ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Premier épisode

Le pompom boy et le dieu du stade

2| Les dieux

Mais comment en sommes nous arrivés là ?... Je dois vous expliquer ce qui s'est passé le jour précédent :

Moi c'est Moha. Je joue dans l'équipe de France masculine de football américain. Les français ne sont pas très forts en football américain mais depuis quelque temps, notre équipe fait une avancée étonnante, reconnue mondialement.

J'appartiens à l'escouade offensive, je joue quaterback, et bien que je n'aie que 18 ans, notre coach m'a récemment nommé capitaine de l'équipe, parce que j'ai des yeux partout. Mon rôle est surtout de veiller à ce que les joueurs soient soudés dans le jeu. Nous devons rester toujours connectés et agir comme une seule personne. Et c'est ce qui fait notre force !

Nous sommes 14 joueurs dont 3 remplaçants. Moyenne d'âge 20 ans... et... oui nous sommes tous des bogoss !

Bon alors... Je sais que vous attendez que je vous parle des vestiaires, des jock-strap qui cachent le zob mais pas l'anus... tout ça... vous êtes vraiment que des vicieux !

Alors ben oui, on se montre nos trous du cul quand on se baisse et oui on se mate sous les douches... hétéros ou pas, c'est des menteurs ceux qui disent qu'on aime pas ça de se mater la teub et même de se branler de temps en temps entre potes. Il y en a quand ils bandent ils se cachent, bon ben pas nous. Voilà ! Vous êtes contents ?!

En tous cas moi quand je mets mon jock-trap, je suis content qu'on voie mes belles fesses de patineur, et si je dois ramasser un truc par-terre, je n'ai pas peur de me baisser et je suis fier d'exposer mon anus poilu. Et quand j'enlève ma coque de protection, je suis heureux de libérer mon gros sexe de black et d'en mettre plein la vue à mes partenaires de jeu... Voilà ! Vous êtes contents, là ? Ça va mieux ?!

Bon, parce que sinon je dois vous parler de la tradition qui veut qu'avant chaque match, des pompon girls secouent leurs ponpons, leurs nichons et leurs popotins dans une chorégraphie approximative faite de jambes levées, de paillettes et d'aisselles épilées. Elles poussent des "Yihaaa !" et des "Yepeee !" en agitant en cœur leurs tennis blanches et leurs queues de cheval blondes...

Mais ce jour-là...

Ce jour-là au milieu des pompom girls apparaît un pompom boy ! Un blondinet torse nu portant la même petite culotte en paillettes bleues et les mêmes tennis blanches que les... autres filles. Comme il ne porte rien en haut, lui, il est presque nu. Il sourit à pleine dent, son regard est clair, naïf, franc. Le groupe entre en courant. Le garçon est synchrone, il bouge bien, son pas est élastique, il semble rebondir sur le sol comme les autres, il lève ses ponpons et dévoile ses aisselles blondes. Il rit et crie "Yepaaah !".

Sa culotte est vraiment petite, il me semble qu'on voit ses couilles roses.

Apparemment il s'agit d'un remplacement de dernière minute. La chorégraphie nécessite 6 personnes et le jeune pompom, courageux, a accepté un remplacer une fille blessée. Au pied levé. Il a dû prendre la culotte de la fille, j'imagine.

Mais voilà, depuis l'entrée des pompom le public s'est figé. Un silence plombant s'est abattu, et une atmosphère de glace pèse sur le stade. Manifestement, la présence d'un mâle parmi les girls dérange.

Mais le petit groupe ne se démonte pas. Courageusement les pompom commencent leur danse. Et tandis qu'elle.il.s projette.nt (ce que c'est con, l'écriture inclusive !) leurs jambes au dessus de leurs tête blondes, et tandis qu'elle.il.s se baisse.nt en cœur pour secouer leurs fesses rondes et leurs culottes trop courtes, les premières huées commencent à se faire entendre : "Ouuuuhh ! Ouuuuhh !"... Clairement, le public ne veut pas d'un pompom boy... Et je vous passe les insultes. Mais les girls, solidaires de leur partenaire masculin, continuent courageusement à s'agiter les couettes et les ponpons et à sourire de toutes leurs dents "Yeeeeha !"

Puis vient le moment de la pyramide ! Les 3 filles les plus costaudes fichent leurs pieds dans le sol, campent leurs jambes en ligne parfaite et s'agrippent les épaules. Ensuite 2 autres filles prennent leur élan et grimpent en un quart de seconde sur les épaules des 3 porteuses qui ne pougent pas d'un cheveu. Ainsi, les 5 girls forment les 2 premiers étages de la pyramide. Seul le jeune pompom boy reste à sautiller, isolé.

Mais voilà qu'il prend son élan à son tour et se jette courageusement sur la pyramide. Les huées on cessé, le silence s'installe. Il se projette, il saute, les mains des filles soutiennent ses pieds et le propulsent vers le haut. Les filles sont toniques et avec leur aide le garçon s'élève dans les airs comme une plume d'étage en étage, pour finalement poser ses pieds sur les épaules des 2 filles du haut.

La pyramide est complètée ! Il lève ses bras et secoue ses cheveux blonds. Il rit. Il est heureux.

Un instant, la pyramide reste immobile. Mais aucun applaudissement... Le stade est silencieux.

Alors le garçon s'acroupit, et pose ses fesses sur les mains des 2 girls qui le soutiennent... mains qui d'un coup l'aident à se propulser à 10 mètres au dessus du sol du stade ! Le boy effectue un immense vol plané qui se poursuit en voltige carpée ! Il écarte grand ses bras puis se replie et tourne sur lui-même comme spiderman. Le stade est muet. On entend une personne dire "il va se tuer"...

Mais les 5 filles sont déjà au sol, elles forment un cercle et constituent déjà un filet avec leurs bras. Elles s'agrippent puissamment, si bien que le boy, au dernier moment, se déplie et rebondit sur les bras comme sur un trampoline, puis retombe sur ses pieds, bras en l'air et dos cambré. Les filles se sont rapidement repositionnées. Le groupe forme un triangle parfait, cambré, victorieux.

Je remarque alors que le long pénis du garçon est sorti sur le côté de sa petite culotte pailletée, mais il s'en rend compte et très rapidement il se réajuste en faisant un tour sur lui-même, un tour rapide, élégant, je pense que quasiment personne n'a remarqué.

Après 2 secondes de silence consterné, le public se dresse et pousse un "Yeaaah !" puissant et unanime, un hurlement de joie.

Le petit groupe salue en agitant ponpons, nichons et popotins.

... Et sous les applaudissements les pompom s'éloignent en sautillant dans leurs petites tennis blanches et regagnent les vestiaires comme des petites balles de ping pong.

Bon. À présent place aux choses sérieuses. C'est le moment où nous entrons. Nous jouons à domicile (je suis venu à vélo). Les 14 joueurs, dont 3 remplaçants, se lancent sur le terrain, casqués et cuirassés, sous les acclamations, suivis de notre coach, sérieux.

Un mouvement symétrique s'opère du côté de nos opposants. Comme nous, ils sont casqués, arnachés... imposants... des bêtes !

Je ne vous raconterai pas le match dans le détails ce n'est pas le sujet, mais ce fut violent et physique... Non parce que le football américain c'est très physique, c'est un sport de mecs, on se bouscule, on s'accroche violemment, on s'intersepte, on se jette les un sur les autres, on se saute dessus épaules contre épaules, casques contre casques, on se cogne, on se fauche en pleine course, on roule, on s'entrechoque violemment et on se remet sur pied rapidement. Non c'est un sport tres viril, un sport de rapidité, de ténacité et d'endurance à la souffrance, un sport où on ne s'épargne pas, un sport de vrais mecs avec des vraies couilles.

Et si on est en équipe de France, ce n'est pas seulement parce qu'on est les plus beaux, c'est aussi parce qu'on est les plus combatifs, les plus pugnaces, les plus couillus, les plus durs à l'effort, les plus résistants à la douleur... Bref, les champions, quoi !

Ce jour-là, le match fut long et rude, épuisant. Nous avons eu plusieurs blessés mais sinon tout s'est bien passé. En ce qui me concerne rien à signaler, je fus brillant... comme d'hab ! Ah si, juste un connard qui m'a accroché par le short, j'ai dû courir cul nul pendant un long moment mais finalement j'ai marqué, et nous avons encore gagné ! Nous avons écrasé nos adversaires sur la 2ème partie, et le public nous a fait une véritable ovation !

Alors forcément, après chaque match, il faut panser nos blessures, nettoyer nos plaies, masser nos muscles froissés et endoloris, il faut laisser saigner, rincer, assouplir, détendre... Alors ceux qui s'imaginent qu'on peut faire tout ça en short ou en maillot de bain, ils n'ont rien compris : pour que le corps se retrouve, il faut de l'eau très chaude, et il faut qu'elle glisse du haut en bas, sans ceinture ni élastique, sans maillot autour de la taille.

Il faut voir qu'après chaque match on est recouverts de terre, nos peaux sont écorchées, nos vertèbres choquées et nos têtes douloureuses. Les cris de la foule, les hurlements d'enthousiasme et les huées, les "Yeahhh !" les "Ouuuuu !" remplissent encore nos têtes, nos oreilles bourdonnement encore du vacarme du stade. Nos rythmes cardiaques, boostés par l'adrénaline, tardent à redescendre... Même nos fesses sont pleines de terre (elle se glisse partout).

Alors oui on se rince, nus, oui ! Nus du haut en bas, on se frotte et on se masse tout le corps. On laisse tomber la pudeur et on se soigne mutuellement sous l'eau brûlante. Chacun détend et répare chaque partie endolorie du corps de l'autre.On se caresse, on étire chaque muscle sans pudeur, on se défroisse mutuellement on se délie on se délasse...

Alors oui forcément on se passe la main sur les couilles et sur le sexe, sans gêne, ça fait partie de ce moment de détente... qui amène progressivement nos corps jusqu'au délassement total, jusqu'au repos complet... ce moment où le bourdonnement de la foule dans nos oreilles se calme enfin, ce moment où nos pouls ralentissent enfin, ce moment où chacun de nous simplement ferme les yeux... et bande.

C'est un moment où je prends mon rôle de capitaine d'équipe très au sérieux. Pour moi, cet instant de délassement, de communion et même d'érection partagée est important pour la cohésion d'équipe et pour la connexion entre joueurs.

Je suis fier d'eux, fier de nous. Nos adversaires étaient redoutables et nous avons fait un match extraordinaire. Je les regarde tous, ils sont magnifiques. L'eau brûlante nous rince. Elle traverse nos chevelures, nos aisselles et nos pubis. Elle fait descendre nos couilles. Je contemple nos 14 sexes érigés + celui du coach qui adore montrer sa teub et qui s'est joint à nous. Nos 15 zobs sont superbes, de couleurs et de religion différentes, certains horizontaux d'autres quasi verticaux, mais tous très gros, tendus, gonflés à bloc.

Certains joueurs ferment les yeux, d'autres comme moi les entrouvrent pour profiter de l'intensité de ce moment de détente commune...

L'eau coule... le silence s'installe... chacun savoure le sentiment de la victoire et le plaisir de la nudité partagée...

Je suis bien, je me touche un peu.. Certains esquissent des mouvements masturbatoires. Mon rôle n'est pas de les en empêcher. Il est important qu'aucun tabou ne se dresse entre nous. Nous sommes tous frères, unis sans fausses pudeurs. Alors je me caresse un moment et je suis envahi d'un immense bien-être.

Et au moment où forcément certains joueurs projettent leur tête en arrière pour éjaculer, au moment où les grognements d'orgasme se font entendre et où certains jets de foutre se mêlent déjà à l'eau brûlante, j'entrevois à la porte des douches le jeune pompom boy qui nous observe.

Lui aussi est nu. Il nous regarde, il nous contemple. Il se cache le sexe mais je vois bien qu'il bande... et clairement il mate les joueurs qui éjaculent.

Son regard voyeur croise le mien. Il mate ma grosse teub noire, c'est la plus grosse bite de toute l'équipe. Alors il enlève ses mains pour m'exhiber lui aussi son long sexe blond dressé vers le ciel. Et, moi qui ne suis pas pédé, j'avoue que je le trouve beau. Je lui fais signe de nous rejoindre, mais il reste où il est. Alors je recommence à masturber doucement mon gros zob... Il me regarde me branler...

Putain que c'est bon d'être maté ! Je suis pris d'une envie de lui montrer mon putain de braquemard de capitaine alors j'active mon mouvement. Son regard sur moi est totalement intrusif, il me regarde tout, et putain j'aime ça !

Puis, d'un coup, je lis dans son regard quelque chose d'intense, comme s'il allait bientôt jouir... déjà ?!... Je me dis que ce petit minet avec son grand sexe blond, est vraiment un pédé... c'est juste un pompom boy, un petit blondinet, mais il me mate comme un taré, moi le champion, le capitaine... il profite de moi et il se branle, il est beau... Et là c'est trop pour moi ! Moi aussi je sens la chaleur du plaisir qui étreint mon cul et mon bas-ventre, mon sexe tout entier se raidit. Alors j'écarte les jambes vers lui, je plie les genoux et j'avance le bassin pour tout bien montrer... Tout mon corps se contracte et se prépare à l'expulsion. Je ferme les yeux... Et d'un seul coup j'envoie une énorme giclée de sperme qui traverse la pièce... Mon plaisir est intense, ardent, il m'envahit, m'enveloppe, m'envoûte et m'aveugle...

Et alors que je rouvre les yeux, je croise son regard qui observe tout mon corps et mate ma grosse queue qui continue à cracher. Il ne veut rien manquer de mon orgasme. Lui même est en pleine éjaculation. Alors, j'ouvre encore plus les jambes et j'avance le bassin le plus possible pour projeter vers lui mes dernières rasades de sperme... ce qui produit chez lui un influx supplémentaire de plaisir. Je le vois à ses yeux ronds, mais surtout à ses épaules et à ses genoux qui le lâchent pendant un quart de seconde. Sa tête aussi marque une secousse, instant fugace où le corps est soumis à une telle émotion sexuelle qu'il oublie un instant de se maintenir debout !

Ce garçon blond est décidément très beau. Moi qui ne suis pas pédé, j'éprouve pour son corps de jeune mâle un désir intense et totalement inattendu. Je voudrais lui bouffer les couilles et lui péter le cul.

Nous nous regardons. Et pendant que je m'imagine en train de lui défoncer l'anus, il me sourit... il semble lire dans mes pensées... Alors nous finissons de jouir tranquillement, et dans son regard sur moi, je lis comme de la tendresse...

Puis il disparaît.

Jam

Suite de l'histoire

Ne pas copier - histoire protégée

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
5 janvier, + 78 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire gay frere"ciryllo"les histoires de cyrillo"fleshjack"garcon gay""histoire gay black""baise dans l'ascenseur""photos gay gratuites""histoire gay reel""photo mec amateur""branle entre potes""recits zoophile""cap d'agde gay""gay amateurs""mec exhib""baise entre amis""histoire sauna gay""gay soumis""histoire de sexe gay""histoire gay minet""branlette entre amis""depucelage douloureux""histoire sexe inceste""histoire de sex gay""histoire incest""homme suce homme""video gays gratuites""histoires hards""enculé par un cheval""minet travesti""lecture porno""histoire gay entre frere""histoire gay hot""recit gay mature""histoires gay cyrillo""sex shop gay paris""histoires de sex""wc gay""histoire gay douche""histoire cyrillo""histoire hard gay"stanlyon"photo gay x""plan suce gay""recit xstory""histoire de sex gay""rugbyman nu""recit fellation""cyrillo free""photos gay gratuit""photos gays""histoire erotique viol""histoire gay routier""sexe shop gay""histoire gay premiere fois""cyrillo biz""histoire gay sport""histoire gay cyrillo""premier fist gay""histoire sex gay""histoire gay papa""cinema porno""sex toy gay""récit bdsm""histoire erotique gay""les histoires de cyrillo""gay gloryhole""histoire gay crade""histoire gay hard""cul magnifique""depucelage douloureux""histoire gay ado""histoire gay inceste""trois bites dans le cul""histoire soumis gay""sauna bossuet""plan sm gay""histoire x gay""histoires cyrillo""histoire de gay soumis""histoire erotique ado gay""anal gay""cyrillo gay""cité rebeu""gay touzeur""cyrillo photo""beurette twitter"cyrilli"histoire gay minet"