ob.ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Premier épisodeÉpisode précédent

Agriculteur

Saison 6 | Chapitre 6 | Chablis

Une table nous est réservée, discrètement à l’écart, comme semblent l’être toutes les tables. Je suis face à une baie qui laisse deviner, dans l’obscurité qui épaissit, le reflet d’une vaste étendue d’eau en contrebas, les lampadaires des villages avoisinants, le relief d’une barre rocheuse découpé sur le ciel plus clair. Comme je remarque le calme du lieu, Lecourt ajoute, avec un sourire énigmatique :

- « ici, tout est fait pour que des messieurs importants, venus sans leur épouse, puissent se soulager un moment du poids de leurs responsabilités et trouver le calme et un repos réparateurs »

Il y a un je ne sais quoi dans sa voix qui détourne un instant mon attention du paysage nocturne. Il est assis de trois quarts sur sa chaise, le torse tourné vers moi, un coude sur le dossier. Ses jambes sont croisées et je vois au mouvement de son genou qu’il balance souplement celle du dessus. Il ne me quitte pas des yeux, un petit sourire aux lèvres, alors, je me répète sa phrase, mentalement. Je reformule :

– « tu veux dire que des hommes importants et mariés viennent ici sans leur femme pour se reposer … un peu comme toi, là ? » 

Il a baissé la tête et me regarde par en dessous ses sourcils, bouche entrouverte et j’aperçois sa langue qui pointe sa lèvre supérieure. A trop regarder autour de moi, je l’ai un peu négligé lui, cette bonne compagnie à qui je dois d’être là …

– « j’ai considéré cet endroit discret et bienveillant comme une base idéale d’où partir à la découverte du vignoble alentour. »

Est-ce le ton de sa voix mais cette réponse me parait lourde de sous-entendus … Érotiques ? Je suis envahi par une bouffée de désir qui dessille mes yeux, me soulève sur ma chaise et je comprends, à son sourire triomphant, que c’est probablement ce qu’il attendait. On s’observe silencieusement : sa mâchoire carrée, ses épaules, sa chemise aux manches relevées sur ses avant-bras velus, sa main droite posée sur la table où il pianote négligemment de ses gros doigts, tout cela aiguise mon appétit pour cet homme. Et réciproquement, semble me dire son sourire.

Soudain, une silhouette raide dans sa tenue sombre s’incline vers lui en présentant cérémonieusement une bouteille perlée d’eau dont il décline l’âge et la provenance d’une voix trop basse pour que je saisisse. Il acquiesce et me désigne du menton et c’est dans mon verre que le sommelier verse le breuvage, terminant par une rapide torsion du poignet puis, relevant la bouteille avec l’étiquette face à moi, mais trop éloignée pour que je puisse lire. Figé, il attend mon verdict. Je sais que Lecourt n’en perd pas une miette.

Mais la dégustation n’est qu’un prétexte, une patience pour cultiver cette tension du désir entre nous. Alors c’est vers lui que je lève mon verre pour le deviner, flou, au travers du liquide jaune pâle et quand j‘y plonge mon nez, mes yeux remontent vers lui, assis en face. Je reste attentif au mouvement de rotation que j’imprime au breuvage et, quand ma tête bascule à nouveau pour saisir les arômes, il revient dans ma ligne de mire et je ne le quitte plus du regard en portant mon verre à mes lèvres pour la première gorgée.

Putain que c’est bon ! Cette vivacité, ces arômes fleuris, ces notes minérales … Il me semble reconnaitre un vin dont il m’a régalé souvent aux Chênaies. Ce n’est pas un vin du sud, non ! Mais ce serait plutôt un Chablis*1, même si je n’ose être totalement affirmatif … mais à voir son sourire, je vois qu’il a interprété mon trouble et qu’il se réjouit de ma perspicacité. D’un coup de menton, j’invite l’échanson à nous servir puis il replonge le flacon dans le rafraichissoir et s’efface. Nous trinquons et le tintement produit des notes harmoniques qui se développent dans le calme de notre complicité retenue.

Je saisis alors que nous sommes absolument disponibles, momentanément délivrés de toute obligation, uniquement préoccupés de cet instant que nous partageons. Et de ses promesses. Nous savons qu’il va se passer quelque chose sans savoir exactement quoi ; un long préliminaire dont nous savourons les digressions.

Lui, là, Lecourt, il peut passer pour un de ces gros matous énigmatique, indolent, indifférent mais on lui devine des griffes et des crocs de chasseur, on se méfie d’une possible brusque détente de ses muscles, dans un claquement de mâchoires.

Moi je suis plus impétueux, moins policé. Il le sait, je l’assume et je parie qu’il s’y attend, voire qu’il l’espère. Alors je ne contrarie pas, totalement, ma nature. Je déplie soudainement mes jambes pour aller chercher les siennes, je tends vivement le bras jusqu’au contact de sa peau dès qu’il m’en offre la moindre occasion. Je reste seul à l’initiative de ce harcèlement qui me sied. Lui, il ne fuit pas, non, mais il coupe court avec un sourire, comme si on jouait à chat : « touché ! » comme autant de petites décharges électriques qui nous maintiennent dans l’attente, à l’affut.

Le repas terminé, nous regagnons notre chambre par un corridor, marchant côte à côte, pour ma part mi repu, mi affamé. Lorsqu’avisant une porte, il en saisit la poignée et, comme elle cède, il attrape mon poignet et m’entraine dans le local de nettoyage, me bousculant parmi les chariots pour me coller au mur, s’écrasant contre moi et, refermant la porte, nous plonge dans une quasi obscurité. Sa langue envahit ma bouche, imposante et impérieuse et ses mains intiment leurs ordres, détachant les miennes qu’elles désarment, imprimant mes épaules au mur, débouclant énergiquement mon pantalon. Puis saisissant mes vêtements à deux mains sur mes hanches, il me descend le tout aux chevilles d’un seul geste, s’accroupissant pour avaler ma queue suintante dans le même mouvement.

Les talons fichés dans le sol, je me tends comme un arc sous la caresse libératrice, volupté à la fois inattendue et pourtant espérée, une réponse implicite aux les tensions cultivées lors du repas : voilà qu’il me suce, enfin, LUI ! Puis sa grosse paluche me relève le paquet sans ménagement et il me lèche puissamment, l’aine, la base des couilles, détrempant, grognant, fouillant du museau … Et soudain sa main saisit ma tige dure et sa bouche l’aspire lentement, somptueusement, inexorablement. J’en gémis. Ses lèvres se consacrent à mon gland que sa langue enveloppe, chatouille, presse. Des traits de glace me cinglent les reins. Ses mains ne sont pas en reste qui me pétrissent, étirent, disposent à sa merci tandis que d’un mouvement mécanique et impitoyable de tout le buste, il me pompe. Implacablement.

Mes mains à ses épaules tentent de résister à la montée inexorable du plaisir et je l’en préviens d’un râle : « je vais jouir » mais il n’en a cure. Rien n’échappe à son avidité et il m’engloutit tandis que je suis secoué de spasmes en éjaculant ma sève brûlante. Il me garde jusqu’à la dernière goutte, n’abandonnant ma bite que redevenue flasque et inerte. Il se redresse et ses lèvres, bordées de rasoirs, viennent effleurer les miennes, timidement. Je les entrouvre de ma langue pointée, il l’accueille et nous les renouons avec empressement, moi retrouvant les traces de cette viscosité, de cette légère saveur douceâtre qu’ont laissé mes fluides.

Il m’a bu, à genoux, LUI, et il revient, délicatement, m’offrir de partager. Alors c’est moi qui, à ce moment, deviens vorace !

 – « habille-toi, je voudrais te montrer quelque chose. » Il m’entraine à sa suite, bourru, presque sans ménagement, dans un puissant contraste appuyé de virilité.

*1 Chablis : vins blancs de Bourgogne, plantés sur 5700 hectares répartis le long de la vallée du Serein, la rivière qui traverse le vignoble du sud au nord avant de se jeter dans l’Yonne., les Chablis sont issus d’un seul cépage, le chardonnay, et répartis en quatre appellations : Petit Chablis, Chablis, Chablis premier cru et Chablis grand cru qui se distinguent par leurs zones et leurs conditions de production avec des exigences croissantes. Vins blancs secs, les Chablis sont réputés pour leur finesse, leur fraîcheur et leur minéralité.

Amical72

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

Toni : S1S2S3S4S5S6S7S8S9S10S11

Agriculteur : S1S2S3S4S5S6S7S8

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob.ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob.ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

Photo 4 de la vidéo gay Photo 5 de la vidéo gay Photo 6 de la vidéo gay

💦 21 Janvier | 34 pages

Les nouvelles | 19

Cousins rebeu Meetmemz
Dortoirs Meetmemz
Entre vrais mecs Meetmemz
Mon demi-frère Meetmemz
Séduit dans les douches Meetmemz
Tournante en cave Meetmemz
Troisième mi-temps Meetmemz
Dressé par deux Racailles Ceven X
Torride Fraicheur ... Nei
Un rêve devenu réalité Graham
Un tour chez le médecin TomParis
Un resto inoubliable TomParis
Le mec à Avignon Micseon
Rafael, tu me manques Nicolas 89
Sortie de boite Fabrice
Lolito Matt
Apéro entre voisins Benishere4sex
Karma Gillandes
Aprèm chaude Steeve

Les séries | 15

Stagiaire | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Après le confinement | 2 | +1 Aurel
1 | 2
Bavure policière | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Cumdump au sauna | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
L'initiation d'Antoine | 4 | +1 Sylvainerotic
12 | 34
Piscine | 4 | +1 Camozzzor
1 | 2 | 3 | 4
La fouille | 8 | +1 Jam
1 | 2 | 1 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
27 janvier, + 85 pages en Avant-première

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi



Déc. 21 : 1 866 434 pages vues

À jour : mercredi 5 janvier 2022 à 07:15 , ©2000 ob.ob5.ru

Retourner en haut


"histoire minet gay""enculer par son chien""elle suce pour la première fois""porno gay prison""histoire gay prof""histoire gay domination""por o gay""histoire de mec gay""histoires cyrillo""porno gay sm""bdsm histoire""première sodomie""récit bdsm""histoires cyrillo""amateur gay nu""cyrillo photo""soumise offerte""histoire sex gay""cyrillo dial""enculée par son chien""histoire gay cyrillo""travesti shop""histoires gay soumis""baise dans les vestiaires""première anal""histoires zoophile""histoire gay lycée""histoire depucelage jeune gay""histoire beur gay""baise en pleine nature""blog de cyrillo""histoires gay entre hommes""histoires gays cyrillo""lieux de rencontre gay""histoire gay cyrillo""baise dans la voiture""citebeur histoire""partouze bisexuel""ma belle soeur me suce""histoire gay minet""récit gay""elle se fait enculer par son chien""recit gay sex""histoires cyrillo""histoires cyrillo""histoires gay eros""sexshop marseille""histoire gay internat""autostoppeur gay"cyrillo.comcyrillo.biz"la bite a papa""gay partouze""initiation gay""erog blog gay""hds histoire""histoires gays gratuites""cyrillo dial""gay vide couilles""histoires gay gratuites""felation gay""histoires inceste""recit gay porn""recit gay cyrillo""histoire de cyrillo""histoire gay ado""blog une histoire de mecs""bourrage de cul""histoire gay hetero""cyrillo biz"cyrillo.biz"cyrillo gay""histoire esclave gay""master gay nantes""sex shop chambery""cyrillo gay""histoire gay gratuit""baise surprise""gay amiens""histoire porno""sexshop lille""recit bi""histoire gay entre frere""gay enculé""le korosko""beur gay""elle suce pour la premiere fois""mon cul gay""histoire gay douche""cyrillo blog""histoire gay pere fils""initiation gay""photo amateur homme nu""bdsm histoire""recit gay premiere fois""histoires cyrillo""branlette entre potes"