ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

PSY et pas que ...

Préambule :

Cette histoire, est vraie, personnelle, récente, certes un peu longue mais vécue et pour bien profiter de sa conclusion il vous faudra prendre la peine de tout lire pour bien comprendre.

Certes, ici nombre d’histoires mettent des acteurs vrais ou pas, décris comme de jeunes individus à peine majeurs, mignons, éphèbes qui découvrent leur 1ère fois, (ok ça peut être bandant) ou des histoires abracadabrantes pour certaines plus fantasmées et enjolivés que réelles, ça peut aussi être ça d’être auteur.

Comme tout un chacun, nous avons eu notre 1ère fois, et peu réellement honnêtes pourront l’idéalisée, je ne dis pas que cela n’existe pas mais c’est surement moins de réellement vécues.

Et puis, il faut bien une 1ère fois pour qu’il y en ai d’autres.

Il y a ici une catégorie moins représentée, peut-être moins recherchée aussi, mais bien réelle et proche de la vérité, elle se trouve dans des générations d’acteurs d’âges de tranches supérieures dont les aventures sont parfois plus chaudes et débridées tout simplement, parce qu’elles ont du vécu derrière, de la désinhibition et sont assumées dans toutes leurs singularités sans appréhension particulière.

Ne les ignorez pas, elles sont le vrai reflet de la réalité.

Ceci précisé voici ma dernière aventure.

Chapitre 1

Depuis mon dernier plan, voilà à peu près de 2 mois (voir mon histoire précédente pour comprendre qui et comment je suis) je m’interroge sur moi, ma vie, mes raisons d’être pas que je sois perturbé loin de là, mais je me pose des questions, comme tout un chacun à un moment de sa vie je pense.

Qui et que suis-je réellement ?

Coté vie sociale, ça va, coté boulot ça va bien aussi, je m’interroge sur mon moi physique, je m’explique, j’ai plaisir à regarder les femmes, à les côtoyer, certaines m’attirent et j’en ai baisé quelques-unes, j’aime leurs présences tant physiques qu’intellectuelles, mais, depuis que j’ai toucher aux hommes je n’aime désormais que baiser avec eux (enfin plutôt me faire baiser) et c’est tout, une fois la chose expédiée, ils ne m’intéressent plus ou du tout ,(à quelques exceptions près) aucune accroche, d’intérêt à les côtoyer ailleurs qu’au lit (ou ailleurs)certes je suis resté pote voir ami avec 2 ou 3 de certains de mes partenaires (avec pour certains de temps en temps des re plans cul) mais dans l’ensemble assez rare.

J’ai donc essayé de comprendre mon comportement.

Je m’en suis ouvert à l’un d’eux (un kiné) qui m’a dit :

je ne saurais te répondre, tu es équilibré, loin d’être con, plutôt genre mec, mec viril et paradoxalement en intimité quand tu consent à t’y mettre, une fois démarré ,tu es une vraie chaudasse, un poil docile, frisant la vraie salope, c’est d’ailleurs ce qui me plait en toi, et surement qui doit plaire à d’autres, tu ne poses pas de question, t’es pas intriguant ni intéressé.

Si tu veux je te présenterai à un bon pote à moi, qui est PSY, il est cool et discret, je te promets je ne lui dis rien de toi, peut ’être répondra-t-il à tes interrogations.

J’avoue y avoir déjà pensé, mais je me voyais mal débarqué chez un ou une PSY pour déballer ma vie, sexuelle.

Je lui dis ok, juste une question, il est de la famille ?

Lui : je n’en sais rien, je ne pense pas il a été marié, il est divorcé depuis 10 ans, je les ai connus ensemble, et maintenant on continu à être potes, on se voit de temps en temps il est agréable dans la discussion, même intéressant, pour le reste nous n’avons jamais évoqué l’aspect de sa vie sexuelle et intime, même si lui sait pour moi.

Va le voir, déjà appelle le de ma part, de mon coté je le préviens de ton appel sans rien dévoilé te concernant.

Il s’appelle Philippe.

Ainsi fût fait, j’ai donc pris RDV avec le fameux Philippe, et rdv a été pris mardi dernier à 18h00.

Je suis arrivé sans appréhension ni inquiétude à son cabinet.

Je me trouve devant un type avec des lunettes d’écailles, ni beau ni moche, la cinquantaine cheveux courts blancs et de petit gabarit à tout casser 1m70 pesant à vue de nez dans les 60 kgs, il est menu mais dégage une force tranquille, bref pas un athlète.

Il est souriant et semble sympa, il ne me fait pas le coup du mythique canapé, même s’il y en a bien un sur place, et me demande de m’assoir sur la chaise devant son bureau, et le pourquoi de ma présence.

Je lui raconte carrément tout ce que j’ai expliqué me concernant au début de cette histoire, il écoute sans m’interrompre ni bronché, puis quand j’ai fini il prend la parole et me dit je vais vous poser des questions nettes courtes, a vous de répondre honnêtement sans préjugé avec franchise sans broder, et je vais prendre des notes, ça vous convient ?

Moi : ok ça me va très bien.

LUI : depuis quand avez-vous des rapports avec les hommes ?

Moi : Une bonne dizaine d’années un peu plus.

Lui : votre rôle au court des ébats ?

Moi : au début actif

Lui : et après ?

Moi : Passif

Lui : rapidement, ou sur le temps ?

Moi : très rapidement

Lui : et maintenant vous faites les 2 ?

Moi : non que passif.

Lui quels genres d’hommes aimez-vous ?

Moi : les hommes passés la cinquantaine aux comportements, attitude, physique virils, un poil dominant, et de préférence équipés au minium d’un sexe de 17 à 18 cms, bien dur et tenant l’érection sans pour autant qu’ils soient des marathon mans.

Lui : Avez-vous des critères de sélections en dehors du physique décrit juste avant

Moi : ??

Lui : couleur ou handicap par exemple poilu pas poilu ?

Moi : NON rien de tout ça.

Lui : quelque chose de rédhibitoire chez d’éventuels prétendants et que n’aimez-vous pas dans la pratique ?

Moi : OUI, les gens sales, cons, ventripotents, les efféminés, les maniérés, les hâbleurs, ceux qui ne savent pas ce qu’ils veulent, et ou les menteurs, ça fait du monde..

Pas de CRAD, pas de déviance fétichiste, genre lycra, odeur, travestissement entre autres non plus.

Lui : vos critères sélectifs sur le physique sont ‘ils définitifs ?

Moi : Non pas nécessairement, je peux être ou me laisser happer par un homme intelligent, sachant y faire qui m’intriguera et saura me convaincre, sauf s’il est dans les critères rédhibitoires.

Lui : bien, maintenant on va rentrer dans du plus intime, qu’est ce que vous aimez lors de vos rapports avec les hommes ?

Moi : effectivement c’est inquisiteur et ça peut choquer

Lui : vous savez dans mon métier j’en ai vu de toutes les couleurs.

Moi : OK j’aime les hommes directifs réellement actifs déterminés parfois limite brutaux, imaginatifs, mais softs,

J’aime sucer une bonne queue, voir que l’on mit oblige, me faire caresser, travailler les tétons et le cul, me faire bouffer le cul, et surtout me le faire prendre, j’aime sentir un gland pousser et forcer mon intimité, j’aime me sentir dilaté quand un gland m’ouvre, j’aime cette douleur et brulure sur le moment, j’aime sentir un sexe m’envahir au plus profond, j’aime sentir sur mes parois internes le frottement et le remplissage, j’aime sentir mon partenaire se planter au plus profond de moi.

Lui : je vois vulgairement parlant (et ce n’est pas dans mes habitudes) vous aimez vous faire enculer quoi !

Moi : OUI voilà.

Lui : qu’en retirez vous a part le coté psychologique qui semble très développé chez vous du fait d’être dominé et à la mercie du partenaire du moment ?

Moi : le plaisir physique, la jouissance, les spasmes anaux, les contractions abdominales, la chaleur dans les reins le vrai plaisir animal, qui me fait perdre les pédales, limite la conscience à certains moments, je jouis du cul.

Lui : avez-vous dress-cod ?

Moi : non, je prends comme ça vient, à la cadence et selon les trips de mon partenaire sans restriction de positions.

Lui : des envies particulières en dehors de tout ça ?

Moi : oui, parfois, envie de plan direct avec un inconnu ou un déjà connu, qui est en phase en même temps que moi, sans ou avec peu de préliminaires, du cul direct rapide dans des endroits improbables et des fois, des plans plu longs plus élaborés, je ne déteste pas non plus les gadgets, quelques claques sur les fesses bien appuyées,

Lui : avez-vous pratiqué à plusieurs ?

Moi : OUI quelques fois, avec 2 et 3 actifs dont une fois non voulue.

Lui : Comment avez-vous vécue cette expérience forcée ?

Moi : sur le moment mal, surtout que c’était une 1ère fois, et qu’elle m’avait été cachée et imposée pendant et en plein acte par un partenaire avec qui j’avais déjà pratiqué 2 fois en solo, le 3ème est arrivé de nulle part et est venu se servir si je puis dire.

Je n’ai pas apprécié qu’il ne m’en parle pas avant.

Lui : et après ?

Moi : après la colère, j’ai eu à la fois honte, mais j’ai bien fini par m’avouer que j’y avais trouver mon compte.

Lui : les fois d’après ?

Moi : là c’était différent, elles étaient consenties, mais négociées par moi quant au choix physique proposé par l’initiateur du projet, sur photos profil et âge du, ou des autres partenaires proposés.

Lui : Vous pratiqués souvent ?

Moi : à plusieurs NON à 2 non plus, mes expériences évoquées sont étalées sur près de 15 ans,

Je peux rester des semaines, des fois, 2 ou 3 mois sans, et en avoir 2 dans la semaine.

Je ne chasse pas, ne traine pas les lieux de rencontre ou sa tourne ni les bars ou établissements spécialisés, je trouve ça glauque.

Je suis opportuniste, quand ça se présente au hasard des rencontres si ça me plait j’y vais, 70 % de mes aventures se font avec des hommes mariés ou en couple principalement des hommes BI.

Lui : vous trouvez facilement ?

Moi : pas toujours, et puis il y a ceux avec qui j’ai eu une ou deux fois, qui connaissent toujours un pote à eux, comme eux, qui cherche quelqu’un comme moi, alors ils m’en parlent, ou parlent de moi, et me présentent, un genre réseau privé et solidaire empreint de discrétion quoi.

Lui : et ‘est tout ?

Moi : Non, quand l’envie est trop grande, je fouine sur les réseaux sociaux et internet il y a des sites très bien pour ça, c’est facile, avec des visios très poussées et détaillées en direct, comme ça pas de surprise de dernière minute ça évite les menteurs ou enjoliveurs de physique d’une part, et permet également de trier rien que dans la façon qu’ils ont de s’exprimer et d’écrire.

Lui : Bien et vous faites ça où ?

Moi : Jamais chez moi, je ne reçois jamais, c’est une règle, soit chez lui quand il reçoit, soit dans un hôtel discret quand ils sont mariés, parfois dans la nature, mais bien à l’abri des regards, il m’est arrivé de le faire dans un camping-car, un mobil-hom, et dans une cabine de camion d’un chauffeur routier par exemple.

Lui : bien pour finir à part tout ça qui et qu’aimez-vous dans la vie en général et que n’aimez-vous pas ?

Moi : J’aime à penser ne pas être un compliqué, et suis fidèle à :

ma famille, mes vrais amis(es) et ils sont rares et se comptent sur les seuls doigts d’une main,

j’aime la bonne bouffe, les bons vins, lire, la nature, l’humour, rire, mais aussi être seul, la pèche, les animaux, en gros les plaisirs simples.

Je n’aime pas principalement :

Les politiques, les croyances quelques soient leurs obédiences, la médiocrité, les imbéciles, les donneurs de leçons, les gens malsains tant physiquement qu’intellectuellement.

Lui : Bien je pense que nous en avons fini, peut ‘on débattre ?

Moi : bien sûr avec plaisir.

Lui : D’emblée, voilà mon sentiment, vous êtes un homme stable, au caractère affirmé et déterminé, épicurien, à la fois entier et partageur, et surtout un jouisseur de la vie cherchant de temps en temps à être l contraire de ce que vous êtes dans la vie qu’elle soit privée et professionnelle particulièrement cette dernière.

Lui : Que faites-vous dans la vie, et avez-vous eu des aventures avec certains de vos subalternes ?

Moi : NON jamais je me l’interdit strictement et je suis DRH dans une grosse boite.

Lui : ceci explique cela.

Bien Vous êtes une personne libre de pensée et d’action, vous vous en donnez les moyens, et êtes sans ambiguïté, ni perturbé par vos choix de vie quelles soient privée, publique, intellectuelle, et concernant votre vie sexuelle, elle est en parfaite adéquation avec vous et votre moi.

Vous êtes-vous, et vous vous l’assumez et l’assurez.

Je ne peux que vous rassurer, vous êtes honnête avec vous-même, la preuve, votre démarche faites aujourd’hui près de moi.

Puis-je sortir du cadre ?

Moi : Si vous le souhaitez

Lui : que me diriez-vous de l’illogisme, et l’incohérence ?

Moi : pour moi l’illogisme et l’incohérence sont des synonymes, en gros de l’accolement de 2 choses qui par logique ne devraient ou pourraient être d’apparence incompatible et anachronique, ou pas en rapport avec le carcan des idées courues et reçues, physiquement, ou intellectuellement du moins au regard de mes critères.

Lui : Alors si là je vous disais qu’à l’issue de ce bout d’entretien, connaissant vos critères de sélection physique auxquels je ne corresponds pas , n’étant pas un homme du genre baraqué, si je vous proposais d’avoir une aventure sexuelle avec vous que me diriez-vous ?

Me voilà surpris …

Moi : Je vous l’ai dit mes critères ne sont pas définitifs c’est un tout, mais est-ce une question complémentaire ou une invitation ?

Lui : Une invitation, vos propos m’ont mis en émoi, et je vous avoue avoir déjà essayer 2 fois quand j’étais plus jeune, plus pas curiosité qu’envie d’ailleurs, mais là, j’ai envie vraiment envie, et je suis rassuré par l’ensemble de vos propos, et envies.

Certes avec mon ex-femme, nos avions des rapports assez débridés et parfois très poussés, mais là un mélange de curiosité et d’envie réelle m’assaille.

La surprise doit se lire sur mon visage ..et il me sourit.

Moi : en le regardant bien dans les yeux ; pourquoi pas, son sourire s’élargit.

Mais où est l’illogisme ?

Lui : Mon gabarit ne correspond pas à vos recherches, mon peu d’expérience, mon envie, et ce dont la nature m’a dotée intimement qui n’est pas en corrélation avec mon physique extérieur.

Moi : C’est-à-dire ?

Lui : un direct vaut mieux qu’un bla bla, et de se lever, enlever sa veste, baisser son pantalon et exhiber un chibre magnifique circoncis d’au moins 19 cms très épais surmonté d’un énorme gland violacé déjà en parfaite érection, le tout planté sur un pubis légèrement poilu et rasé avec une jolie paire de couilles pend sous tout ça.

En effet cela détonne de voir ce mec pas très grand, mince mais musclé affublé de cette queue qui parait disproportionnée en rapport avec l’ensemble.

Moi : ha oui quand même, très, très tentant joli morceau et déjà près à l’ouvrage d’après ce que je constate.

Lui : je viens de vous le dire notre entretien m’a mis dans tous mes états.

Moi : il faut remédier à ça, d’autant que du coup ? que ce que je voie la et entrevoie comme possibilités, moi aussi j’ai envie très envie en plus ça fait plus de 2 mois que je n’y ai pas eu droit, et maintenant que je vois ça, je suis partant

On fait se fait ça de suite quel genre de plan après tout là c’est vous qui êtes aux commandes.

Lui : en commençant à se branler me dit : pas trop de chichi du direct ou quasi direct.

J’en demandais pas mieux du coup je me déshabille, complètement, lui en fait autant, c’est sur réaliste comme situation, je fais le tour de son bureau le pousse dans son fauteuil m’agenouille et prend son gland d’un coup dans ma bouche, il a comme un décharge électrique qui le fait se cambrer et du coup enfoncer sa queue dans ma bouche d’au moins 5 cms.

Je m’applique à le sucer je lui lèche le membre, et reprends en bouche le plus loin que je peux je lui caresse les couilles, il soupire et s’exprime : ho bon sang que c’est bon, ha oui que j’aime ça va s’y tu suces bien (tiens on est passé au tutoiement).

Puis il se retire de ma bouche, me relève ballai les feuilles qui étaient sur son bureau d’un revers de mains, m’assoit dessus puis me renverse sur le dos, il glisse un gros coussin sous mes reins qui était sur l’assise de son fauteuil, du coup je me retrouve le cul surélevé au ras du bord, complètement offert à sa disposition, lui aussi s’agenouille m’écarte les fesses, et vient fourrer sa langue sur mon petit trou en la tournant autour avant et se met à littéralement à me le bouffer, puis rentrer sa langue dedans, je suis aux anges complètent électrisé, je gémis, il me dit ça va je me débrouille bien ? Moi : ho oui va s’y continu, hum, j’adore ça, puis il se suce le pouce, me le montre et dans la foulée me l’enfonce entier dans le cul d’un coup sec, j’en ai gueuler de plaisir, il fait des va et vient, puis 2 doigts viennent remplacer le pouce, pareil sans ménagement , profondément, il les fait tourner sur eux même, un régale un 3ème doigts puis il stoppe va dans le tiroir d’un meuble et sort un tube de gel, m’en tartine le cul et s’en met sur les mains, ses doigts reviennent 2, 3 , puis 4, il finit par y joindre le pouce, c’est un petit gabarit de partout il a les mains fines, il pousse encore sa main plus loin, là je me dit, j’y crois pas il va me fister ce con, cela sera la 1ère fois pour moi, même si j’y ai déjà pensé, mais sans sauter le pas.

Il est doué et habile et 0 ce stade, il peut bien faire ce qu’il veut, mais non il s’arrête au passage des phalanges, je me suis pris à le regretter, l’idée qu’une fois les phalanges ayant passées la frontière de mon anneau et qu’ainsi après le reste serait rentré tout seul et que j’aurais eu une main (certes pas grosse) mais entière dans le cul m’existe au plus haut point.

Je suis en sueur, je gémis, lui dis que c‘est la première fois comme ça, ou du moins jusque-là, c’est à la fois un peu douloureux mais cela irradie en moi, j’adore.

Puis il retire sa main lentement avec précaution à mon grand regret, vient se placer debout entre mes jambes, il me regarde dans les yeux, pose son gland brulant contre mon intimé, envoie ses mains vers mes tétons, les titilles un peu, puis le pince fermement, j’en râle de plaisir il joue avec pendant 2 ou 3 minutes, tout en maintenant son gland en pression contre mon anus, j’en peux plus, je veux cette queue en moi, là maintenant tout de suite, je lui dit :

putain allez baise moi bon dieu, baise moi fort, encule moi fout moi ta queue dans le cul.

Lui en me regardant me dit :

tu vas l’avoir je vais te fendre en 2, lève et écarte les jambes, j’obéis, il lâche mes tétons, ses mains viennent me saisir aux aines et en me tenant fermement, et il s’enfonce d’un seul coup puissant et violent en moi, il n’y rentre pas loin de la moitié de sa queue, malgré sa préparation manuelle je le sens sérieusement passé, je me plains, il me dis arrête de faire la chochotte tu aimes ça, comme ça si j’ai bien compris, il n’a pas tort, et moi : ho que oui….

Lui : maintenant je vais investir ton toi intérieur, jusqu’à ce que l’on jouisse tous les 2.

C’est à ce moment que je réalise qu’il n’a pas mis de préservatif, mais c‘est trop tard, et sentir ce gros truc brulant qui me remplit, sa chaire contre la mienne me rend dingue, alors il finit de s’enfoncer en moi jusqu’à la garde, puis entame des va et vient cadencés puissant, se retire complètement 3 ou 4 fois pour mieux m’empaler sans ménagement à grands coups de bite, et ça dure, j’ai le fion en feu, mon ventre s’est adapté à, sa queue, il ne s’en prive pas et me bourre carrément,

Moi, je sais plus qui je suis, je ne suis plus qu’un trou avide de plaisir, et regrette déjà qu’à un moment ou autre cela va cesser, je gémis me tort de plaisir j’en redemande, je l’encourage, me défoncer le cul, et il ne s’en prive pas maintenant que le passage est fait.

Je ne bande même pas, d’ailleurs je suis tout à mon cul, il se sert d’une de ses mains pour me comprimer les couilles

Je sens d’un coup que je vais partir ça me descend dans les reins, et dans le ventre, mon anus se contracte sur sa queue, lui aussi est pas loin, il éructe pousse des grognements des plaisirs, ralenti la cadence et s’enfonce au fond de moi, s’y plante je sens sa queue gonflée, en même tant mon plaisir éclate d’un coup fulgurant, puissant, je me tort, me cambre, j’ai des spasmes abdominaux, la tête qui tourne, lui pousse un grand cri guttural et se retirer du fond de moi sur 1 ou 2 centimètres, et il me balance de grands jets puissants de foutre brulants au fond du ventre, et il y a la dose.

On reste comme ça quelques minutes lui planté en moi, il est encore dur, moi la tempête se calme un peu en moi, même si je suis encore la proie de soubresauts de plaisir, je constate que j’ai éjaculé de ma bite molle.

Puis, il reprend ses va et vient, lentement, efficacement, et me repine littéralement pendant au moins 5 minutes, je suis repris de spasmes anaux et ma prostate recommence à resubir, je réjouis que du cul cette fois, très vite et très violement.

Il se retire de moi, quasiment d’un coup, la encore mélange de douleur, regrets, et plaisir de libération anale un peu comme quand tu finis de te soulager après l’expulsion de selles difficiles.

Je reste pantelant sur le bureau, je récupère mon souffle et mes esprits.

Lui est passé dans une pièce accolée au bureau une salle de bain appartement j’entends l’eau couler.

Je fini par descendre du bureau attrape un rouleau de sopalin posé par terre à côté de son fauteuil et m’essuie ce qui dégouline de moi histoire de pas en mettre partout.

Il sort de la salle de bain toujours à poil la queue pendante cette fois, et me dit, pour les ablutions c’est là que ça se passe.

Je m’y traine.

J’en ressort tout propre, lui s’est rhabillé entre temps, j’en fait autant,

on ne s’est pas dit grand-chose pendant, je lui dis : on peut causer ou tu veux que je parte de suite ?

Lui : on peut causer tu as des questions ?

Moi : oui, plutôt !

Lui : va s’y je te répondrais honnêtement

Moi : tu es sûr que t’as quasiment pas d’expérience avec les mecs, et ta façon de te servir de tes mains comme tu l’as fait ce n’est pas arrivé par miracle ?

Lui : si je te jure, sauf, que je pratiquais la baise, la Sodo avec ma femme, et le Fist vaginal et quelques fois anal, et tu es le premier MEC sur qui je me suis un pu lâcher, je me le suis permis en constatant que tu étais disons disposé tu as aimé ?

Moi : ho que oui, et si je me suis déjà fait travailler et goder le cul ? ça n’a jamais été comme ça à ce stade, j’ai même cru que tu allais me finir et me Fister, c’était plutôt bien parti.

Lui : Tu aurais aimé ?

Moi : à ma grande surprise oui c’est un fantasme que je n’ai jamais oser affronter, avec un homme, en même temps tu as les mains et les poignets fins, et tu sais y faire, l’expérience est bien là, je regrette que tu ne sois pas aller jusqu’au bout, j‘étais réellement prêt.

Lui : je n’ai pas osé, pour une 1ère fois je me suis dit que ça faisait beaucoup d’un coup.

Moi : hé bien tu aurais dû, quant au reste tu baises vraiment bien, et tes manières de baiser sont exactement ce dont j’avais envie, j’ai joui comme un malade, 2 fois en plus et je n’ai même pas honte, sérieux tu es doué.

Lui : si tu veux un jour tu reviens, et on règle ça complètement, on prendra le temps, et toi une main et un bout d’avant-bras dans le cul, avec le gel, et les gants qui vont bien, si tu veux.

Moi : sans aucun doute, commençons par la mains, et qui sait ;

il est temps que je satisfasse mon fantasme et tu as tout pour ça, c’est quand tu voudras, rien que dans parler ça me met des chaleurs et idées dans la tête, et pour toi, ça a été ?

Lui : Ecoute tu m’as sucé comme rarement ma femme m’a sucé, et pourtant je t’assure que c’est une sacrée salope au lit, tu as un cul meilleur que celui de ma femme, bon ça, cela s ’explique par le coté psychologique de l’interdit et des actes physiques considérés comme anormaux et immoraux entre deux hommes par le commun des mortels.

Moi : ha le psy reprend le dessus…. !

Lui : hé oui PSY un jour, PSY toujours,

en tout cas j’ai pris un pied énorme, tant avec ton comportement que dans la libération finale, et aussi que cela faisait un moment que je n’avais pas baiser tout court même avec une femme.

Moi : alors tout va bien dans le meilleur des mondes.

Lui : oui, ha juste un truc même si j’ai compris que tu es discret, tu n’en parle à personne, même à Bruno (c’est le kiné qui me l’a recommandé) cela doit rester de mes incitatives et choix si je veux en parler.

Ha, ça aussi, il me tend une attestation médicale de non séropositivité datant de 15 jours, et dit hé oui, dans le feu de l’action je t’ai pas demandé, alors..

Moi : pas de problème c’est ta vie, je resterais bouche cousue, même si le cul s’ouvre !

Lui : Je vois l’humour reprend aussi le dessus,

Pour la séance de PSY c’est gratuit, on dira que je me suis payé et largement sur la bête.

Je t’appellerai pur qu’on s’organise, tu pourras rester la nuit complète si tu veux, on ira chez moi là c’est mon cabinet, on sera mieux à la maison, et en plus je suis mieux équipé là-bas, mais pas avant 8 jours-là je pars pour Pacques en Bretagne chez ma sœur.

Je suis parti là-dessus rassasier de sexe, tout léger et guilleret rempli d’un fantasme qui devrait aboutir, et rassuré SUR MON ETAT MENTAL ,après tout c’était l’idée d’origine.

Je vous raconterai la prochaine avec lui à priori dans une 10zaine de jours uniquement si vous n’êtes pas sage.

Vous pouvez faire des commentaires ici c’est toujours agréable de savoir si nos écrits ont plu.

Badaboum

Autres histoires de l'auteur : Si j’avais su…

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 7 Janvier | 28 pages

Les nouvelles | 13

Du plaisir au sauna Jerry
Soirée chez Abdel Kylianpassif
Une nuit arrosée Vktrlmbrt
Proposition malhonnête Tortureetchatiment
Le mac rebeu Femelle
Mon parrain Meetmemz
Le pompier tire le gros lot Fabrice
Un fantasme Rixoo
Le bal du 14 juillet Fabrice
Baise avec Rachid Meetmemz
Grand Magasin Fabrice
Daron du poto Felix

Les séries | 15

Banquier | 2 | +2 Jfrancois60
1 | 2
Le batave et les rebeux | 2 | +1 Fabrice
1 | 2
Manutention sous tension | 2 | +1 Cocoww
1 | 2
Labyrinthe des plaisirs | 1 | +1 Mysterious1991
1
Visite de papa | 2 | +1 Helvetio
1 | 2
Long Play Versus Perfect Gliss | 1 | +1 Oakspirit
1
Entre potes | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Excitantes retrouvailles | 3 | +1 Max
1 | 2 | 3
12 janvier, + 79 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire x""dial agayn""histoire de sex gay""histoire gay vestiaire"cyrillo.biz"histoire esclave gay""histoire gay sm"mijoree"gay double anal""sauna soho lille""histoire gay prof""histoire gay pute""cyrillo rebeu""recit erotique travesti""cyrillo 2018""sauna atlantide""histoires gay gratuites""prono gay""histoire gay internat""gay cyrilo""xstory histoires""minets gays""gay cyrilo""histoire gay minet""histoire de sex""porno pd""raidd bar paris""ma soeur me baise""sexshop tours""histoire gay frere""gay soumis histoire""gay debile""histoire gay inceste""histoires gay cyrillo""histoires inceste gay""cyrillo histoires gay""histoire gay sexe""histoire depucelage anal""histoire gay sauna""drague dans les bois""grosse bite molle""elle suce pour la première fois""histoire d inceste gay""sauna gay dijon""le sling lille"cyrillo"bdsm histoire"planbi"histoire gay salope""sauna gay nice""sex shop lille""recit uro""histoire de grosse bite""l'impact bar""zoophilie gay""sexe shop gay""histoire pornos""blog histoire gay""la bite de mon pere""histoire de sexe entre hommes""histoire de sex gay""gay vestiaire""branle netre pote""histoires cyrillo""bizutage nu""beurette twitter""baise dans les vestiaires""baise au bureau""photos gay gratuites""beau mec a poil""histoires cyrillo""dépucelage anal""histoire de mec gay""amateurs gay""hds gay""premiere fellation gay""histoire gay black"cyrillobizcyrillogay"histoire gay x""histoire gay routier""histoire x gay""porn histoire"