ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Éphèbe confiné

Le confinement, dé- confinement, couvre-feu découvre feu nous ne savons plus ou nous en sommes. J’approche la quarantaine et ne suis pas considéré comme personne à risque. Pourquoi ?, j'avoue que je n'ai toujours pas compris la logique de cette vision généraliste. Etant dans une société commerciale très active depuis ce virus, je suis seul dans mon bureau, mes 5 collègues sont en télé travail. Mais ce n'est pas de cette vision pro que je voulais vous faire découvrir. Outre les difficultés au quotidien, de cette situation, je viens de vivre une véritable surprise de noël.

Ma secrétaire directe, en novembre, vient me voir. « Bonjour Yannick, j'ai une mauvaise nouvelle, Stéphane mon mari est positif au virus et bloqué à la maison. Comme cas contact je serais absente au moins 7 à 10 jours" Je ne m'attendais pas à cette nouvelle épreuve et une fois de plus je sentais que les difficultés professionnelles allaient s'accumuler. Je voyais que Sandrine était très affectée par son absence prochaine « Tu sais Yannick si tu as besoins de moi pas de souci je serais en télétravail » « Je sais Sandrine depuis 5 ans que nous travaillons ensemble, je connais ta disponibilité, mais tu vas rester tranquille chez toi avec ton homme ». « Oui mais j'ai un gros problème à résoudre; » « un gros problème ? » « Tu sais que j'habite à 34 km de mon boulot dans les monts du lyonnais et qu’il n'y a pas de transport collectif » « Ben tu t'en moques puisque tu seras chez toi » « moi, oui, mais je m'occupe de mon neveu qui étudie à Lyon et j'assure les déplacements matin et soir, je l'héberge chez moi. Il faut que je lui trouve une solution; » Sandrine sortie de mon bureau visiblement perturbée. Je me remis au boulot avec les absences des collègues les questions n'étaient pas simples. Enfin, 10 h, un tour vers la machine à café s'imposait. Je traversais le couloir vide et approchais de cette machine, lieu de rencontre, s'il en est. Sandrine était en train de se faire couler une boisson et elle avait sa tête des mauvais jours. Je voulais détendre l'atmosphère « Alors Sandrine ne fait pas cette tête, nous pourrons bien nous passer de toi quelques jours » « Ce n'est pas ça mais je n'arrive pas à trouver de solution pour mon neveu Julien, il faut que je lui cherche un hébergement pendant mon absence. » « Courage Sandrine » et je partais avec mon café pour le boire dans mon bureau. La situation me questionnait tout de même je n'avais jamais vu ma collègue avec une telle inquiétude. Je gambergeais dans ma tête pour l'aider à lui trouver une solution. Enfin vers 11h j'imaginais une proposition et j'appelais ma collègue. Elle entra dans mon bureau avec une mine triste « Dis-moi Sandrine ou est l'établissement de ton neveu ? Il est étudiant? » En réalité il était à l'autre bout de la ville et je comprenais la situation. « Dis, il n'est pas trop con ton neveu ? Il est assez autonome ? il est seul ? » Le visage de Sandrine s'éclairait, elle sentait intuitivement qu'une solution pouvait émerger. « C’est un mec super cool. Mais il n'a pas ton style, il a des dreadlocks, il porte souvent des sarouels, des sweats à capuche pas ton style BCBG de cadre sportif. Mais en dehors du look il est adorable. « Bon, son lieu de travail se trouve sur mon parcourt, je peux te proposer de l'héberger quelques temps, s'il veut vivre avec un cadre BCBG ! Tu sais que mon compagnon est en voyage d'étude pour 5 mois aux USA je suis donc seul. » Sandrine est une des rare de mon équipe à savoir que j'étais en couple avec un minet trader de 21 ans et ce depuis 2 ans. « Comme Herve (mon amant) n'est pas là, ton neveu ne sera pas choqué! Tu as confiance à ce qu'il puisse habiter chez moi ? sois clair avec lui sur ma vie sexuelle en dehors de mon look hétérosexuel que chacun m'accorde » Sandrine traversa le bureau, s'approcha de moi et me demanda « Je peux ?" » elle me fit deux bises affectueuses, c'était une des premières fois que cette femme de 57 ans me montrait sa tendresse. « Ce soir j'en parle à Julien et je t'appel chez toi ok ? » je la vis quitter mon bureau le pas alerte, enfin, je retrouvais ma Sandrine dynamique. 19 h je quittais le bureau, passais chez le traiteur et me dirigeais vers la maison. Mon compagnon Hervé avait acheté cette villa des années 1930 avec des plafonds de 3m50 avec une grande pièce de réception, un salon cossu 2 vastes chambres à l'étage un dressing et notre bureau de plus de 20 m2, le tout dans un parc arboré de 1500 m. nous faisions des envieux, et souvent les weekends étaient l'occasion de recevoir nos nombreux amis. Nous pouvions faire le bruit que nous voulions tout autour il n'y avait que de grandes propriétés souvent inoccupées.

Je matais un film de Netflix lorsque le téléphone sonna, c'était Sandrine. « Je ne te dérange pas ? J'ai transmis ta proposition à Julien il est super content? Il veut te parler je te le passes ? » « Il a un smartphone ton neveu ? Dis-lui de se connecter en Visio ce sera mieux » « ok je lui dis c'est un geek il ne doit pas y avoir de souci, je t'embrasse » Je raccrochais et 2 mn après j'avais le neveu en image. Ce fut le choc ! Devant moi un poupon imberbe, un visage rond, le crâne rasé sur les côtes et 6 grandes dreadlocks qui descendaient sur la nuque, des yeux bleu pervenches et un sourire frais qui illuminait son visage juvénile. Un mec visiblement heureux et bien dans sa peau Je fus surpris de sa voix grave qui ne correspondait pas à l'image de bébé qu'il donnait. Il prit la parole sans se départir de ce sourire ravissant « Bonjour Yannick c'est moi Julien, vous avez fait une proposition a ma tante c'est super sympa, elle était tellement angoissée de la situation ! » « Et toi julien tu ne l'étais pas ? » « Si un peu mais à chaque problème une solution, la preuve ! » il était charmant et son capital de sympathie était communicatif. Nous convenions que, dès demain je le prendrais sur son lieu d'étude. C'est là que j'ai compris que c'était un lycée classique proche de chez moi. 18 h je garai ma voiture en face du bahut. Je ne mis pas longtemps à repérer le petit Julien. La description que m'en avait fat Sandrine était conforme. Il mesurait à tout casser 1m65, mince souple, remuant. Il était vêtu d'un jean slim noir qui lui serait ses jambes frêles d'ados, un grand sweat à capuche signé ACDC et bien entendu la paire de doc avec le lacet vert et l'autre rouge. Je sortie de ma voiture pour lui faire signe mais il m'avait déjà repéré. Il saluait d'une main ses potes et se précipita vers moi toujours avec ce sourire radieux qui illuminait son visage enfantin. Je lui tendais la main pour le saluer mais il s'approchait et mes fit 2 bises à ma grande surprise. « Merci Yannick c'est super sympa. Tu as trouvé le bahut sans problème ? » son approche était tellement joyeuse que je ne fus même pas surpris qu'il me tutoya du premier abord. Après la ½ h de circulation nous arrivions devant le portail de la propriété qui s’ouvrit électriquement ? « Le visage de Julien s'illumina encore plus « Putain ! C'est chez toi ici ? Dans ce château ? Le rêve ! » Je ne pouvais qu'éclater de rire devant cette spontanéité enfantine. Je lui faisais visiter l'intérieur et sa chambre au 1er en face de la mienne. « Bon, Julien tu as un placard, tu pauses tes affaires, ta guitare, ton ordi tu as une table au fond et si tu veux dans 1/2 heure je t’attends en bas Ok ? » « Cool » me répondit-il c’était son expression favorite que j'entendis dans toutes situation sur la durée de sa présence avec moi. J’étais dans la cuisine pour faire réchauffer le plat traiteur. Sans un bruit je sentie sa présence. Il était derrière moi toujours avec ce sourire radieux. « Tu t'es déjà changé ? le jean c'était ton uniforme de lycée ? » il avait passé un sarouel vert et jaune limité au milieu des mollets que je découvrais couverts de poils brun très dru, une chemise indienne blanche en coton largement ouverte sur un torse imberbe a la peau fine et claire. A travers le tissu fin je voyais pointer deux petits têtons brun foncés. C'était un choc pour moi. « Allez tu veux boire un coup Julien ? Alcool sans alcool ? Bière ? tu choisis « Une bière je veux bien, celle-ci c’est une tuerie » Il allait falloir que je m'habitue au langage de Julien. Je m'installais sur le canapé et lui, vint s'assoir a côté de moi une jambe repliée sous les fesses. « C’est comme ça que tu t’assois Julien ? » « Ça ne te dérange pas ? le canapé ne craint rien ? Oui même sur une chaise je me pose comme ça mes profs ne disent plus rien, ils ont abandonné » encore une fois il me déclencha un rire

Pendant le repas il m'annonçait qu’en Aout il avait fêté avec ses potes ses 18 ans au bord de l’Ardèche, qu’ils avaient fait une fête d'enfer avec feux de camp, et même bain de minuit. « Julien le bain de minuit c'est à poil généralement" » « oui bien sûr c’était ça! » « Te mettre à poil ne te dérange pas ? » « Moi non mais ma copine n'aime pas quand je me promène comme ça alors que c'est naturelle non ? » je confirmais ce qu'il me disait. « Au fait Yannick ma tante m'a dit que tu étais gay, que personne ne le savait et que tu avais un compagnon qui était en voyage. C'est vrai tout ça ? » Le naturel avec lequel il avait abordé le sujet me séchais. Enfin 23h30 je proposais à Julien de regagner nos chambres respectives car demain 6h30 debout. En me déshabillant je pensais à ce petit éphèbe qui devait faire de même à cote? Comme je dors à poil j'étais en tenue de nuit et réglais mon téléphone en alarme. Tout à coup Julien frappait à ma porte et l'ouvrit. J'étais face à lui en tenue d’Adam mais Julien ne montrât aucune surprise. « Excuse-moi Yannick mais je peux prendre une douche ce soir ? » « Naturellement, j'ai oublié de te donner des serviettes, j'arrive » par décence j'enfilais un short de running pour lui montrer la salle de bain, qu'il trouva gigantesque. Je le laissais à sa toilette. Le lendemain matin 6h20 je me dirigeais vers la salle de bain et pris ma douche. Quelques instants après j'entendis la porte s'ouvrir et julien pisser dans les WC. Ceux-ci sont dans la même pièce mais la vie avec mon compagnon n'avait jamais posé problème voir même ça nous plaisais. C’était la première fois que le WC était occupé par un invité en même temps que la douche. Devant le sans gêne de mon petit Julien, je savais que si je ne le voyais pas lui en entrant ne pouvait pas ne pas avoir une vue complète sur ma douche italienne sans rideaux. Je sortais de mon antre, Julien était toujours devant les toilettes dans le plus simple appareil. Ce minet allait me surprendre de jour en jour. Julien était de dos, son corps mince et étroit ses petites fesses glabres et rondes ses Dread qui descendaient dans le dos et ses jambes recouvertes de petits poils noirs détonnaient avec le reste de son corps glabre. Je m'adressais a lui « Alors Julien cette première nuit ? tu as bien dormi » « super cool »me dit -il en se retournant. Face à moi je découvrais sa petite bitte avec deux superbes valseuses bien collées au sexe. Mais à ma surprise le tout entièrement rasé une bitte d'éphèbe grecque ! Je ne pus retenir ma question « Tu te rases ? ça contraste avec tes jambes hyper poilues » « C’est ma copine qui veut ça, elle trouve que c'est plus hygiénique mais moi j'hésite à me promener à poil devant mes copains ils croiraient que je suis gay. » une fois encore j'éclatais de rire « Et ça te gênerait ? Moi je suis gay et j’ai la queue rasée par contre contrairement à toi, je n'ai même pas de poils sur les jambes. Souvent des mecs me demandes si je ne me rase pas. Par contre ma barbe je la rase tous les jours sinon je deviens loup garou et toi tu n’en as pas besoin » je me rendais compte de la situation dans laquelle nous étions. Deux mecs face à face qui ont 20 ans d’écart. L'un et l'autre nus comme de vers. Lui glabre sur tout le corps et le visage sauf les jambes poilues et moi barbe de 2 jours sans aucun poil ailleurs. Si nous avions de témoins je perdrais instantanément ma réputation de mec BCBG macho. La première semaine se déroula tranquillement. Le rythme était trouvé la nudité de l'un et de l'autre n’était plus un problème sauf que je me découvrais des tendances de voyeur pour profiter à chaque fois du merveilleux spectacle de mon éphèbe. La nuit si je poussais légèrement ma porte de chambre, celle de julien restait toujours grande ouverte. Le mardi de la 2eme semaine je laissais Julien à la maison ayant une visite à faire chez mon voisin direct, donc pas de problème pour le couvre feux Je rentrai vers 1 heure du matin et sans éclairer je me couchais. Tôt le matin, je me levais, sans bruit, pour pisser et je passais devant la porte ouverte de la chambre de Julien. Dans la pénombre, je vis mon bel éphèbe qui avait enlevé draps et couverture. Il était nu sur son lit la bitte a la main se masturbant tranquillement. C'était la première fois que je voyais ses 18 cm de petit diamètre bandé. Je me recouchais et avais en tête le merveilleux spectacle de la chambre d'a cote. Bientôt je perçu son souffle accélérer puis plus rien. Julien avait certainement joui. J’étais troublé par cet épisode de mon éphèbe de 18 ans Lors du petit déjeuner je détaillais julien avec un autre œil. C'était bien un male avec des envies de male qui était chez moi.

Le soir comme à notre habitude, avec une bière à la main, au salon nous discutions de chose et d'autre. Je lui racontais une de mes visites chez un client que j'avais surpris à enculer sa compagne sur son bureau et expliquant que je n'avais pas bien géré la situation. En effet, le spectacle m'avait fait bandé et que je ne voulais pas me montrer dans cet état. Julien comme à son habitude eu des remarques directes et me dit que j'aurais bien fait de rentrer aider ce pauvre homme, vu que comme j’avais la gaule je devais bien avoir mes 19 cm à mettre en action. C'en était trop pour moi et du tac au tac je lui répondis « Tu penses que j'aurais pu rentrer pour aider ce mec qui avait la même bitte que toi 17 ? 18 ?. Si c'était toi comment aurait tu pris si j'étais entré dans ta chambre pour t'aider à te branler comme hier soir? Pour une fois, Julien n'avait pas la réaction immédiate. Devant mon sourire amusé et mon regard qui attendait une réponse, Julien me fixa de ses beaux yeux bleus et s’exclama « Comme tu m’as scotché ! » « Alors, ta réponse ? » « Je crois que je me serais arrêté de me branler et je me serais caché sous mon draps; » « Tu vois que tu n'es pas complétement libéré mon petit » cette fois Julien s'emblait troubler et il reprit la parole « Pourquoi tu me dis 17 ou 18 ? tu crois que c'est la longueur de mon sexe ? Et moi quand je t’ai dit 19 tu ne m'as pas répondu non plus » « Tu as raison moi c'est 19 par 5.5 cm, Alors et toi ? » « Je crois que c'est 17 ou 17 1/2 mais je n'ai pas mesure le diamètre mais à mon avis pas très gros. Mais ce ne sont pas les plus grosses les plus actives a ce qu’il parait » son sourire était revenu sur son visage d'ange, il était à nouveau à l'aise.et m'apostrophait « De toute façon tu ne serais jamais rentré dans ma chambre et tu n'aurais pas pris le risque de toucher mon sexe. » Il n'avait pas tord.et je lui fis part de cette remarque en la complétant que je ne voulais pas avoir une perspective de viol sur le dos même avec un majeur tout frais. Je sentais que la discussion dérapait et je mis fin à celle-ci en allumant la télé. Cependant j'étais troublé de la façon dont nous avions abordé les choses et fantasmais si un jour l'opportunité de sa branlette se représentait. Deux jours plus tard, rebelote, j'entendais dans la chambre de julien le bruit caractéristique d'un mec qui s'astique. Je me levais, sans bruit je me déplaçais devant la porte de sa chambre, ma queue était tendue comme jamais. Julien avait laissé son ordinateur éclairé sur le bureau ce qui diffusait une lumière bleutée dans toute la pièce. Mon petit mec, nu sur son lit une main sur la queue et l'autre, à ma surprise, cherchait son petit trou Etait- ce une mise en scène ? Une provocation ?

Je me tenais devant la porte et volontairement je ne m'étais pas caché dans le chambranle. Je dégustais le spectacle de cet éphèbe en plein effort. Julien décollait la tête de son oreille et tournait son visage en ma direction comme s'il m'attendait. Je pénétrais dans la chambre et m'approchait de son lit ma queue tendue était presque à la hauteur de son visage. Je rompis la tension qui s'installait. « Bien julien si ton père te voyait ! » « Je ne l'ai jamais connu j'ai été élevé uniquement par ma mère. » « Et ta copine qu'en penserait elle de te voir te branler ? » « Elle a l'habitude, elle n'est pas très branchée sexe alors que moi oui, c'est elle qui m'a demandée de me raser pour pas que mon sperme coule dans les poils, de temps en temps elle m'aide à ma jouissance, sinon là plus part du temps elle se contente de me mater et je crois que ça la fait jouir. Drôle Non ? » j'étais surpris de la maturité de réflexion de ce gosse de 18 ans. Il reprit la parole « Et toi Yannick pourquoi tu te rases la bitte? » « C 'est Hervé, mon compagnon, qui me le demande, il est fou de fellation et apprécie quand il 'n’a pas de poils dans la bouche » « Il te suce ? C'est bon ? » « Oui pour moi comme pour lui et il est fou du gout de mon sperme ! » « Il avale ton sperme ? » sa remarque encore une fois me fis rire, même si le moment était irréel. La situation était celle-ci, lui nu sur son lit, la bitte à la main, moi debout nu comme un ver discutant avec cet ados comme si nous étions au salon. Julien repris la parole « Yannick tu peux me sucer ? Pour voir ce que ça fait ? » « Je ne me fit pas prier et me baissait pour enfourner cette petite queue glabre qui mouillait abondamment. Doucement je le léchais sur toute la longueur puis de temps en temps je lui faisais des gorges profondes déclenchant chez lui des gémissements stridents. Je ne voulais pas qu'il jouisse trop vite et je prenais tout mon temps. J'étais dans un rêve et un état second. Bientôt je remplaçais sa main par la mienne pour caresser son trou. Julien était totalement abandonné et ne s'opposa même pas quand j'arrivais à glisser un doigt entier dans sa rosette. Cet acte déclencha immédiatement sa jouissance et son sperme me remplit la bouche. Je gardais sa queue au chaud et lui nettoyais le gland. J'avais enlevé mon doigt de son cul tout doucement. Julien était complétement détendu et visiblement épuisé « Excuse-moi Yannick je n'ai pas pu me retenir de juter et c'était trop bon je ne pouvais pas t'avertir » Il était charmant « Et bien Julien voilà une expérience que tu garderas pour toi. » Le lendemain matin, au petit dej pas un mot sur notre nuit et ni lui ni moi n'étions culpabilisé, voir même, libéré de cette envie. Nous n'en avons plus reparlé de la semaine, mais je sentais que la proximité avec Julien était de plus en plus forte. Enfin, le jeudi soir suivant sur le canapé du salon Julien pris son courage à deux mains. « Yannick depuis notre expérience que je ne regret pas une idée me trotte dans la tête » « Allez Julien, c'est quoi ? » « Tu ne te fâches pas, tu ne ris pas ...promis ? Tu m'as fait un plaisir fou de me sucer ...je voudrais te demander si je pouvais aussi essayer ? » J'étais scotché de la façon qu'il me demandait cette faveur, mais me contentais de lui sourire le laissant dans le doute. Après nous être couché chacun dans notre chambre l'idée de sa demande me trottait dans la tête. Je n'arrivais pas à trouver le sommeil, trop d'idées se bousculaient. Je me levais et me dirigeais dans la chambre de Julien. Il était couché nu sur son lit à cause de la cahleur.IL ne dormais pas et son visage était tourné en ma direction. Ma queue toujours à hauteur de son visage déroulait ses 19 cm. Je ne bougeais pas et senti la main de Julien toucher la pointe de ma queue puis il levait sa tête et approchait ses lèvres. IL suçota doucement, puis lécha ma mouille et commença à téter la pointe de ma queue. Je poussais sur ses lèvres qui enfin s’ouvrir et ce fourreau chaud entoura bientôt ma bitte tendue. C’était divin et en même temps qu'il me suçait, il se masturbait. Je profitais de la situation pour glisser un doigt entre ses fesses pour atteindre sa rosette. Julien décollait son cul pour que je puisse atteindre son petit trou et glisser un doigt puis deux. Cette situation déclenchait chez moi une montée de plaisir « Julien, attention, je vais jouir ! tu veux gouter mon sperme ou pas ? » « Oui lâche toi » je crachais quatre jets de crème que julien avalait. N'avais-je pas été trop loin dans l’initiation rapide ? Aurais-je du résister à cette opportunité ? Je laissais enfin julien et retournais dans ma chambre. Quelques minutes après mon bel éphèbe me rejoignit et s'étendit à côté de moi. Je sentais son corps lisse et chaud se lover contre le mien. « Merci Yannick pour ce moment jamais je ne l’oublierai » « Nous ne referons plus ça ensemble, Julien, c'était une expérience unique, nous n'irons pas au-delà » « Yannick j'ai honte, j'ai pris du plaisir a sentir tes doigts dans mon cul. Un jour je voudrais essayer de me faire prendre par une queue mais moins grosse que la tienne » « Tu as le temps Julien peut être que tu n’aimeras peut-être pas. Mais je te le dis sans moi. Nous en resterons là même si moi aussi, j’ai beaucoup aimé » Je sentis Julien s'approcher de moi, poser sa tête sur mon épaule. Je sentis ses larmes couler sur ma peau. Je ne voulais pas poursuivre son initiation il fallait qu'il tente l'expérience avec quelqu'un qui partagera son amour et pas uniquement un acte physique. Ce sera un mec, peut être une nana avec un good. Mais a 18 ans le premier acte charnel doit être un choix et je ne pensais pas que Julien soit prêt à ça.

Yannick

Autres histoires de l'auteur :

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

💦 18 Décembre | 61 pages

Les nouvelles | 14

Commande en ligne Elixir
Brave lope soumise à ma queue PG
Piscine avec Papa Camozzzor
Mon meilleur coup ! Vrai-Versa
A seulement 100m Enzo
Mon parrain Meetmemz
Manutention sous tension Cocoww
Orgie multi-ethnique Fabrice
Trip glory holes Garbxc
À mourir de désir emmaBX
Première soumission hard Ghisto
Rencontre imprévue Ninemark
Mon binôme de cours du lycée Julien38000
Nouveaux attouchements Eric59s

Les séries | 47

Soumission & Domination | 618 | +1 Jardinier
1 | ... | 618
Une vie | 5 | +1 Fabrice
1 | 2 | 345
Parking des routiers | 2 | +1 Nico-du-37
1 |2
La fouille | 8 | +4 Jam
1 | 2 | 1 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Drague en forêt | 6 | +1 Qkentin
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Clones | 1 | +1 Théo & Léo
1
Dépucelage particulier | 2 | +1 Fabrice
1 | 2
Disparitions | 2 | +2 Fabrice
1 | 2 | 34 | 5 | 6
4 cancres | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Nouveau job | 4 | +1 Mattadispo
1 | 2 | 34
Fantasmes avec un collègue | 7 | +1 Jay
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
Lopé par mon beau-fils | 3 | +1 Alex
1 | 2 | 3
18 Déc, + 47 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Nov. 21 : 1  873 331 pages vues

À jour : vendredi 26 novembre 2021 à 09:23 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"gay pute""histoires gay black""histoire de baise""photos gay gratuit""porno routier""depucelage anale""recit cyrillo""gay coquin""gay cyrilo""histoire d inceste gay""sauna gay nice""sexshop gay""grosse pute gay""histoire gay première fois""cap d'agde gay""histoire de soumission gay""cocu humilié"bondagemoi"partouze cap d'agde""exhib dans les bois""site lieux de drague"cyrillogaydecaloter"vestiaire gay""je couche avec mon frere jumeau""histoire erotique gay""mec soumis""recit gay routier""1ere sodomie gay""photo gay nu""puceau gay""histoire porno gay""baise dans les vestiaires""gay jus""histoire gay routier""sauna california rennes""cite gay""gay uro""histoire gay cyrillo""gay enculé""recit porno""elle se fait enculer par son chien""gay crade""racaille gay"cyrilo"cyrillo rebeu""petit cul serré""histoires cyrillo""histoire gay sport""histoire de cyrillo""histoire de sexe gay""histoire gay piscine""histoire gay cirillo""mur des bites""histoire porn"gaygratuit"histoire de depucelage""histoire de baise""lope soumis""histoire cyrillo""recit gay sexe""gay cyrillo""porno gay prison""gay cuir""grosse queu""cyrillo dial""histoire depucelage anal""tournante dans une cave""hds gay""porno gay pere et fils""sauna sun city""histoires cyrillo"cyrillobiz"histoire depucelage jeune gay""sex toy gay""gay cyrilo""gay pisse""histoire gay cirillo""histoire gay routier""recit sm gay""histoire gay""gay cyrillo""histoire gay routier""bbk gay"cyrillogay"histoire gay grosse bite""histoire gay inceste""bras dans le cul"cyrillo"baise moi mon fils"