vacances seront calmes dans la campagne lotoise ce qui me permettra de revoir mon oncle après ces trois années ainsi que mon cousin.

Après plusieurs échanges mon oncle François-Xavier, il est d'accord que je descende pour me montrer enfin sa grande propriété et me faire découvrir cette belle région.

Je suis hétéro, avec seulement quelques petites séances de touche-pipi lors de ma pré-adolescence. Sans me vanter les amies que j'ai connues et eues, me disent "pas mal" J'ai vingt-deux ans, étudiant aux beaux-arts et parfois au courant de l'année quelques séances de mannequinat avec mon mètre-quatre-vingt-cinq, soixante quinze kilos. Cheveux châtains clairs à la Delahousse yeux gris-verts, un petit filet de poils sur mon thorax, jambes et bras légèrement poilues de couleur clair.

Mi-juillet, je descends dans cette campagne qui m'est complètement inconnue. L'acquisition de l'oncle Jean est plus que splendide, magnifique et assez impressionnante.

Après ces années oncle François-Xavier n'a pas changé malgré sa petite cinquantaine. Un corps très bien conservé, avec l'ombre d'un petit ventre et surtout un très jolie chevelure poivre et sel. Après quelques mots d'échange en marchant jusqu'au perron, mon cousin jean-Brice sort du hall pour m'accueillir et m'embrasser. Il est légèrement plus âgé que moi. Si je me souviens bien il doit avoir maintenant vingt-six ans. Toujours habillé de sa façon très chic et 'bourgeoise" Il est un peu plus petit que moi et trapu, ses cheveux blonds ambrés arborent une coupe impeccable.

Nous parlons de choses et d'autres tout en me faisant visiter sa demeure aux nombreuses pièces déjà restaurées sur cette aile. Après mettre ins-tallé dans l'une des chambres, nous dînons servis par du personnel. Je n'ai pas l'habitude de cela. (Chez nous c'est souvent ma mère qui nous sert mon père et moi).et continuons la soirée sur la grande terrasse face aux immenses étendues de praires et bois. Avant d'aller se coucher, mon oncle me propose pour le lendemain une visite alentour de toute la journée à vélo. Jean-Brice appelle Georges (le gardien) en lui demandant de me préparer le vélo noir pour demain matin.

Le lendemain pendant le petit déjeuner, François-Xavier me montre le circuit que nous allons faire. Je suis un peu effrayé par l'importance de trajet. Mon cousin me dit que c'est une promenade et pas une compétition. Nous voilà tous les trois pédalant toute la journée. Les paysages sont splendides, les petits villages et hameaux traversés sont tous plus pittoresques les uns que les autres. J'en ai plein les yeux de la beauté de ces paysages. Mais en début d'après-midi, je commence à avoir quelques douleurs dans les jambes (je ne fais pas ce style d'exercice d'habitude) mais plus les heures passent plus j'ai mal et même souffre par le frottement de la selle. Par moment, c'est vraiment insupportable tellement la peau me chauffe à l'intérieur en haut de l'aine ainsi que les fesses. Tout en pédalant je le dis une fois à François-Xavier et deux fois à Jean-Brice. L'un comme l'autre m'informe que nous sommes presque arrivés. Ce qui est vrai. Nous déposons les vélos dans une dépendance. Je leur dis que je monte prendre une douche. La douche prise, je revêts un sous vêtement en coton léger ample afin d'éviter un frottement et mon peignoir d'intérieur. Pour rejoindre le grand salon en bas, je marche comme un canard tellement les brûlures me font mal. Je m'affale dans un des gros fauteuils.

-F.X. Tu as mal ? me dit mon oncle

-Moi : Oui assez, et çà pique

-F.X. Je m'en doute, c'est pareil lors de longues ballades équestres. Et il

faut peut-être te désinfecter et mettre une crème.

-J.B. Papa, je vais lui en aller en chercher dans la petite pharmacie du bas

Jean-Brice revient avec deux tubes et un flacon

-Moi: merci de t'être déplacé, donne, je vais me soigner.

-F.X. Non, non, c'est un peu compliqué de se soigner seul. Enlève ton

sous-vêtement, mon neveu.

-Moi : je peux me débrouiller

-J.B. Ne t'inquiète pas, Papa va regarder tes ecchymoses et tes plaies.

Je me tourne descends mon caleçon en relevant le peignoir. François-Xavier constate que c'est bien entamé.

-F.X. Effectivement! Tu dois bien souffrir. Ecarte un peu tes jambes et

penche-toi en avant. Prend appui sur le fauteuil, cela sera plus facile

pour te soigner.

Je m'exécute, et mon oncle met un peu de crème sur une des crevasses, et Jean-Brice s'approche pour constate puis je l'entends dire :

-J.B. Regarde papa c'est même bien irrité là aussi

En disant cela Jean-Brice posse le plat de son doigt sur mon trou.

-F.X. Oui, Jean-Brice, écarte lui ses deux globes fessiers que je regarde.

Oh ! oui, c'est bien rouge ici également;

-J.B. Dommage qu'il ait des poils ici. Papa regarde sa rosette plissée !

Je suis tout gêné en entendant cela. Puis ensuite

-F.X. Oui, j'ai désinfecté, tu peux y aller

Et pensant qu'il allait mettre la crème je sursaute, Jean-Brice me lèche la rondelle avec sa langue bien chaude.

-Moi : mais que faites vous ? Cà ne va pas ! Vous êtes c---, je ne suis pas

un pédé. Qu'est ce qui t'arrive Jean-Brice

-F.X: Laisse toi faire, Pierre-Alexandre. Tu sais il est intenable, dès qu'il

voit un beau petit trou, il ne résiste pas à le lécher. Tu verras cela ne

fait pas mal, au contraire c'est très bon, tu vas voir

-Moi : Quand même ! Ca ne se fait pas, c'est dégueulasse !

Pendant cet échange jean-Brice faisait tourner sa langue tout autour de mon anus.

-J.B.: Papa, regarde comme son trou est joli, avec ce plissage régulier en

forme de bouton de rose et il commence à s'ouvrir, et en même

temps que je t'ai ramené les médicaments pour le soulager, j'ai pris

également les bandelettes avec la pâte

-F.X.:. Ah oui, c'est une bonne idée.

Puis il prend sur la petit table une bandelette légèrement rosée et la frotte énergiquement dans ses mains et me la pose sur cet endroit en appuyant celle-ci du bout de ses doigts

Moi : Mais que fais-tu Jean-Brice

J.B. : Je vais t'ôter les poils qui enlaidissent ce magnifique orifice.

Moi : Non, non ! Tu es complètement malade et toi Oncle tu le laisses

faire

F.X.: Il m'a fait la même chose, et même au pubis et maintenant je suis

glabre toute l'année, et avec les quelques relations féminines, que

j'aies depuis la mort de Marie-Charlotte, apprécient beaucoup

Et là, Jean-Brice, tire d'un coup sec, ce qui mefait sursauter et pousser un petit cri de douleur. Jean-Brice me repasse de la pommade très douce et se rentre doucement son doigt en le tournant. Cela me procure une très agréable sensation que je n'avais jamais ressentie. Puis remet de nouveau une noisette de cet onguent et il me semble qu'un second doigt se fraie le passage. Je me sens tout bizarre et tout chose. Moi qui ne fus jamais touché par un homme, me voilà avec le sexe en chaleur qui se met à grossir et s'allonger. Je suis gêné. Derrière moi, Jean-Brice fait des va-et- vient avec ses deux doigts. J'ai comme des étoiles dans les yeux. Ce qu'il me fait subir me donne un plaisir extrême. Puis il retire très très doucement ses deux doigts de mon fondement. Il remet de la crème et masse seulement l'ouverture ce qui me fait pousser de petits gémissements. Et sans que je m'y attende, j'ai l'impression que c'est son gland qui est à la porte de mon petit trou. La tête un peu embrumée, je manifeste lui implorant de ne pas faire cet acte d'homo. A mes revendication mon oncle répond.

-F.X : il n'ya pas pas que les gay qui aiment les agréables sensations

Anales. Lorsque nous étions très chauds avec Marie-Charlotte,

Rarement elle me mettait trois doigts, mais elle m'excitait en m'intro-

duisait un petit gode qui me faisait avoir d'extraordinaires orgasmes.

Alors que je suis un bon hétéro. Crois-moi, laisse toi bien aller tu vas

Apprécier.

Pendant ces quelques mots Jean-Brise poussait, poussait lentement et doucement son gland qui pénétrait progressivement dans mon tunnel sans trop de difficultés. Sa verge était moins importante que la mienne malgré ses dix-neuf centimètres sur cinq. Tout de même un bon morceau.

-J.B. : Ne t'inquiète plus car tu vois, tout est bien rentré

Il attendit quelques petits instants avant de commencer une lent va-et-vient de sa bite à l'intérieur de moi. Parfois un peu olus profondément. Lors de certains coups de reins, je sentais son pubis tout lisse contre mes fesses. C'était assez agréable. Et lors de ses pénétrations, parfois selon la position de sa queue cela me faisait un bien extrême. Des sensations complètement inconnues mais très enveloppantes de détente et bonheur.

Et je sentais un bien-être m'envahir.

Moi : Oh, que c'est bon

F.X. : C'est normal ! Avec la former de sa queue et votre position, il te

frotte et masse la prostate. Beaucoup d'homme hétéro et homo

ne connaissent pas cette caresse et l'impressionnant plaisir

accompagné de son orgasme. Attends, encore un peu, tu ne

pourras plus te contrôler.

Pendant toutes les explications concrètes de mon oncle, Jean-Brice œuvrait toujours en moi. Je me sentais bizarre et tout chose. Mes jambes tremblaient parfois par à coups et même mon bas ventre. M'observant avec mes vibrations et soubresauts mon oncle discrètement se glissa sous moi et mis ma queue raide et dure comme du bois en bouche. Il referma seulement ses lèvres sans aucun mouvement.

Et lors d'un va-et-vient un plaisir inconnu à ce jour me fit pousser plus qu'un gémissement mais un râle guttural et profond me mettant à déverser des flots de sperme dans la bouche de mon oncle. Ces flots ne n'arrêtaient pas. Ca coulait, Ca coulait, il avalait au fur et à mesure sans aucun mouvement de sa bouche ni de sa langue. il était seulement le réceptacle de ma suprême liqueur. Jusqu'à ce jour, même très excité, j'en avais jamais autant émis. Car après les flots il y a eu aussi un long instant découlement continu qui accroissait cet incomparable orgasme. J'étais tout épuisé et m'affale sur le fauteuil jusqu'au dîner. Après cette première expérience, mon cousin me proposa de recommencer à plusieurs reprises durant mon séjour que je ne regrette absolument plus.

Je souhaite à tous les hommes de connaître cet incomparable et indescriptible plaisir et cet orgasme.

Jean-Eudes de la Taille

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
5 janvier, + 78 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire gay lycée""homme nu amateur""histoires gay cyrillo""recit gay sexe""histoire gay pompier""histoires inceste""histoires gays cyrillo""vieux gay dans les bois""recits erotiques gays""histoire gay sexe"lieudedrague.comcyrillobiz"1er sodomie""recit x gay""le jeu de la biscotte""1ere fellation""recit zoophile gay""histoire gay cyrillo""hetero suce"cyrilllo"histoire erotique gay""mon clubgay""recit gay internat""histoires cyrillo""recits vicieux""histoires gay""sodomie masculine""photo cul""j ai couché avec mon frère""blog histoire gay""cyrillo pcul"cyrillo.comciryllo"histoire gay x""cyrillo gay""histoire gay plage""histoire gay cyrillo""gay cyrillo""coco gay""histoire gay naturiste""histoire gay crade""histoire de cul gay""x gay""jockstrap gay"cyrillo.com"histoire gay cyrillo""sauna gay chambery"cyrillo"histoire gay oncle"cyrillo.biz"homme mature gay""histoires cyrillo""blog histoire gay""histoire gay salope""histoire gay entre frere"cyrillo.com"baise dans l'ascenseur""histoire ero""blog histoire gay""gay partouze""histoires cyrillo""recit sexe gay""photo gay gratuit""homme mature gay""histoire porn""premiere sodo gay""histoire gay vestiaire""massage gay""histoires cyrillo""histoire gay meilleur ami""baise au cine""premiere sodomie gay""recit gay mature""enculer par son chien""histoire gay piscine"