ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Dernières vacances au camping

Qu’il faisait chaud ! C’était insoutenable. Il était un peu plus de midi, j’étais à l’arrière de la voiture, suant de partout, et malgré que toutes les fenêtres étaient toutes ouvertes les bouchons nous privaient du peu d’air frai que la vitesse pouvait nous offrir. On était en plein mois de juillet, aucun nuage à l’horizon et un bon 35 °C transformait l’habitacle en fournaise. À l’époque, j’avais 18 ans, je venais d’avoir le bac, ce qui voulait dire adieu au lycée et bonjour les études supérieures. C’était une grosse angoisse pour moi, car je me retrouverais dans une fac, seul, sans aucun de mes amis. Mais j’essayais de ne pas trop y penser, il le fallait, c’était les vacances d’été et je voulais en profiter le plus possible parce que c’était sûrement aussi la dernière fois que je partais avec mes parents.

Cela faisait plusieurs années que je partais en camping avec eux dans le sud de la France. J’étais content puisque j’allais enfin retrouver mes amis que je m’étais faits là-bas. Nous n’étions pas très nombreux dans notre groupe, mais on s’entendait super bien, donc ça nous allait. La première personne que j’ai rencontrée était L, je venais d’arriver dans l’après-midi et comme je me faisais chier je suis parti me balader histoire de fumer quelques clopes. Je m’étais assis sur un banc à côté de la piscine, deux autres mecs étaient à quelques mètres à côté de moi, rigolant assez fort, mais ça ne me dérangeait pas, après tout, on était au camping pour prendre du bon temps. À un moment, ils se sont retournés vers moi et m’ont demandé si j’attendais quelqu’un, je leur ai dit que non et on a fait les présentations. L s'est présenté en premier, il était grand, roux et tout pâle, il faisait du foot et avait donc une bonne carrure. Son cousin, A, était plus petit, brun et avait un regard sournois. On ne s’était jamais vraiment entendu tous les deux, ou plutôt j’avais l’impression qu’il ne pouvait pas m’encadrer, je ne savais pas pourquoi, mais je m’en fichais un peu, j’étais là pour profiter de mes vacances après tout.

Nous nous sommes beaucoup rapprochés avec L au fil des années, il était très gentil avec moi, on rigolait beaucoup, on se chamaillait dans la piscine, on passait notre temps à traîner ou à aller aux soirées. On ne dansait pas ou quoi, mais on s'asseyait à une table et on discutait. On était très tactile, il m’arrivait d’allonger mes jambes sur ses cuisses quand on était assis l’un à côté de l’autre et cela ne nous gênait pas d’être presque collés l’un à l’autre dans la voiture ou sur la plage. Je le trouvais vraiment craquant, je le regardais beaucoup et je sentais du coin de l'œil qu’il le faisait aussi régulièrement. Il nous arrivait de tourner la tête vers l’autre en même temps et on se regardait dans les yeux sans gêne. On avait une relation assez cool et évidemment que je sentais que j’avais une attirance pour lui, mais je n’étais pas sûr de ce que lui ressentait, on n’en a jamais parlé. D’ailleurs, il ne parlait d’aucune relation, il me semblait qu’il était puceau, car, même quand on était entouré des autres gars machos du groupe, il ne parlait pas de meufs ou ne semblait pas avoir d’attirance pour celles qui traînaient avec nous ou qu’on voyait souvent dans le camping. Moi non plus je n’avais pas eu beaucoup de relations et le peu que j’ai eu étaient avec des mecs donc je n’en parlais pas, pour eux, j’étais puceau également et un célibataire invétéré. J’étais donc très sceptique quant aux sentiments de L envers moi, il n’était pas aussi proche avec les autres mecs, même son cousin.

Vous devez donc vous douter que j’avais très hâte de le retrouver au camping, j’étais sur mon téléphone depuis le début du voyage, je parlais avec les autres sur la conversation de groupe, mais nous parlions également tous les deux en privé. Il était déjà au camping avec ses parents et son cousin depuis deux jours, on était tous les deux pressé de se revoir et on était déjà en train de planifier ce qu’on allait faire pendant ces deux semaines. Cette année devait être parfaite vu qu’on n’allait sûrement pas se revoir avant très longtemps, peut-être même jamais vu qu’il habitait loin de Paris.

J’ai beaucoup pensé à notre relation, retraçant les meilleurs moments et ceux les plus ambiguës, et je me demandais s'il fallait que je fasse quelque chose pour être sûr des sentiments de L envers moi. Je voulais que ce ne soit pas brutal, pour qu’en cas de mauvaise réaction de sa part, je puisse rattraper le coup.

Arrivé au camping et enfin installé dans ma chambre, j’envoyais un sms à L:

S

Hey, je suis enfin installé, tu es occupé ?

L

Non, je fais de la pétanque avec mon père et A. Tu peux nous rejoindre si tu veux.

S

Ok, j’arrive.

Je troquais mon short trempé de sueur par un short de bain, je gardais mon torse-nu et mis des tongs. Son bungalow n’était pas loin du mien et se situait juste en face du terrain de pétanque. Je n’étais pas très fan de ce sport, j’avais prévu de ne pas y jouer, mais j’aimais bien regarder, surtout si L était un des participants. Avant même d’arriver au terrain, je le voyais de loin, ses cheveux roux foncés reflétant le soleil étaient assez facilement remarquables. Plus je me rapprochais et plus mon ventre me renvoyait des sensations étranges. Je ne l’avais pas vu depuis un an, il avait beaucoup changé, il était encore plus grand et plus musclé que la dernière fois. Il était aussi devenu plus beau et ça me faisait chavirer. Il se tourna vers moi alors que j’étais encore à plusieurs mètres de lui, un grand sourire s’étira sur son visage et ses yeux reflétaient quelque chose d’étrange. À peine arrivé qu’il me faisait douter de ses intentions envers moi. Nous gardâmes cet eye-contact jusqu’à ce que je sois devant lui, je lui tendis la main, il la prit et m’attira avec force vers lui. Je me retrouve collé à lui, sa main tapant légèrement dans mon dos, le contact chaud de sa peau lisse sur la mienne m'électrisa. Je lui rendis rapidement son geste et me séparai de lui avant que notre rapprochement ne me fasse trop d’effet. Je saluais A de la main, il ne me regarda presque pas et son père était trop concentré sur son lancé de boule qu’il ne me remarqua même pas.

- Ça va, le voyage n’était pas trop long ? Me dit-il d’une voix joyeuse.

- Un peu, on a eu des bouchons, comme tous les ans.

- Ouais, je vois, pas ouf. Tu veux faire une partie après ?

- Non merci t’inquiète, je ne suis pas un gros fan, mais tu peux en refaire une si tu veux, je resterai là à discuter.

- Bah non, je ne vais pas te faire glander là pendant qu’on joue, on va aller à la piscine.

- Ça me va, dis-je en souriant.

Après la partie nous sommes passés chez lui pour qu’il récupère sa serviette, son cousin a préféré continuer à jouer avec son oncle, ce qui ne me déplaisait pas, nous prîmes le chemin pour aller chercher la mienne. Nous étions proches physiquement et malgré la chaleur ambiante, je sentais celle de L sur mon bras gauche.

- C’est dommage que les autres n’arrivent que demain, dis-je.

- Ouais, mais ce n'est pas grave, ça nous permettra de passer plus de temps ensemble. Un petit sourire s’afficha sur le bord de ses lèvres.

- C'est vrai, dis-je, retenant le flot d’émotions qui bouillonnait en moi.

Ces mots ont encore plus fait travailler mon cerveau, nous ne nous sommes retrouvés que depuis une demi-heure que j’étais déjà perdu. Après avoir récupéré ma serviette et parlé un peu avec mes parents nous sommes allés nous baigner. Nous avons profité de l’eau fraîche et du peu de monde, ce qui était plutôt rare. Comme à notre habitude, nous avons fait quelques brasses, nous avons fait des plongeons qui nous ont fait nous faire réprimander par le maître nageur, nous nous sommes chamaillés. Je lui envoyais de l’eau, il faisait pareil, essayant de m’attraper. À un moment, il m’a entouré le torse de ses bras et m’a soulevé dans les airs, j’ai entouré le sien avec mes jambes, je m'agitais et poussais sa tête vers le bas pour le faire tomber et le noyer, mais il se tenait bien campé sur ses jambes. Mes mouvements m’ont fait glisser vers son bassin, nos deux entre-jambe ont fini par rentrer en contact, cela ne sembla pas le déranger, mais moi, de peur qu’il sente mon érection naissant, j’ai redoublé de force pour qu’il me lâche. Il a fini par céder alors que ma verge était sur le point d’exploser, pulsant à travers mon short de bain. Je tombais dans l’eau, gêné par la situation. Je levais les yeux vers lui, une étrange lueur brillait dans son regard, mais elle disparut en quelques secondes, ce qui me fit douter de son existence. Il gardait ce sourire chaleureux sur son visage, je me dis alors qu’il n’avait rien remarqué.

Nous restâmes encore un peu dans la piscine à nager et discuter normalement, ce qui me laissa largement le temps de faire redescendre la pression entre mes cuisses.

Nous sommes sortis de l’eau alors que le soleil commençait à descendre, je laissais mon regard circuler discrètement sur son corps qui était rougit. Ses pectoraux, abdos, ses bras et ses jambes avaient doublé de volume depuis l’année dernière, et ça lui allait bien, ça rendait son visage plus fin et encore plus adorable. La peau de son dos était recouverte de chair de poule, je me suis permis de descendre ma vision vers ses fesses bien rebondies et musclées. C’est à ce moment-là qu’il se retourna, me laissant voir, sans le faire exprès, son paquet, le tissu de son short de bain collait à celui-ci. Malgré le froid, il semblait bien garni, je n’avais jamais réellement pensé à regarder à ce niveau-là avant aujourd’hui. Je relevais rapidement mes yeux vers lui et heureusement, il frictionnait ses cheveux avec sa serviette, cachant mon regard baladeur à sa vue.

Je me séchais également et nous partîmes chacun de notre côté pour aller manger.

Il faisait à présent presque nuit, le ciel était encore légèrement bleuté, mais on pouvait déjà voir les étoiles briller et la lune montrait timidement sa face au-dessus des toits des bungalows. Je venais de finir de manger, j’avais passé le repas à discuter avec L par messages. Une sensation étrange m’envahissait petit à petit, je savais que j’avais des sentiments pour lui, mais notre soudain rapprochement encore plus important me titillait le cerveau. Cela ne faisait que quelques heures que j’étais là et mes doutes étaient encore plus intenses que sur le chemin vers le camping.

L

T’as fini ? On va aller boire une bière, A vient.

S

Ouais, j’arrive. Juste le temps de prendre un sweat-shirt et mon paquet de clopes.

L

À tout de suite, on est bientôt devant chez-toi ;)

S

D’acc :*

L

<3

Surpris, mais néanmoins très content de ce dernier message, je me suis empressé d’enfiler mon plus beau par-dessus et j’ai mis mon paquet de clopes dans ma poche avec mon briquet. Alors que je sortais, je tombais directement sur son regard océan, il portait un débardeur blanc qui lui collait au buste, un sweat était attaché autour de sa taille et ses cheveux étaient encore mouillés d’une douche, plaqués en arrière. À sa gauche, plus jeune que lui et faisant la moitié de sa taille, A était en train de traîner légèrement les pieds, un regard d'ennui parcourait tout l’espace qu’il avait autour de lui sauf l’endroit où j’étais. Je me mis à la droite de L, légèrement intimidé par sa présence.

Nous discutâmes jusqu’à l’endroit où se passaient les soirées, il n’y avait pas grand monde, mais la musique accompagnait quand même les quelques danseurs. Nous demandâmes deux bières au bar et nous assîmes à une table à l’écart de la fête. Je m'allumais une clope tandis que A me regardait avec des yeux meurtriers.

- Sympa de tenter de nous empoisonner.

- C’est bon laisse-le tranquille, en plus la fumée ne va pas vers toi.

- Ouais, mais je le sens quand même un peu.

- Ok ok, ça va, pardon.

Je m'éloigne un peu des deux, histoire de finir ma clope, buvant quelques gorgées de bière par-ci par-là. Nous discutâmes pendant encore quelque temps jusqu’à ce que L se lève pour aller aux toilettes. Un silence s’installa, A ne me regardait même pas, il agitait légèrement sa tête au rythme de la musique.

- Bon, depuis le premier jour tu n’as jamais réussi à me saquer, qu’est-ce que j’ai bien pus faire pour que tu me détestes autant. Dis-je de but en blanc.

- T’es trop proche de mon cousin, dit-il avec une moue renfrognée.

- Et alors ? On est amis, c’est quoi le problème ?

- Le problème, c’est qu’on était super proches avec L, on faisait tout ensemble et depuis qu’on t’a rencontré il passe beaucoup plus de temps avec toi quand on est ici et t'envoie des messages tous les jours. Je sentais dans son regard que ça lui faisait quand même du bien d’en parler.
- Je comprends ce que tu veux dire, mais on y peut rien, c’est pas de notre faute si on s’entend bien tous les deux. Le truc, c’est que tu dis rien et tu restes énervé dans ton coin, du coup, tu perds du temps à m’ignorer plutôt qu’à profiter du temps avec nous. Et puis peut-être que si tu en parlais à lui comme tu m’en parles là, il comprendrait et ferait un effort, tu ne penses pas ? Je me sentais vraiment concerné par ce qu’il disait, après tout, c’était son cousin et L devrait passer plus de temps avec lui.

- C’est vrai. Il me zieuta plusieurs fois avant que les traits de son visage ne se détendent et me tendit la main. Sans rancune ?

- Sans rancune. Je pris sa main et la serrai.

- Qu’est-ce qui se passe ici ? Dis le roux en arrivant.

- On fait la paix, dit A en souriant, mais à condition que dorénavant tu passes plus de temps avec moi.
- Ok gamin, dit L en lui ébouriffant les cheveux, se mettant à rire avec lui.

Je souriais en les voyant se chamailler, il paraissait encore plus beau quand il riait, il tourna les yeux vers moi et nos regards restèrent attacher l’un à l’autre pendant plusieurs secondes avant qu’il détache le sien pour discuter avec son cousin.

La soirée se passa à merveille, on discuta jusqu’à tard, bien après que la soirée se finisse. On décida de rentrer après que j’aie fini mon énième clope. Comme nos parents devaient être en train de dormir, on décida de dormir dans la tente qui se trouvait sur leur terrain. L profita que la fenêtre de la salle de bain soit ouverte pour prendre leur brosse à dents et nous allâmes dans les toilettes pour nous débarrasser du goût de la bière. Comme je n’avais pas pu prendre ma brosse, L me prêta la sienne et nous nous installâmes dans la tente, moi au milieu, le roux à ma droite et A à ma gauche. Ce dernier s’installa dans son sac de couchage et le premier ouvrit le sien pour en faire une couette.

Comme nous n’étions pas encore tout à fait en train de tomber de fatigue, nous commençons à discuter encore un peu. J’étais allongé sur le ventre, mon visage face à A et comme je cachais sa vision, L s’accouda sur moi avec un bras sur le bas de mon dos et un autre sur mes fesses. Je sentais son torse chaud bouger au rythme de sa respiration contre mes côtes, cela me faisait de l'effet et je me félicitais de ne pas être allongé sur le dos. La discussion finit par s’atténuer petit à petit et un silence s’installa, L s’allongea sur le côté, face à moi, mais son bras était resté sur moi, sa main sur mes fesses. Mon cœur battait la chamade, je ne savais pas quoi faire. Je décidais d’écouter leur respiration, les deux semblaient s’être endormies.

Je pris alors l’initiative de me mettre aussi sur le côté, face au roux. Je remarquais par la lumière des lampadaires filtrant à travers la toile de tente que son visage était à quelques centimètres du mien, je sentais son souffle contre ma joue. Avec le plus de courage possible, je levais mon bras et commençais à effleurer son torse du bout des doigts, le caressant de façon tremblante. Ses yeux s’ouvrir doucement, son regard ne m’indiqua aucun dégoût, au contraire, sa main remonta vers mes épaules pour s’infiltrer sous le duvet et passer sous mon t-shirt. Mon corps frissonna sous cette main aventureuse, après un temps, je me suis décidé à faire la même chose, mes doigts parcouraient ses abdos bien dessinés puis remontaient sur son torse que je me mis à caresser tendrement. Nos regards ne s’étaient pas lâchés et alors que je redescendais et frôlais son téton par inadvertance, je sentis son corps se contracter, sa respiration s'accélérer et ses yeux se fermer légèrement.

Un sourire s’étendit sur mon visage et je revins dessus pour attraper entre deux doigts ce petit bout de chair. Je me suis mis à le pincer légèrement et à le faire rouler entre mes doigts. Il avait les yeux fermés désormais, ses dents pinçant ses lèvres pour retenir ses gémissements et ses doigts étaient crispés sur ma peau. Je me fis plus insistant sur ce bouton rosé et rapprochais mon visage du sien, je sentais sa respiration saccadée qu’il essayait de retenir contre ma bouche désormais et il dut sentir la mienne, car il rouvrit des yeux embués de désir, il les baissa vers ma bouche et vint à ma rencontre. Nos lèvres s’unirent, humides, chaudes, douces. Le baiser était d’abord chaste, nous essayons de ne pas faire de bruit, nous regardant à travers le voile de sensations nouvelles. Puis sa langue tenta de s’insinuer dans ma bouche, je l’ouvris avec plaisir et nous entamions une valse tendre et baveuse.

La main de L avait repris sa course et caressait mon dos, je déplaçais la mienne vers son autre téton pour lui faire subir le même traitement. Il eut un sursaut de plaisir, sa main descendit d’un coup sur mes fesses et me tira vers lui. Nos reins tendus s'entrechoquèrent, m’électrisant de partout. Notre baiser s’intensifia, devenant presque animal. Je me mis à bouger mon bassin afin de frotter nos virilités l’une contre l’autre, il passa sa main sous mon caleçon et fit des allers-retours le long de ma raie transpirante. Ma rondelle se contractait à chaque passage, m’arrachant un soupir que j’arrivais à peine à contrôler. De mon côté, je passais ma main dans ses cheveux, si doux, si agréables.

Soudain, le doigt de L s’arrêta à mon entrée et commença à s’insinuer en elle, ma bouche lâcha la sienne pour que mes dents tentent de la garder scellée. Mes doigts agrippèrent fermement ses cheveux. J’enfouis mon visage dans son cou au fur et à mesure que son index s’aventurait dans mon trou palpitant.

Je sentais sa joue s’étirer en un sourire sadique, son sang pulser rapidement dans sa carotide et son prépuce allé et venir sur son gland contre le mien. Je descendis ma main vers nos aines pour sortir nos verges de leur prison de tissu. Puis, les agrippant toutes les deux entre mes doigts, je commençais à nous masturber, sentant que la sienne était bien plus grosse et longue que la mienne. Aidé par nos liquides séminaux s’échappant de nos bâtons de chair, je faisais coulisser nos peau de bas en haut. Sa respiration s'intensifia, son doigt rentra plus vite et finit par se trouver entièrement en moi, me faisait me cambrer de plaisir, mon souffle saccadé devenait se perdre contre sa clavicule et le sien dans mes cheveux. Alors que j’accélérais mon mouvement, il en fit de même avec son doigt pour titiller ma prostate. Je n’en pouvais plus, je me mis à chuchoter :

- J’en peux plus, je viens.
- Moi… Aussi, dit-il à demi-voix.

Je sentis nos penis se contracter dans ma main, répandant un liquide chaud et épais sur mes doigts et nos ventres, je sentais également mon anneau de chair palpiter autour de son doigt. Nous étions au bord de l'hyper-ventilation, nos corps tremblaient et une chaleur émanait de nous. Alors que nous tentions de reprendre nos esprits, je relevais mon visage vers le sien, luisant de transpiration, ses yeux à demi-clos, il était si beau. Je me rendis compte à quel point, je n’avais pas réfléchi pendant tout ce temps, c’était un moment si intense, pleins de sensations que je n’avais jamais ressentis, un désir beaucoup plus intense qu’avec mes partenaires précédents. Je ressentais quelque chose de beaucoup plus intense. Et son visage sembla s’illuminer alors que cette révélation venait de me frapper en pleine figure. J’ouvris la bouche pour lui dire ces trois mots qui me vinrent instantanément, mais il me coupa dans mon élan.

- Je t'aime. Dit-il, encore essoufflé.

- M… Moi aussi.

Une larme perla au bord de mes yeux, après un moment à se regarder, je finis par sceller ces mots en l’embrassant tendrement. Il retira son doigt de sa prison, m’arrachant un soupir pour venir me serrer à nouveau contre lui. Son autre main vint se poser sur mon visage, caressant tendrement ma joue avec son pouce.

Nous sommes restés ainsi pendant presque une demi-heure avant de nous séparer pour essuyer notre mélange séminal avec des mouchoirs. A, que nous avions complètement oubliés, n’avait pas bougé depuis le début et sa respiration était toujours profonde. Nous sommes ensuite retournés aux toilettes pour nous laver le ventre, les mains et passer de l’eau sur nos visage collant de sueur. Nous nous sommes posés sur un banc pour fumer une clope, car il fumait aussi, mais rarement. Il attrapa ma main posée sur ma cuisse et enlaça nos doigts, je décidais de poser ma tête sur son épaule et nous passâmes un bon moment ainsi, sans rien dire, profitant de l’instant et de la présence de l’autre avant de retourner à la tente. Nous nous embrassâmes une dernière fois avant qu’il ne me fasse me mettre dos à lui pour nous endormir en cuillère.

À suivre.

Sgaydu77

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Devenu la femelle d'un rebeu | Baisé par un racailleDernières vacances au camping

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 7 Janvier | 28 pages

Les nouvelles | 13

Du plaisir au sauna Jerry
Soirée chez Abdel Kylianpassif
Une nuit arrosée Vktrlmbrt
Proposition malhonnête Tortureetchatiment
Le mac rebeu Femelle
Mon parrain Meetmemz
Le pompier tire le gros lot Fabrice
Un fantasme Rixoo
Mon harem Louisorigine
Le bal du 14 juillet Fabrice
Baise avec Rachid Meetmemz
Grand Magasin Fabrice
Daron du poto Felix

Les séries | 15

Banquier | 2 | +2 Jfrancois60
1 | 2
Le batave et les rebeux | 2 | +1 Fabrice
1 | 2
Manutention sous tension | 2 | +1 Cocoww
1 | 2
Labyrinthe des plaisirs | 1 | +1 Mysterious1991
1
Visite de papa | 2 | +1 Helvetio
1 | 2
Long Play Versus Perfect Gliss | 1 | +1 Oakspirit
1
Entre potes | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Excitantes retrouvailles | 3 | +1 Max
1 | 2 | 3
10 janvier, + 66 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire gay sm""baise sauna""histoire hot""bbk gay"histoiresx"histoire de sex gay""histoire gay première fois""histoire gay entre frere""sauna oasis lyon""histoire gay naturiste""histoires gay cyrillo""histoire rebeu gay""histoire gay première fois""histoire érotique inceste"cyrillo.biz"histoire gay poilu""bizutage gay""hds recit""recit cyrillo""histoire gay porn""recit gay cyrillo""blog histoire gay""photo de cul de gay""blog histoire gay""histoire gay militaire""citebeur histoire""histoire gay cyrillo""hds gay""vide couille""images porno gay""gay cyrilo""recit sexe gay""histoire gay frere""baise entre potes"cyrillo"hds recit""baise au sauna""recit erotique travesti""cyrillo blog""histoire ado gay""jumeaux gay""n'appréciait pas du tout le rouquin""glory hole bordeaux""histoire gay cirillo""cyrillo gay""cyrillo biz""gay naturistes"gaygratuit"photo gay ttbm""cyrillo rebeu""plan suce gay""histoires cyrillo""blog histoire de mecs""sodomie gays""histoire de petite salope""ejac facial gay"cyrillo.biz"cyrillo xxl""histoires gay cyrillo"ciryllo"ejac gay""gay salope""histoire gay internat""gay en foret"gay.mec"blog de cyrillo""cyrillo dial"hdsgay"cyrillo dial""histoire gay gratuit"cyrillogaycyrillo.com"histoire gay cousin""sissy gay""histoire gay college""cyrillo gay""story erotique""recit gay rebeu""histoire gay cyrillo"gai-eros"recits sm gay""cyrillo 2018""elle suce de force""glory hole bordeaux""frere de bidasse"