ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Karaté

À 35 ans, Adrien a ce qu'on appelle une belle situation. Chargé de clientèle dans une agence immobilière, il habite dans une grande ville de France, c'est aussi un homme qui prend soin de son apparence. Mais ce n'est pas seulement son apparence qu'il cultive au sport, si c'était ça, il ferait juste de la muscu en salle. Non, lui, ce qui lui plaît, ce sont les sports de combat. Tout particulièrement le karaté. Ce sport, il le pratique depuis l'adolescence. Ça l'a aidé à prendre confiance en lui, à maîtriser ses émotions, ça lui a aussi permis de prendre du muscle. Du muscle solide, ferme, en profondeur. Pas du muscle de gonflette, tout mou, qui se dégonfle dès qu'on s'arrête. Lui, c'est du vrai, du robuste, du muscle vigoureux. Ce qu'il aime dans le karaté, c'est aussi la confrontation, l'échange avec un adversaire qui est également un partenaire. Le corps-à-corps très physique, à distance de bras et de jambe, deux mecs serrés dans leur kimono, torse nu sous la veste, qui s'affrontent, se frappent, se mettent par terre, mais se respectent aussi. C'est ça qu'il aime transmettre aux jeunes à qui il donne des cours aujourd'hui comme bénévole après le boulot. Il a toute une bande de petits ados qui suit son cours du jeudi en fin de journée.

Quand il arrive de l'agence, il a juste le temps de passer au vestiaire pour retirer ses vêtements de ville et endosser sa tenue de combat. Pas le temps de prendre une douche. La séance se fait au naturel, avec les odeurs de la journée. Adrien, c'est un mec qui transpire. Poils sur le torse, il laisse tout pousser naturellement, sur le torse, sous les bras et même la touffe pubienne. Si la nature a doté les mecs de poils, il se dit qu'il doit bien y avoir une raison. Et si les poils concentrent la sueur et les odeurs, eh bien, c'est naturel et c'est très bien ainsi. Ce jeudi-là, à la fin de la séance, quelques pères et mères viennent chercher leur rejeton. Mais beaucoup partent tout seuls également, les plus grands, ceux qui ont dans les 16-17 ans. Adrien aime bien s'occuper de ses petits mecs en pleine croissance qui commencent tous à prendre du muscle et du poil, à sentir le mâle quand ils transpirent. Ça lui rappelle sa propre adolescence où le karaté, c'est là qu'il est devenu un homme. Un mec. C'est là qu'il a pris confiance dans son corps.

Mais ce jeudi soir, le père de Quentin a l'air de vouloir s'attarder pour lui poser des questions sur les progrès de son fils. Adrien, c'est pas que ça l'ennuie de discuter avec le père d'un élève, mais ce soir, il a rencard, il ne peut pas trop s'éterniser. Alors il propose au père de le suivre dans le bureau des entraîneurs pour continuer à discuter, le temps qu'il range son matériel de séance. La discussion est longue, le père est très impliqué dans la pratique sportive de son fils, alors Adrien lui demande si ça ne l'ennuie pas de poursuivre la discussion jusque dans le vestiaire. Visiblement, le père a décidé que la discussion allait effectivement durer un certain temps, car il a lui-même posé ses affaires de boulot, sa veste, et même retroussé ses manches. Adrien ne peut s'empêcher d'admirer une belle paire d'avant-bras bien musclés et généreusement couverts de poils châtains. Le genre de pilosité sur les bras où les poils dessinent des sillons qui soulignent la musculature. Il est bi, Adrien, et il aime les meufs bien féminines et les mecs bien virils. Avec ce petit mec-ci il est comblé.

Le père s'anime, demande si Quentin à un niveau suffisant pour pouvoir bientôt participer à des compétitions... Il fait chaud dans le vestiaire, la sueur commence à assombrir le tissu de sa chemise sous les aisselles, le père retire sa cravate et dégrafe un bouton de sa chemise, puis un deuxième. Adrien se sent de moins en moins pressé de ranger ses affaires et de quitter le club de karaté... Il prend maintenant son temps pour ranger dans les armoires tout le matériel qu'il a utilisé pour la séance. Et il ne manque pas, dès que c'est possible, de scruter l'encolure du père de Quentin d'où dépasse une belle touffe de poils sombres, soulignée par une fine chaine en or qui s'agite au milieu des poils. Visiblement, voilà un mec d'une petite quarantaine d'années qui ne fait pas que parler sport, mais qui pratique lui aussi. Il a une belle gueule aussi, mâchoire carrée, front bombé, une arcade sourcilière qui encadre un regard pénétrant, des pommettes saillantes et les joues couverte d'un beau poil poivre et sel de fin de journée. Poivre et sel aussi les cheveux du mec qui se dégarnit joliment sur le front. Ça lui donne un air mûr et viril, en accord avec le poil sombre de ses bras et du haut de son torse, qui n'est pas du tout pour déplaire à Adrien.

Il n'empêche, l'heure tourne, Adrien doit quand même se préparer, se changer. Et au moment où il retire sa veste de kimono et se retrouve torse nu face au père de Quentin, il voit bien que celui-ci marque un instant d'arrêt. La discussion reprend, mais Adrien se rend bien compte que la voix du père de Quentin et moins ferme, plus hésitante. Aucun doute, ce mec est en train de détailler son anatomie. Son regard parcourt de haut en bas et dans tous les sens le torse musclé et légèrement poilu de Adrien. Ils sont à peu près dans la même tranche d'âge tous les deux, mais Adrien a 35 ans, tandis que le père de Quentin doit bien en avoir un peu plus de 40. Adrien donne des tas d'explications en faisant de grands gestes avec les mains et de grands mouvements avec les bras pour souligner son propos et pour mimer les attaques quand il parle. Il fait chaud dans le vestiaire, la moiteur des douches a envahi l'atmosphère, Adrien a beaucoup donné toute la journée au travail et pendant toute la séance de karaté, la sueur a collé les poils de son torse et de ses aisselles, et il s'en dégage un profond relent de mec, une puissante odeur de mâle en fin de journée.

La discussion tourne maintenant sur la manière dont le père de Quentin peut aider son fils à progresser en karaté. Adrien en profite pour lui demander quelle est sa pratique sportive. Le mec explique que lui, son truc, ce n'est pas le karaté, mais plutôt l'endurance : natation, course, vélo. Alors Adrien en profite pour embrayer sur le sujet, complimente le père sur sa carrure et ce qu'il devine de sa tonicité musculaire. Sourire satisfait du père qui reconnaît qu'il s'entretient et que, par rapport aux autres hommes de son âge, il s'en sort plutôt pas mal. "Pas mal, c'est peu dire, réplique Adrien. Je ne vous vois pas torse nu, mais d'après ce que je devine à travers la chemise, vous m'avez l'air tout à fait en forme et musclé." Aucun doute, le mec rougit un peu. Un demi-sourire, un petit rire, un "merci".

- Non mais sérieux, poursuit Adrien, faites-moi voir ça, que je me rende compte si vous êtes apte au karaté pour aider votre fils à s'entraîner.

- Comment ça ? Vous faire voir quoi ?

- Eh ben mettez-vous torse nu, que je voie un peu votre anatomie et votre musculature. Quand on veut aider un ado en pleine croissance à progresser en karaté, il faut quand même avoir quelques atouts physiques !

- Euh, vous plaisantez là je suppose ?

- Non non pas du tout, allez, torse nu.

Le mec rigole, murmure un "eh ben si je m'attendais à ça", mais s'exécute et défait un à un ses boutons de chemise pour finir par la quitter et se retrouver torse nu devant Adrien. Celui-ci ne peut réprimer un sourire appréciatif. Il faut dire qu'il est beau à voir le père de Quentin, avec ses pectoraux fermes et poilus, son ventre bien musclé, à peine enrobé au niveau du nombril et lui aussi bien garni de poils, et ses jolis tétons bien rouges, bien plats, pas trop larges, où la chair pointe un tout petit peu au milieu. Et puis cette fine chaine en or qui orne son poitrail et qui contraste avec les poils sombres de son torse.

- Bon eh bien, puisque nous sommes tous les deux torse nu, autant en profiter pour faire un peu de pratique.

- Ah bon ? Depuis quand on pratique le karaté torse nu ?

- Non, bien sûr, le karaté ça se pratique en kimono, pas torse nu, mais là, ça va nous permettre d'être dans la même tenue. Puisque vous n'avez pas de kimono, un petit exercice torse nu, c'est un excellent entraînement. On a toujours fait ça quand j'avais à l'âge de Quentin.

Adrien dit au père de le suivre, tous deux quittent le vestiaire, traversent le bureau et se retrouvent à présent face à face sur le tatami. Adrien lui a fait quitter chaussures et chaussettes. Pieds nus et torse nu, les deux hommes s'affrontent dans un exercice très physique expliqué et guidé par Adrien. Pour quelqu'un qui n'est pas karatéka, il s'en sort très bien, lui dit Adrien. La séance improvisée se poursuit, les corps se frôlent, la sueur coule, la peau est moite, ça a beau être du karaté, pas un sport de contact, il n'empêche, les bras se touchent, les épaules s'entrechoquent et, parfois, les torses se collent l'un à l'autre. Adrien profite du fait que ce n'est pas un combat mais un exercice d'entraînement pour ralentir le rythme, accompagner les gestes de son élève d'un soir, prolonger ces instants de proximité physique où les deux corps sont collés, unis par la peau moite et les poils imprégnés de sueur.

- Non mais ça marche pas comme ça, je suis super gêné par mon pantalon, le costume, c'est quand même beaucoup plus serré et moins souple que votre pantalon de kimono.

- OK, d'abord, j'ai l'habitude de dire tu à mes élèves, donc si ça te dérange pas on va se tutoyer. Pas de problème, tu peux quitter ton pantalon. Si tu veux, je peux aussi quitter le mien.

- Eh ben, c'est comme vous voulez, enfin c'est comme tu veux. Tu peux garder ton bas de kimono, mais moi c'est sûr, je vire mon pantalon.

Aussitôt dit aussitôt fait, le mec se retrouve en slip, pieds nus et torse nu face à Adrien. Il a les jambes aussi musclées et poilues que le torse. Tout ça est très ferme. Pas de doute, la natation et le vélo sont passés par là. Adrien le complimente, le mec rougit encore un peu. L'exercice reprend, mais Adrien s'interrompt car il est lui aussi gêné par son bas de kimono. Par ailleurs, ce qu'il voit dans le slip de son élève adulte lui semble fort intéressant et volumineux. À chaque attaque, à chaque mouvement, le paquet ballotte dans le slip. Adrien, lui, c'est pas un mec à slips, il porte des boxers. Les slips ça le serre trop, il préfère laisser à son sexe et ses boules un peu plus de place pour remuer. Il fait une pause, défait le lien de la ceinture de son kimono, baisse le tout et se présente en boxer devant le père de Quentin. Celui-ci ne peut s'empêcher de jeter un coup d'œil à l'avant du sous-vêtement, il faut dire que le tissu a beau ne pas être super serré, il ne peut dissimuler les attributs bien charnus de Adrien.

La séance reprend, mais manifestement le père de Quentin n'est plus aussi offensif et dynamique. Adrien le lui fait remarquer, lui demande son prénom pour faciliter la discussion. "Frédéric", répond l'autre. Adrien a définitivement laissé tomber son rencard et se consacre entièrement à son nouvel élève, lui prodigue patiemment ses conseils, en accompagnant autant que possible la parole par des gestes d'encouragement qui lui permettent aussi de montrer les mouvements et les postures. Sa main chaude et puissante se pose régulièrement sur l'épaule, le bas du dos, les bras, et même l'abdomen et la poitrine de Frédéric. Le contact des muscles fermes, de la sueur et des poils de ce quadra viril électrise complètement Adrien. De près, il remarque même les quelques poils blancs qui parsèment le torse de Frédéric, autre détail viril qui ne lui déplait pas. Sa queue prendre du volume dans le boxer, mais il s'en fout, si l'autre le remarque, ma foi tant mieux. Ça évitera de grandes explications.

Au milieu d'un exercice, Frédéric perd l'équilibre et tombe littéralement dans les bras de Adrien qui le rattrape d'une manière aussi ferme qu'attentionnée. Le père se répand en excuses, "pas grave" répond Adrien en lui mettant une petite claque amicale sur le derrière. Voilà qui est bien ferme et rebondi, se dit Adrien, on aurait envie d'y mettre plus qu'une petite claque, plutôt de pétrir ces jolies fesses musclées. Avec un peu de chance, elles sont même poilues... Mais stupeur, au lieu de se détacher pour reprendre l'exercice, Frédéric reste tout proche du corps dénudé de Adrien. Il y a presque une imploration dans le regard profond qu'il plonge dans les yeux clairs de Adrien. La proximité des deux corps, les deux torses nus et poilus qui se touchent presque exhalent une chaleur, une moiteur et une odeur qui montent à la tête de Adrien. Ne plus réfléchir, se lancer, pas d'explication, juste un geste, sa main retourne sur les fesses de Frédéric, les caresse à travers le tissu du slip, plonge sous la ceinture et pétrit à présent la chair nue. Frédéric ne doit pas en être à son coup d'essai car, sans timidité aucune, il a empoigné Adrien par la taille et lui a foutu directement une main au paquet. Adrien bande à mort, les fesses de Frédéric sont aussi velues qu'il avait espéré et la main de celui-ci sur sa bite lui procure des sensations dans tout le bas-ventre et les jambes jusqu'aux orteils.

Un frisson parcourt également tout le torse de Frédéric, son poil se hérisse, sa fourrure reprend du volume, un sourire illumine à présent son visage. Sans hésiter, Adrien va y planter un profond baiser sur la bouche. Dans la bouche plus exactement. Le contact du torse poilu de Frédéric sur son propre torse nu lui fait perdre la raison. Frédéric est mince et musclé, mais Adrien a une tête de plus que lui et il est plus baraqué. D'un geste ferme et expert, il a saisi Frédéric pour l'allonger sur le tatami et parcourt maintenant tout son corps de ses baisers. Sa bouche, ses lèvres, sa langue parcourent le torse de Frédéric, ses joues frottent sur les poils de la poitrine, sa langue joue avec les tétons, ses narines hument la bonne odeur de mec tout le long de son abdomen en descendant jusqu'au paquet bien bandé qui est à présent sur le point de faire craquer l'avant du slip. Frédéric, lui, ne cesse de caresser avidement le torse de Adrien et de lui malaxer le zob à travers le boxer. Adrien est sur le point de retirer le slip de Frédéric, mais celui-ci l'implore, "non pas encore s'il te plaît".

Alors Adrien continue à lui flatter le sexe avec le nez et la bouche à travers le slip. Ça doit être un mélange de coton et de lycra, la texture est douce et agréable, et elle concentre merveilleusement l'odeur d'entrecuisse de ce petit mâle viril. La nature l'a généreusement doté de poils, elle lui a aussi conféré un parfum pénétrant. L'odeur est entêtante, celle que Adrien lui-même dégage envahit elle aussi l'atmosphère. Frédéric ne s'y trompe pas, il est souple ce petit salaud et en se contorsionnant, il réussit à placer son museau contre l'entrejambe de Adrien. Il voudrait bien que Frédéric lui sorte la queue du sous-vêtement et le suce, mais celui-ci lui travaille le zob à travers le tissu, à coups de lèvres et de langue, le nez collé au sous-vêtement à la hauteur de sa touffe. Pas désagréable, se dit Adrien, le mec doit bien profiter de ses odeurs car Adrien sait qu'il transpire fort de l'aine, du cul et du pubis, il s'en rend compte à chaque fois qu'il retire son boxer en fin de journée et qu'il le hume. Comme deux chiens, les deux mecs se flairent, se reniflent, se malaxent mutuellement la queue avec les lèvres à travers les sous-vêtements, tandis que leurs mains ne cessent de caresser leurs corps musclés, vigoureux et poilus. L'avant du slip de Frédéric et trempé, visiblement il mouille comme une salope, son excitation doit être à son comble, tandis qu'une tache sombre commence à s'agrandir sur l'avant du boxer de Adrien. Lui il ne mouille pas beaucoup, surtout quand il débande, en fait, mais là il est super excité par le corps de Frédéric, par ce qu'il lui fait avec la bouche et par la situation de baiser un mec sur le tatami en plein dojo.

Adrien passe à la vitesse supérieure et imite Frédéric, attrape carrément avec les lèvres et la langue la hampe bien dure de son sexe à travers le slip. Ça doit être ça qu'il attendait car il pousse un gémissement de bonheur et finit par dégager à son tour la queue de Adrien, si bandée qu'elle commençait à pointer par la ceinture du boxer. Dans le désordre de ce 69, Adrien sent les poils du torse de Frédéric qui se frottent sur son abdomen tandis que ses propres tétons, charnus, dodus, très sensibles, sont excités par les caresses du ventre de Frédéric à chaque fois que leurs corps remuent l'un contre l'autre. Tandis que Adrien pousse des grognements de plaisir sous les coups de langue que Frédéric prodigue à son dard, celui-ci se tortille de plus en plus à mesure que Adrien lui bouffe de plus en plus activement le pieu dégoulinant de mouille à travers le slip. Adrien accompagne les mouvements de sa bouche par des mouvements du bassin qui enfoncent à chaque fois plus profond dans la bouche de Frédéric sa queue bandée à mort.

Les deux mecs se bouffent mutuellement le sexe pendant encore quelques minutes, Adrien ne se retient pas de caresser les cuisses poilues et musclées le son nouvel élève. Il passe aussi comme il peut, sans perdre l'équilibre, une main dans les poils de son torse. Il a aimé contempler la fourrure dense et bouclée qui orne la poitrine et le ventre de Frédéric, mais comme il aime il y faire courir ses mains, ses doigts, l'empoigner, la caresser, palper un muscle, flatter un téton, il aime ce corps poilu de mec. Mais il n'y tient plus, il veut aussi caresser ses fesses poilues, les voir, et puis voir l'animal ! Le faire sortir de sa cage de tissu. Alors il se redresse, quitte son boxer, se met à genoux et retire doucement le slip de Frédéric qui se laisse maintenant faire.

Allongé sur le tatami, nu, tous muscles et tous poils dehors, Frédéric exhibe maintenant son sexe dressé, au garde-à-vous. Adrien est toujours très ému de voir un mec super viril dans une position de total abandon. Il s'assied face à Frédéric, le prend dans ses bras, le pose tendrement sur ses jambes repliées, l'embrasse à pleine bouche, caresse d'une main ses bras et son torse poilus, et commence de l'autre à branler doucement sa queue. Il est à lui, il s'abandonne, Adrien se dit que c'est le moment, il tend le bras, attrape son bas de kimono, fouille dans la poche, trouve la capote qu'il a toujours sur lui, dans toutes ses poches de vêtement, et la montre à Frédéric d'un air interrogateur. Hochement de tête, c'est bon, Adrien s'équipe. Tous ses amants et ses maitresses le lui ont dit, il est le roi de la sodomie, alors il a confiance en lui, il sait que ça va bien se passer. Le caoutchouc enserre son gros zob bien charnu, il est toujours un peu à l'étroit dans une capote, mais il connaît cette marque, il sait que les sensations seront bonnes. Il s'enduit la queue d'une bonne dose de salive, titille de ses doigts mouillés la rondelle de Frédéric, lui rentre délicatement un doigt dans le cul. C'est chaud, moite et doux, Adrien salive d'avance en se disant qu'il va planter son dard dans ce beau petit cul.

Il reste assis par terre, les jambes bien allongées, il contracte les fesses pour bien projeter sa teub vers le haut et commence à travailler le sphincter du beau Frédéric. Celui-ci l'aide comme il peut, en posant une main et un pied à terre pour ne pas perdre l'équilibre. Il pousse et accompagne avec le cul les mouvements de bitte de Adrien. Ça y est, ça rentre, le gland est passé, Frédéric pousse un râle, mais il sourit. "C'est bon", dit-il. Il est ferme et musclé, mais c'est quand même un petit modèle comparé à Adrien. Alors celui-ci n'a pas de mal à le manipuler, à le mettre un peu sur le côté pour pouvoir plus facilement l'enculer. Frédéric est toujours dans un total abandon, mais comme il se contorsionne pour faciliter la manœuvre, la moitié des muscles de ses jambes et de son torse est en action, bandée, c'est tellement beau à voir un torse musclé, se dit Adrien, et tous ces poils bouclés, si fins, si sombres qui ornent ce beau corps viril, il y a de quoi se damner.

Frédéric est maintenant à moitié à terre, Adrien finit de lui fourrer son pieu dans le cul. Les deux mecs alternent râles et gémissements. Ils échangent aussi de profonds regards et des sourires. "Je vais te mettre, tu vas voir, dit Adrien, tu vas adorer." Et il commence lentement, mais fermement à pilonner le derrière de Frédéric. Ses couilles se balancent à chaque mouvement, il a du mal à tout faire, bourrer le petit Frédéric, lui caresser le torse, les muscles et les poils, et puis branler sa queue aussi. Car Frédéric bande à fond, il mouille et son morceau est dur comme tout. Quand il commence à s'astiquer lui-même, Adrien en profite pour le caresser de plus belle avec les deux mains. Il accélère le rythme de son enculage, mais Frédéric le supplie : "Plus lentement s'il te plaît, plus lentement." Adrien s'exécute, il prend son temps, il lime le cul de Frédéric centimètre par centimètre, il l'encule profond, consciencieusement, savoureusement.

Par dieu sait quelle acrobatie, Frédéric parvient à libérer sa deuxième main et la fait maintenant courir partout sur le torse de Adrien, empoigne son épaule, soupèse ses pectoraux, effleure les poils de son torse, caresse ses tétons, chatouille son aisselle. Toutes ces caresses décuplent le plaisir de Adrien. Son désir aussi. Il a rarement baisé un mec ou une meuf qui semblait autant aimer ça. "Tu aimes ça ?" "Oui j'aime ça, répond Frédéric, continue, baise-moi, prends-moi." Adrien aime bien quand un mec lui dit qu'il aime se faire prendre par lui. Ce n'est pas qu'il aime dominer, mais il aime bien savoir que son corps et sa teub peuvent à ce point donner du plaisir. Alors il continue, il s'applique, il faut lui en donner à Frédéric dès coup de bitte qui l'envoient au septième ciel.

"Vas-y", grogne Frédéric. Ce n'est plus une supplication, c'est un ordre, alors Adrien donne tout, il s'applique, il bourre à fond, il ramone consciencieusement. La main de Frédéric astique fermement son pieu, son avant-bras est contracté, muscles bandés, Adrien adore voir ça, il a toujours aimé contempler les avant-bras des mecs. Il sent qu'il est sur le point de décharger et lance : "Maintenant ?" Frédéric fait signe que oui, Adrien lui donne de grands coups de queue dans le cul, sans accélérer le rythme il augmente la force, Frédéric lâche un gros paquet de foutre sur le tatami en poussant un râle, Adrien ne retient plus rien, il gicle tout ce qu'il peut dans le cul de son petit mec velu avant de s'effondrer à terre. Ils restent quelques instants l'un dans l'autre, haletants, puis Adrien ressort et retire de sa bite la capote souillée, pas grave, il en a vu d'autres, s'en débarrasse et enserre Frédéric dans ses bras en le couvrant de baisers. Les mains sont poisseuses de sperme, ça colle dans les poils, ça ne fait rien il y a des douches au dojo, on aura bien le temps d'y penser après. Pour le moment, c'est chaleur, tendresses, muscles, poils et baisers.

Gill

Autres histoires de l'auteur :

Fournil | Bâtiment | Maçon | Café | Train | Mec du Stade | Plombier | Randonnée | Incendie | Campagne | Torso | Torse nu

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

💦 26 Décembre | 58 pages

Les nouvelles | 16

Gage à la piscine Meetmemz
Apéro nu Oakspirit
Run&fuck Ludotrique
Parking Steeve
Mon mec et son ami hétéro lebgmignonblack
Baise avec mon prof Meetmemz
Le plaisir Zouan
Promenade chaude Bihot
Apprentissage Garbxc
Daddy Jimichaud
UVraie salope Jimichaud
Intrusion Jill38
Bites américaines Vktrlmbrt
Vive les mariés Benishere4sex
Un uber driver Theo
Première fois Esmeraldo

Les séries | 42

Piscine | 3 Camozzzor
1 | 2 | 3
Tel Père Tel Fils | 3 Ceven-X
1 | 2 | 3
Bryan le super pompier | 3 Legaydu37
1 | 2 | 3
Une vie | 7 Fabrice
1 | 2 | 34567
Adrien | 14 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14
Agriculteur | Saison 8 | 12 Amical72
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12
26 Déc, + 30 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Nov. 21 : 1  873 331 pages vues

À jour : mardi 19 octobre 2021 à 08:18 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"cyrillo histoire gay""recits gay""salope sur parking""je suce mon fils""n'appréciait pas du tout le rouquin""zoophile gay""j ai couché avec mon frere""le site de cyrillo"cyrillo.com"gaie eros""partouze sur la plage""image cul""erog blog""photo gay gratuite""exhib parking""histoire gay cyrillo"gaygratuit"histoire gays"cyrrilo"histoires gay gratuites""gay ero""histoire rebeu gay""histoire gay papa""elle me vide les couilles"cyrilo"histoire gay pompier""histoire gay piscine""récit gay""blog une histoire de mecs""histoire gay sexe"gaieros"histoire gay domination""papa me baise""recit gay internat""recit hard""baise entre cousins""histoire cyrillo""histoires de cul"cyrrillo"histoire de baise""histoire gay pompier"cyrillogay"sexe tatoué""le korosko""cyrillo histoires""recit sauna gay""histoire gay cyrillo""histoire minet gay""ejac gay""histoires gay gratuites""gay cyrillo""recits pornographiques"cyrillogay"cirillo gay""pute a jus""histoire gay entre frere""travesti soumis""1ere fellation""histoires cyrillo""ejac faciale gay""je suis une vraie salope""premier sodomie""les histoires de cyrillo""histoire de sodomie"histoiregay"histoire gay cyrillo""histoire gay sauna""lieux de rencontre gay""cyrillo texte""histoire porno gay""anal gay""histoire sex gay""gay cyrillo""recit gay cyrillo""première anal""cyrillo histoire gay""histoire x gay""recit bisexuel""histoire gay vestiaire""il encule sa niece""gay vide couilles""histoire gay crade""sexshop tours""recit gay porn""histoire porno gay""cyrillo gay""les histoires de cyrillo""partouze bisexuel""premiere fellation gay"